.

ELLE S'APPELAIT "REVE"

par Eric11 et Erotica51



N°1.Erotica51

Ils s'étaient rencontrés, sur la toile mystérieuse du Net. Celui ci égrenait ses mots telles des notes de musique, dans l'air. Elle les lisait, en silence, n'osant s'en approcher comme mue par une étrange attirance. Combien de temps avait elle résister avant de lui répondre?

Chaque phrase, de lui, qu'elle lisait la faisait vibrer. Etrange d'imaginer cet inconnu derrière son écran qui semblait la bouleverser, sans s'en douter. Derrière son écran elle s'interrogeait sur cette soudaine attirance. Il éveillait, tant de rêves en elle, tant de douceur comme ce songe d'une nuit d'été.

Les jours, les heures avaient, peu à peu, commençaient à s'effilocher. Elles se savait plus comment les stopper. Cet écran l'attirait. Combien de temps allait il encore se passer avant d'oser lui répondre? Elle le lisait, s'en délectait, s'en nourrissait. Quelque chose la troublait qu'elle ne savait nommer.

Et puis, un jour, le doigt tremblant, elle avait osé lui répondre. Oh timidement. Quelques mots, ici et la, déjà prête à s'échapper, la laissant le coeur battant. Le lendemain, elle avait regardé son écran. Interloquée, elle contemplait ces mots qu'il venait de poser comme une caresse sur ces lèvres. Elle en avait frissonné d'une joie secrète qu'elle n'arrivait pas à s'expliquer.

Chaque jour qui passait, ils se répondaient, comme s'ils se connaissaient. Ils n'étaient que des mots, des pensées qui circulaient, sous leurs doigts avec agilité. Ils étaient devenus caresses silencieuses, par la pensée. Certains avaient compris qu'il se passait quelque chose sous leurs yeux. Ils n'intervenaient pas, se contentant de les lire, découvrant au travers de leurs mots une douceur émouvante.

Ils se changeaient au gré de leur humeur. Ils étaient devenus émotions et beauté; vent et ange, par la pensée; une étrange alchimie venait de s'opérer que ni l'un ni l'autre n'auraient osé imaginer. Les yeux clos, avant de s'endormir, elle le sentait arriver. Il continuait à être près d'elle et dans ses songes, l'emportait. Il fermait les yeux et en songe, soudain, l'imaginait.

Elle s'appelait REVE et d'Elle, souvent, il rêvait. Il était le Vent qui la faisait vibrer. Ils étaient dévoré d'une passion troublante impossible à refreiner. Quelque chose d'incroyable semblait les emporter comme un gouffre béant qui, soudain, les effrayait.

Puis les tempêtes s'étaient, soudain, déchaînées. Ils s'étaient dressés, l'un contre l'autre, sans comprendre qu'ils étaient manipulés. Blessée, meurtrie, elle s'était retirée, disparaissant silencieusement, refermant son écran, le temps de soigner ses plaies. Le chagrin de le perdre l'avait poussé à aller vers la falaise où son âme s'était soudain élancée.

Il était le Vent et un soir, chagrinée, tendrement, Il l'avait emportée, séchant ses larmes, doucement, car un REVE ne meurt jamais. Elle s'appelait REVE mais elle ne l'a jamais oublié...

II. Eric

Les minutes passent, longues, interminables, rythmées nonchalamment par le battement de son coeur.. Tantôt rapide, tantôt lent, il semble être le souvenir de leur rencontre.. Chaque pensée émue, rappelant l'excitation de sa chair accélère son manque d'Elle. Chaque pensée raisonnée le ralentit... chaque connexion vaine est une spirale de plus vers la tristesse et la mélancolie, chaque connexion vaine attise son désir.. chagriné, il ne veut se résoudre.

Ce n'est qu'un songe pense-t-il, qu'une imagination de son inconscient, tellement de temps sans passions dans sa vie qu'il a cru un instant voir de la magie dans ses mots.. Alors il les relit. Pourtant il ne rêve pas les caresses qu'il ressent dans ses yeux prouvent que ses sentiments sont concrets..

C'est le paradoxe de sa vie.. Plus la raison lui fait prendre conscience de la sensibilité de ses mots, de leur sensualité et plus son rêve l'emporte. Il veut se changer, ne plus être le vent, ne plus être un élément déchaîné. Un homme, je ne suis qu'un homme. Alors, il repart dans sa quête, si je ne suis plus le vent, ce n'est plus un rêve, si je suis vivant.. Alors elle l'est!

Impossible que son chagrin l'ait noyée! Je veux être le soleil, c'est ça, le soleil, son soleil, seul la chaleur de l'astre peut sécher ses larmes . Il retourne sur la toile, tente de changer les tourbillons de ses mots, le souffle de ses émotions, en mots simples, doux, chaleureux, naturels .

Reviens mon Rêve! reviens moi, ne m'abandonne pas, je m'excuse pour la peine que je t'ai fait, reviens mon Amour. . reviens, je battirai un empire pour toi, je prendrai toutes les étoiles, je les assemblerai, elles seront le pont levis qui mène nos coeurs, l'un vers l'autre . Reviens ma tendresse, ne sombre pas dans cet abîme sans fin .. regarde la falaise .. tu vois, il n'y a rien que des nuages, que du vent .. je ne suis plus le Vent ..

Lève ton regard vers la lumière, je suis ton soleil, ton Amour, reviens Rêve, reviens je t'en prie ...

Amour ... Il l'a dit .Non elle n'a pas rêvé, il l'a dit, avoué .. vite relire, vérifier. Mon dieu! que de poésie . Suis je un Rêve, suis-je une femme? mais qui suis-je? Suis-je en chrystal, suis-je une chimère, suis-je ...moi? Brille, mon soleil, brille, illumine le net de ton amour et de ta flamme, de notre amour . Brille, je l'accepte, je reviens .

Une réponse! Elle a répondu! merci mon étoile de m'avoir donner la force de maitriser les éléments, je n'en demandais pas tant . Ses mots sont toujours aussi simples mais il en ressent toute la profondeur. Il ferme les yeux, elle se rapproche. Il la voit marcher, vers lui; il la voit marcher sur les étoiles, il est vrai qu'elle est émue, que malgré les rayons lumineux qui réchauffent leur corps quelques gouttes brillent à l'orée de ses yeux.

Elle est belle, c'est une fée, c'est une princesse .. il veut la baptiser, la personnifier mais il n'y arrive pas .. Rêve, oui Rêve est son nom, le plus beau, le plus enivrant .. Maintenant qu'ils se sont retrouvés derrière leurs yeux, derrière leurs écrans et que leur mots virtuels s'enlacent, inlassablement, Rêve se laisse aller, se laisse porter vers son amant solaire . Jusqu'où ira-t-elle?

III. Erotica51

Elle avait laissé le temps s'éloigner, refermant doucement son écran, jurant de ne plus y revenir. De ses yeux avaient coulé des torrents de larmes. Pour la première fois, elle découvrait que les mots pouvaient blesser derrière cet écran ou elle lui avait avoué cette flamme qui la consumait.

Les jours avaient passé, ou il attendait, guettant d'elle une réponse. Mais plus rien n'apparaissait. Elle semblait avoir disparu totalement, le laissant, désespéré. Il ne trouvait aucun plaisir de répondre, lisant inlassablement les posts qui défilaient, sur l'écran. REVE avait disparu brutalement. La méchanceté l'avait anéantie, la fragilisant encore plus. Combien de nuits avait-elle murmuré son prénom dans une douce litanie? Les jours puis les mois avait passé.

Un jour, n'y tenant plus, il avait osé l'appeler. Son cœur tambourinait d'impatience. Comment l'accueillerait-elle ? Il avait rangé précieusement son numéro sans jamais l'avoir appelée. Comment était sa voix ? Serait-il déçu en l'entendant ? Il n'en pouvait plus d'hésiter. Ses amis habitaient dans sa région. Il prit le téléphone et fit son numéro en tremblant :


- Allo ? REVE ?
- Oui, qui es-tu ? murmura sa voix dans un souffle - Je ne t'en veux plus mais je ne reviendrai plus. J'ai besoin de cautériser mes blessures ; j'ai eu si mal brusquement….

Il l'écoutait, bouleversé, l'entendant, pleurer en silence. Quelle souffrance lui avait-il infligée ! Elle qui n'était que douceur. Pourquoi avait-il eu si peur brusquement ? Il avait eu peur de devenir prisonnier de cet amour naissant. Il se rappelait les mots qu'il avait écrit publiquement pour la blesser, sachant ce qu'elle ressentirait. Mais jamais il n'avait imaginé qu'un jour, elle disparaîtrait de son écran. Il s'en voulait de s'être laissé aveuglé par ces langues de vipères. Il avait eu peur d'être considéré comme faible. Aujourd'hui, comme il regrettait ces larmes qu'il devinait, sur son visage, en lui répondant.


- Pourquoi m'as-tu appelée, lui avait demandé REVE d'une petite voix tremblante
- Je dois te voir, te parler, m'expliquer ! je n'en dors plus depuis que tu as disparu ! demain, je serai dans ta région….Accepteras tu de me recevoir ???

Il attendait, terriblement inquiet, sa réponse.

N° 4 . Eric11

Il ne la voit plus ! Affolé, il la cherche. Elle était là, pourtant, au milieu des étoiles, au milieu de la galaxie fleurie. D'un battement d'oeil, elle avait disparu! pourquoi??? pourquoi ce brusque retour à la réalité? pourtant, elle n'est plus loin. Elle n'a d'ailleurs jamais été aussi prés. Il entend son souffle au travers du combiné; Il peut, à sa voix, même deviner son physique, son corps, ses vêtements, ses sous vêtements. S'il ferme, encore plus, les yeux, il peut même s'imaginer la toucher, la sentir, l'embrasser .. le souffle de Rêve pénètre son âme; Il entend le flux de ses larmes coulé le long de ses joues .. son soleil, son pardon, son Amour n'ont pu les sécher .. Il est à court d'idées, trop ému, trop fier aussi .. Cette fierté qui l'empêche de dire les mots qu'elle attend...


- Non, je ne vais pas te recevoir! va t'en, sors de ma vie!!! .. de larmes la tristesse se manifeste en sanglots..


- Tu es sincère?

Il s'installe un lourd silence. Elle en mourrait de le voir, de le caresser, de réaliser, avec lui, tous ces fantasmes écrits, toutes ces jouissances promises; se blottir contre lui, contre son torse qu'elle imagine viril et musclé .. et puis il a une belle voix, chaude, sensuelle qui laisse deviner beaucoup de promesses . sa voix est aussi belle que ses mots, sa voix laisse deviner une immense sensibilité ..


- Pourquoi ne me réponds tu pas? Tu sais, je suis capable de venir! d'ailleurs, si tu ne veux pas m'entendre, je te remettrai, en mains propres, une lettre. Ce sont nos écrits qui nous ont rapprochés. Ce sont nos écrits qui nous ont éloignés! Ce sont nos écrits qui..


-NON! Ce sont TES écrits ..


-?? Mais, mais que .. comment, je, je ...


- C'est TOI! c'est TOI qui a tout fait! tu es RESPONSABLE de tout, c'est toi qui a crée cette spirale dans laquelle je me suis engouffrée, tu as profité de ma faiblesse, tu en as abusé .. j'ai compris ce que tu veux, j'ai fini par ouvrir les yeux, par comprendre le fond de tes pensées .. tu cherchais une brebis égarée, une mortelle, une faible femme à prendre dans tes filets, tu voulais te rassurer sur ton pouvoir de séduction, tu voulais être complimenté, flatté, tu voulais ... tu voulais .... tu voulais ... tu voulais ..... tu voulais BAISER ....

Clac ! Elle a raccroché, sans crier garde ..

- Allo, allo, allo ? mais personne ne lui répond ...

Tûut, tûut .. plus rien ... il refait le numéro .. ça sonne toujours occupé. Il l'imagine, là bas, au bout de cet amas de fils et de câbles, la tête cachée, sous ses cheveux, qu'il imagine longs, en sanglots, blessée, meurtrie, trahie, aux abois...

Mais, il est fier . Ah! cette fierté masculine! Pourquoi ne pleures tu pas, ne te laisses tu pas aller? Tu crois qu'un homme ne pleure pas, tu crois qu'un homme ne peut pas avoir de chagrin, redevenir enfant, sans protection? Non, c'est moi le protecteur; c'est moi qui décide .. Ah, alors tu as décidé de la faire souffrir .. Pauvre c..! tu ne la mérites pas! Son reflet dans le miroir ne lui pardonne rien ..

Alors, il retourne à son ordinateur et relit tous leurs mails. Narcissiquement, il trouve qu'il a du talent; ses écrits lui plaisent. Et Elle, tu y penses? .. sens tu sa sensibilité? .. tu crois qu'on a besoin d'un lexique de 10000 mots d'amour pour savoir en parler? .. tu crois que son petit "j'aimerai pouvoir te dire ce que je ressens" n'a pas plus de valeur sentimentale que tes phrases dithyrambiques? Excuse-toi, pauvre mortel, écris lui honnêtement, un petit mot, achète lui un bouquet de roses, écris lui "je t'aime" avec quelques pétales, va la voir! agenouille toi et excuse toi ... tu crois? .. non j'en suis sûr, c'est moi, ton reflet que tu vois au delà de tes mots sur l'écran qui te le dit, c'est moi ton âme qui te parle, suis moi ... je suis Rêve ... viens ..

N°5 - Erotica51

Elle avait raccroché, brusquement, pleurant toute les larmes de son corps, comprenant qu'il n'avait rien compris. Incapable de discuter plus longuement avec lui, elle avait coupé court à ses explications, en raccrochant. Elle savait qu'il ne lâcherait pas prise, aussi facilement. Mais aujourd'hui, elle se sentait encore trop meurtrie. Elle décida de décrocher son téléphone et fila dans la salle de bain, décidant qu'une bonne douche devrait réussir à l'apaiser.

L'eau se mit à couler, calmant les bleus de son âme, ruisselant sur son corps qu'il ne caresserait jamais, malgré son désir de se précipiter dans ses bras. Elle laissa l'eau doucement la calmer et ne sortit de la douche, qu'une fois son calme retrouvé. Tous ces mois de silence l'avaient anéantie. Son corps s'était affiné, ayant perdu l'appétit. Elle savait qu'elle ne pourrait tenir longtemps ainsi...Elle devait se reprendre en main, faute de quoi, elle finirait par tomber malade vraiment de chagrin.

Elle réfléchissait, tout en se séchant, meurtrissant son corps comme pour se venger de Lui. Pourquoi avait-elle une telle faim de lui ? Elle savait que son corps frémirait très vite sous ses mains, qu'il lui ferait oublier son chagrin. Elle comprit qu'il y avait eu entre eux beaucoup d'incompréhension. Mue d'une impulsion subite, elle décida de regarder les horaires de train, pour la fin de la semaine. Cela lui laisserait le temps de réfléchir. Elle irait le retrouver, s'expliquer auprès de lui. Comment réagirait-il ? Elle l'ignorait mais refusait de le prévenir.

Elle passerait quinze jours dans le midi, allant chez sa tante qui serait trop contente de l'accueillir ! Elle lui donna un coup de fil, rapidement, lui expliquant le but de sa visite. Sa tante se mit à sourire ! Ah l'Amour ! que nous fait-il pas faire, parfois !

Le vendredi arriva très vite. Installée dans le train, REVE se demanda si elle n'avait pas agit sous un coup de folie ? Et s'il refusait de lui parler ? Et s'il était parti, lui aussi, de son coté ? Elle haussa les épaules, fataliste. Au moins aurait-elle essayé de se réconcilier avec! Son train arriverait assez tôt. Cela lui laisserait le temps d'aller déjeuner. Le voyage lui parut court. Sans doute parce qu'elle s'était endormie ? Elle avait retrouvé ses couleurs et se yeux découvraient sa ville, avec plaisir. Tout resplendissait sous l'éclat du soleil. Les gens qu'elle croisait lui souriait, d'un air naturel. Pas comme ces mines tristes dans sa ville ! Une idée lui vint à l'esprit ! Elle alla chez un fleuriste, commanda une immense gerbe de fleurs, griffonna un mot dessus et lui fit livrer, en souriant malicieuse !


- Bien qu'il soit plus courant d'offrir des fleurs à une femme, inversons la tendance, aujourd'hui. RV sur le rocher de la méduse, aujourd'hui, à 18h 30 ! REVE

Elle régla rapidement sa note, certaine qu'il serait livré, rapidement, avant de partir au travail puis alla se promener dans la ville, s'adonnant à son plaisir : photographier cette ville sous le soleil du midi…attendant l'heure du RV, avec impatience.

N° 6 - Eric.11

Triste mine .. les mains sur le visage il se regarde dans le miroir, les yeux vitreux, mal rasé .. depuis plusieurs jours il a sombré dans l'ennui .. il n'est pourtant que 6h30 du matin et il est déjà sur Internet, consultant ses mails, cherchant d'éventuelles réponses sur ses différents sites favoris .. rien, aucune réponse, il ne comprend pas . Il ignore tout de la solidarité féminine ..

REVE avait bien pris le soin d'écrire à toutes les filles des lieux de discussion relatant sa goujaterie et son arrogance, elle les avait imploré de ne répondre à aucune de ses propositions aussi littéraires ou sensuelles, soient elles .. et cela avait marché .. Depuis plusieurs jours, il avait sombré dans l'anonymat .. plus de compliments, plus de complicité. Rien, il était quelconque, sa fierté en avait pris un coup .. Pourtant il était certain de n'avoir rien à se reprocher .. Il pensait que tout ceci n'était qu'un quiproquo, qu'une incompréhension, que seul le dialogue pouvait tout éclairer .. c'est pour ça qu'il a voulu être le soleil pour remettre de la lumière dans leur Amour .. car il en est sûr, ils s'aiment !

On sonne à la porte .. qui cela peut-il être à une heure aussi matinale? .. un fleuriste!! Il ne comprend pas .. un mot pourtant accompagne la gerbe de fleurs : "Bien qu'il soit plus courant d'offrir des fleurs à une femme, inversons la tendance, aujourd'hui!. RV sur le rocher de la Méduse, aujourd'hui, à 18h 30 ! REVE qui t'attend..." ..

Il rit. Mon Dieu, ces internautes ont une sacrée imagination pense t'il .. pfff des conneries, encore un farceur .. il sent les fleurs, s'en imbibe .. puis les pose sur sa table .. bah c'est peut être une blague mais elle est de bon goût .. alors il prend un saladier, le rempli d'eau et les pose dedans à la va-vite, il est pressé .. vite se raser, s'habiller, partir bosser ...

La journée passe. Cela lui travaille l'esprit quand-même .. et si c'était vrai? .. si c'était vraiment elle? Alors il lui vient une idée. Il prend son portable et téléphone à un ami :


- Manu, ouhaips salut, ça va?
- Ouhaips et toi?
- Impec .. dis moi tu te rappelles de la dette que t'as envers moi? - Quoi quelle dette?
- Tu sais la fois ou je t'avais couvert au resto, ou j'avais fait croire que c'était moi qui était parti sans payer l'addition pour pas que les parents de ta copine de l'époque te vire de chez eux .. tu te rappelles, hein !
- Waow, c'est vieux ça !
- Ecoute, je te propose de me rembourser ta dette
- Quoi ?!
- Ce soir, tu iras, pour moi, à un rancard, tu te feras passer pour moi
- C'est quoi ? un boudin, tu n'oses pas y aller?
- Non, en fait j'en sais rien, je ne sais pas si elle est belle, si elle est moche, comment elle est foutue .. c'est compliqué .. écoute je viendrai avec toi, mais je resterai en retrait, à quelques mètres .. tu iras juste au rdv et tu te feras passer pour moi .. - Et comment s'appelle-t-elle?- T'inquiètes pas ! je t'expliquerai ; rdv à 18h chez Charlie ça suffira.. tchao - Ouhaips, à tout'

Il raccroche. Oouuf! il se sent mieux .. il se dit, qu'au pire, il n'y aura personne et il s'en tirera pour une bonne bière, ou bien, ce sera une mocheté et Manu se débrouillera avec .. il se sent mieux .. à aucun moment il ne s'imagine le charme de REVE .. .Ou est passé le poète, le tendre amant littéraire? Ou est passé celui qui distillait tant de mots doux pareils à des caresses tantôt sucrées, tantôt salées? .. le reflet de son visage devant l'écran lui démontre combien il a changé .. tu voulais la voir, la rencontrer, la serrer contre toi, l'embrasser, l'aimer .. tu lui as dit que seul à tes yeux ne compte que la beauté de l'âme .. que le plus important c'est le sourire, le regard .. tu lui as écris mille scénarios de rencontre possible et maintenant tu ne veux plus y aller .. tu n'es qu'un lâche, tu ne la mérites pas ! REVE est beaucoup trop bien pour toi ! décidément son reflet ne lui pardonne rien ..

L'heure approche .. REVE a déjà photographié la moitié de la ville, pris ça et là quelques clichés volés de visages .. les personnes âgées surtout, REVE adore les visages ridés pareils à de vieilles pommes, elle en a toute une collection chez elle .. elle en a profité pour faire les boutiques, un nouveau parfum et puis une robe fleurie .. il est le VENT, il se fera un plaisir avec son souffle de me la soulever .. humm qu'il me tarde de le voir, de l'embrasser .. ses bras, oh oui ses bras, me blottir dans ses bras, le serrer fort contre moi .. depuis le temps que je l'espère, je ne le veux rien que pour moi, il n'est rien qu'à moi... Elle s'assied sur le rocher des méduses .. l'air lui parcourt le corps, elle est bien .. elle se trouve bien, les pieds dans le sable, les mollets et la moitié des cuisses au vent, avec juste les deux bretelles fines de la robe laissant sa nuque et ses épaules, dénudées .. pourtant la pression monte .. et s'il ne venait pas?

Elle dessine sur le sable avec ses pieds un coeur et un soleil .. elle s'impatiente .. son pouls bat plus vite .. au loin l'horloge de la cathédrale sonne ... 18h30 pile ... REVE a peur .. elle ferme les yeux, elle retient sa respiration ... du calme, du calme ça va bien se passer .. Le vent se lève tout d'un coup, une rafale qui fait voler le sable .. et si c'était un signe? .. et si c'était lui mon rendez-vous? .. elle sourit, effectivement le vent est ponctuel .. tout à coup derrière elle une voix d'homme ....


- "Bonsoir REVE" ...

N°7 - Erotica51

Elle avait sursauté, n'osant se retourner, sur cet homme, venu, enfin, la retrouver. Il ne bougeait pas, attendant qu'elle lui dévoile son visage. Elle se retournait doucement, sur lui. Il l'observait, fasciné, voyant, doucement, bouger, cette longue vague de cheveux blonds, qui glissait, sur ses épaules dénudées. Puis, le début du visage de REVE apparut. Son coeur se mit à tambouriner, violemment. Prise d'un léger vertige, elle avait fermé, une seconde, les yeux. Son visage était presque entièrement dévoilé. Il en devinait les contours, observait, ses lèvres belles à croquer, remontant ce visage, jusqu'au regard, qui le laissa estomaqué. Ses yeux étaient étrangement changeants, passant du bleu au vert, en quelques brèves secondes. Elle paraissait inquiète, n'osant lever, vers Lui, son regard, le laissant errer, comme une douce caresse, sur ses lèvres, muettes d'étonnement...

Ainsi, c'était REVE! Pouvait-elle imaginer les affres que son absence avait provoqué auprès de son ami? Manu n'osait se retourner vers son ami, caché, à quelques mètres de là, derrière les rochers. Se doutait-t-elle qu'il n'était pas l'homme qu'elle attendait? Comment devait-il réagir? Quelle idée d'avoir accepté de venir à ce rendez-vous! cette femme était si jolie qu'il avait envie de la prendre contre lui, d'effacer cette lueur inquiète, de voir refleurir son sourire sur son visage. Il fit quelques pas vers elle, attiré, irrésistiblement. Il observait la ligne tendre de ses lèvres, pris d'un désir furtif pour elle...Pourquoi son ami n'osai-t-il pas s'avancer vers REVE? Elle lui rappelait l'image d'une biche inquiète, prête, d'un bond, à disparaître. Elle foulait, pieds nus le sable sec, marchant, lentement. Elle aurait pu le toucher mais gardait un peu de distance, avec lui, comme craignant de se brûler, à son contact...


- Es-tu le VENT? murmura-t-elle, levant un regard qui avait la mouvance des vagues de l'océan. Elle avait peur brusquement. Pourquoi ne correspondait-il pas à ce qu'elle s'était imaginée? Elle le croyait plus grand, plus...Elle n'aurait su expliquer cette impression.

Manu ne répond rien, touché par sa sensibilité, honteux de lui mentir. Quel idiot d'avoir accepté cet échange! Dans quelle galère s'était-il fourré?

Apres avoir hésité, elle l'entraîna par la main, longeant la plage, sans rien dire. Quelque chose n'allait pas mais quoi?


- Viens! marchons, sur le sable, en écoutant le doux chant de l'océan...

Manu parait hésiter puis prenant sa main, se laisse emmener par REVE, Ému, bizarrement...Il se sentait nerveux, n'osant lui dire la vérité; que l'homme qu'elle aimé venait de se conduire comme un idiot, l'obligeant à lui mentir, effrayé par les sentiments qu'elle avait déclenché en lui. Elle avait marché en silence, sans plus parler. Son coeur était tourmenté par des milliers de questions. Il n'avait pas osé lui dire la vérité. A quoi bon. Il craignait sa réaction…

Elle s'était, soudain, assise sur le sable, repliant ses jambes sous elle, comme pour se cacher, à son regard. Elle fixait l'horizon, paraissant avoir des difficultés à lui parler:


- Je voulais te voir, en réalité. Tant de mois ont passé sans pouvoir t'oublier. Que de larmes j'ai versées derrière mon écran...Quand je croyais que tu ne viendrais plus, tu réapparaissais, brusquement.
- M'en veux-tu encore REVE?
- Non, plus maintenant mais ce fut un passage difficile ou j'ai perdu tout goût à la vie...J'ai bien cru ne jamais m'en remettre!
- Je n'ai pas osé te dire que j'avais à l'époque 40 ans et que j'étais marié...Mon dieu, jusqu'ou serait-il obligé de mentir maintenant? Mais que faisait cet idiot de Chris?! bon sang! dans quel galère le mettait-il! REVE ne méritait pas un tel traitement!Intérieurement, il fulmina contre son ami.

Elle gardait son visage obstinément tourné vers la mer, laissant ses larmes s'écoulaient. Elle l'avait attendu si longtemps, fermant son coeur à toute tentative de séduction. Le net avait perdu pour elle tout attrait; Elle y venait, plus par désœuvrement, fermant son écran dès qu'elle voyait son pseudo apparaître.

Manu fumait, à coté d'elle, s'en oser la déranger dans ses pensées. Et s'il lui disait la vérité? Il fuma rapidement sa cigarette, inconscient qu'elle l'observait, discrètement, étonnée. Pourquoi lui avait-il menti sur ce détail, aussi insignifiant? Il prétendait ne pas fumer...

Il tenta de la prendre, dans ses bras, cherchant à la consoler. Très vite, il la sentit se raidir, se relever, lui jetant, brièvement :

- Pardon, je n'aurai jamais du venir! Je me suis trompée sur toi Chris, puis elle s'était sauvée en courant, le laissant pétrifié de surprise.

Caché derrière un rocher, le coeur, soudain, dévoré de jalousie, Chris l'avait vu se sauver, sans plus rien y comprendre!!! Bon dieu! Qu'est-ce que Manu lui avait raconté pour la faire fuir, ainsi? ! Il s'était découvert brusquement avec l'envie de la poursuivre! Mais il devait savoir ce que Manu lui avait dit avant qu'elle ne s'enfuie. Quand il arriva prêt de son ami, REVE avait disparu, à l'horizon, comme un léger nuage, au cœur de la nuit!

N°8. Eric.11

Il ne la voit plus! mais où est-elle? et Manu qui prend son temps à revenir comme si de rien n'était..


- Oh tu te dépêches!
- Eh cool! c'est pour toi que je suis là ..
- Ou elle est?
- J'sais pas elle est partie, elle pleurait, je crois..
- Pourquoi?
- Oh j'en sais rien, tu sais les gonzesses avant d'y comprendre quelque chose .. Un coup ça rit, un coup ça pleure .. Va savoir!
- Qu'est ce que tu lui as dit?
- Rien, on n'a pas trop causé, j'ai pas dit grand chose ..
- Et elle?-
- Rien, elle a juste dit qu'elle avait fait une erreur, qu'elle n'aurait jamais dû proposer ce rendez-vous. Tu sais, j'étais mal à l'aise .. elle est bien cette fille, elle a un regard magnifique et un grand sourire, franchement, elle est bonne ..
- QUOI.. tu parles pas d'elle COMMME CA .. C'EST COMPRIS!!!!!!!!!!!!!
- Oh calmos je l'ai pas sauté ta nana, cool .. oh t'es amoureux ou quoi, c'était pas un plan cul ton trip là?

Chris s'énerve, attrape par le col Manu, il faut dire qu'il n'a pas de mal, il est très grand, très fort, 17 ans de rugby derrière lui, lui ont appris à maîtriser sa force, il le soulève et le plaque contre le rocher ..


- JAMAIS, tu entends!! .... JAMAIS tu ne me parles de REVE comme ça! JAMAIS OU JE T' ETRIPE!!!
- Euh, cool, excuse moi ..
- File moi les clefs de ta caisse il n'est peut être pas trop tard .. et il le jète au sol contre la sable tel un vulgaire sac poubelle ..

Chris a une idée .. dong! dong! dong! dong! dong! dong! dong! .. 19 heures sonnent ... va falloir speeder .. il a gardé sur lui le mot du fleuriste qu'il avait relu toute la journée .. il y fonce, grillant quelques priorités de ci de là et quelques feu rouge .. par chance il n'est pas encore fermé ... il se gare en double file ..


- Bonsoir, Monsieur, je voudrai un renseignement ..
- On ferme monsieur
- Ecoutez si vous voulez fermer faudra d'abord me passer sur le corps D' ACCORD!
- Oui, bon ça va on n'est pas à 5 minutes..
- Voilà ce matin une dame est venu vous acheter des fleurs, je voudrai son adresse .. voilà le mot qu'elle m'a laissé ..
- Eh oui je me rappelle c'était hier soir en fait pour qu'on vous livre tôt ce matin, elle avait d'ailleurs bien insisté
- JE M' EN FICHE! JE VEUX SA PUTAIN D' ADRESSE!!!!!! Que lui arrive-t-il? Pourquoi tout d'un coup, est-il envahi de tant de haine, de tant de violence ? Ca ne lui ressemble pourtant pas ..
- Ben c'est que je l'ai pas, j'ai juste son téléphone.
- Regardez à qui il correspond! Le fleuriste vérifie sur le minitel, note l'adresse correspondant sur un bout de papier ..


- Tenez, voici, c'est à deux pas d'ici
- Ca va je connais .. bon je vous prends toutes vos roses rouges qu'il vous reste ..
- Toutes? c'est qu'il y en a 37 ..
- Oui! toutes!!!!

Chris prend toutes les fleurs, règle la note, remonte dans la voiture .. il se regarde dans le rétroviseur .. ses grands yeux bleus tremblent de colère .. il ne se reconnaît plus .. il a mal, très mal, il s'en veut, il se maudit, il regrette tout .. pourquoi ai je fait ça, pourquoi? .. pourquoi suis je aussi nul .. je suis qu'un pauvre mec, qu'un pauvre type! .. Chris pleure .. il est perdu, perdu entre sa vie, son coeur et son esprit .. les pieds sur terre avec son charisme dans la ville, il faut dire que dans une région ou le rugby est roi il n'a pas eu de mal à faire son trou .. certains le voient même être élu maire aux prochaines élections .. son boulot de fonctionnaire.. sa femme .. ses ex toujours à ces basques .. pfff les pieds sur terre, le coeur dans le ciel perdu entre le physique de son épouse et la passion de REVE et l'esprit dans les étoiles .. l'esprit à l'écriture, à la passion érotique, l'esprit dédié à la jouissance de l'âme .. et quelle jouissance a-t-il éprouvé au contact de REVE!!! .. quelle jouissance! .. il se remémore certaines phrases, certains textes. Il en a des frissons .. il sent d'ailleurs une érection montée .. de sentir sa bite durcir le rassure ... hhuumm que c'est bon de bander .. il se sèche les larmes et part en direction de chez REVE .. il se connait, il se sent homme, dur dans son slip, viril dans le regard .. si elle est là, elle en aura pour son grade, se promet-il ...

Il sonne .. une dame d'une soixantaine d'années lui ouvre la porte ..


- Bonjour, Madame, je souhaite voir .. euh .. ben, je ne connais pas son prénom en fait .. c'est compliqué

La dame lui sourit et généreuse lui dit :


- Vous êtes le VENT, entrez donc, nous vous attendions
- Comment ça.. vous me connaissez?
- Ma nièce m'a tout raconté
- Où est-elle?
- Là haut! dans sa chambre
- Je peux ..
- Je vais vous faire un aveu, quand elle m'a parlé du rendez-vous sur la plage et qu'elle m'a décrit le personnage j'ai tout de suite deviné que ce n'était pas vous .. le VENT a de la classe, du tempérament et puis toute la complicité de vos échanges se remarque tout de suite dans vos yeux bleus .. vous l'aimez n'est ce pas?
- A en crever madame, à en crever!
- Allez y, elle vous attend
- Attendez ... il ressort prendre le bouquet, l'énorme bouquet de roses dans la voiture ... euh ça lui plaira?
- Avez vous déjà vu une femme refuser des fleurs? .. allez y, c'est à l'étage ...

Il prend son souffle .. il sent une bouffée de chaleur l'envahir .. ça y est je suis redevenu le soleil .. marche après marche son coeur reprend les poésies, les refrains qu'ils se sont écrits .. il repense à ces magnifiques poèmes que REVE lui avait écrit "Tu es mon ILe déserte" .. "Ode à mon papillon" .. et tous ces scénarios, ces histoires .. chez le médecin, dans l'ascenseur, dans la foret .. ils avaient fait l'amour un peu partout .. il y avait pris goût, s'était masturbé plusieurs fois en pensant à elle, montant crescendo dans l'excitation et dans le plaisir sexuel .. elle l'avait même défié! .. "tu me demanderas grâce" lui avait-elle promis ..

Il s'en était offusqué et lui avait dit qu'elle n'était pas encore née celle qui le dominerait, faisant publiquement allusion sur le net, à toutes ces conquêtes amoureuses ..D'un coup, il comprend! C'est ça le point de départ! mais quel con! Voilà pourquoi elle s'était retirée, elle s'était sentie comparée, membre d'une liste!! bien sûr que c'est à cause de ça!!Ppff mais quel imbécile ! en plus c'était plutôt tendre, juste pour dire que j'acceptais le défi .Il s'arrête dans l'escalier. Il en est sûr maintenant. Tout s'explique : son retrait, celui des autres filles, le coup de téléphone. Il se sent mieux. Son coeur bat plus fort.

Oohh mon amour que je t'aime, que je veux être avec toi, te demander pardon, te serrer dans mes bras, te faire l'amour ..C'est c'est ça ! je demanderai grâce si tu le souhaites, je te laisserai tout me faire, je n'ai pas de tabous. Il reprend son ascension. Enfin il arrive à l'étage. Plusieurs portes mais il devine quelle est la bonne, il le sent . C'est celle là! Il s'avance, sûr de lui, de son effet. Il frappe ; personne ne répond. Il regarde par le trou de la serrure. Elle est bien là!!! ..

REVE est là sur le lit, endormie. Il ouvre la porte, dépose sur le lit prés d'elle son bouquet de fleurs. Son coeur bat très vite, très très vite, il le sent battre dans ses tempes. Chris ravale sa salive. Il est debout prés d' elle .. elle est belle, magnifique, terriblement séduisante, craquante, bouleversante .. ses sens réagissent devant ce spectacle naturel .. que c'est beau une femme qui dort, se dit-il

Il s'agenouille prés d'elle, lui souffle gentiment dessus .. les cheveux, le front, les yeux, le nez, la bouche, le menton, le cou, la naissance de ses seins .. il continue à lui souffler sur le tissu fleuri de la robe avant d'enfin arriver aux cuisses .. il souffle plus fort pour en remonter le tissu et enfin découvrir cette île merveilleuse qu'il espère et désire .. la peau de REVE frissonne et réagit ..

Il se redresse, la regarde. Elle a un léger sourire, les yeux fermés ... Il s'approche, entrouvre ses lèvres et souffle encore légèrement .. REVE réagit .. "c'est toi VENT?" dit elle les yeux toujours fermés .. enfin Chris peut, avec sa langue caresser, celle de REVE qui s'abandonne, entièrement ...





Retour


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés