.

MANGEZ-MOI

par Sapho2 et Erotica51



Erotica51 :

Qui n'a pas rêvé, un jour, d'être lapée, goûtée, savourée, goûtée ? Toute une heure, une matinée, ou bien toute une soirée ? Ce plaisir souvent est recherché par les femmes qui adorent ces caresses fabuleuses d'une langue et d'une bouche, sans brutalité.

Elle fermait les yeux, laissant son corps se détendre, ses émotions se réveiller, ses sens s'enflammer. Un étrange bien être doucement l'envahissait.

Elle percevait un léger clapotement, discret, pendant que cette langue la fouillait, s'en délectait. Une douce chaleur lui irradiait le ventre. Comme une vague chaude qui, peu à peu, prenait plus d'ampleur. Tout son corps devenait incandescent.

Elle tendit la main, appuyant sur la tête de l'inconnu en train de la lécher, lui imposant un rythme connu d'elle seule. Celui-ci accéléra ses coups de langue, fouillant chaque recoin de sa chair gorgée de désir. Elle gardait les yeux clos, se laissant envahir par ce plaisir diabolique.

Un plaisir fou l'envahissait, la galvanisait, faisant cambrer son corps pour mieux être mangée par cet homme, dont la tête apparaissait enfouie entre ses cuisses. Elle haletait, bousculée, emportée par ce plaisir qui grandissait, la bouleversait, l'emportant vers des cimes jusqu'alors inaccessibles.

Un premier gémissement lui échappa. Un second suivit tout aussi vite. Elle serra ses cuisses sur les oreilles de l'homme, crispée dans l'atteinte du plaisir. Une nouvelle vague plus forte arriva, plus virulente aussi...Elle laissa échappa un cri, venu de ses entrailles, montant du fond de son antre comme le premier cri que l'on pousse au moment de jouir. Elle n'en pouvait plus de se retenir...

Elle partait, grimpait, montait au coeur de la nuit, escaladant seule ce chemin fabuleux du plaisir. une larme perla au coin de ses yeux.

C'était inimaginable, infini, fantastique...Des spasmes la secouèrent, pareilles à des secousses électriques. Elle ne pensait plus à rien, ne réfléchissait plus, emportée par cette langue salvatrice qui la mangeait avec tant de gourmandise...Elle s'arc-bouta, libérant soudain un long cri de plaisir, dans un flot de cyprine :


-Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! Hummmmmmm !



N°2 - Sapho2 :

Erotica51 c'était un tableau sublime, je l'ai sous les yeux, pardonne moi si je mets entre tes jambes une tête féminine, avec de longs cheveux qui doucement avant de te lécher, de te boire, de s'enivrer à tes sucs, te caresse avec sa longue chevelure, douce comme de la soie, elle va de ta bouche à tes seins, elle s'enroule autour de ton cou, elle joue sur tes cuisses, elle est sinueuse, elle se cache partout.

Et lorsque l'inconnue en a fini de te sentir et de te frémir, elle se penche doucement sur "ton bouton d'or" qui l'attend déjà, et elle y pose sa langue, la faisant tourner, cherchant dessus et dessous cet endroit si sensible, faisant un va et viens, prenant aussi entre ses lèvres (tes grandes lèvres) qu'elle avale presque, qu'elle mâchouille, pendant que sa langue continue de te lécher, de te boire en fait de te téter, comme si on pouvait tirer de toi encore plus et plus que ce que tu donnes avec fougue, tu te cambres, cette langue te rend folle, cette bouche qui veut te manger et t'avaler, qui te fait tout.

Il semble que tu as 1000 bouches, 1000 langues, et voilà que deux mains écartent tes lèvres pour voir ton clitoris, il est rouge sang, il tremble, mais est toujours en érection.

Des heures, et des heures, cette tête entre tes jambes s'acharne, remue, va dans tous les sens elle ne laisse aucun coin de ton intimité sans y avoir posé des caresses qui sont violentes ou douces.

Peu importe, tu te donnes, tu es objet de désir, comme une friandise qui va être mangée, mâchée, avalée.

Alors que tu vas atteindre l'ultime plaisir, et que tout ton corps se contracte, la femme te retourne et pose sa bouche sur ce fruit "que l'on dit défendu" .....!!!!

Vas-tu résister, freiner ton orgasme, pour goûter à ce plaisir là....


* "Pour vous remercier Erotica51 d'avoir donné à une lesbienne tant de bonheur".


N°3 - Sapho2

A l'intime de cette chair rose, douce, ombrée de petits poils frémissants, je vais faire mon creux tendre, ma plénitude et oser cette découverte sur ton intime oeillet violet, fleur changeante selon les saisons, ou ma langue pourlèche et respire cette odeur aigre et fraîche.

J'ai fait tant de fois ce voyage avec d'autres.

Il y a eu pour mon palais, des goûts un peu acres, d'autres un peu plus épicés, ceux qui étaient nouveaux et salés, mais le tien, le tien, mon ange me fait perdre tous sens de la réalité, au point que ma langue sortant de ma bouche, comme un petit sexe saillant te pénètre doucement, lentement, amoureusement. ..



Retour


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés