LA NOUVELLLE SECURITE SOCIALE

par Erotica51


Découvrez l'origine exacte du trou de la Sécurité Sociale :


LE TROU REEL DE LA SECURITE SOCIALE :

- Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 7,8 milliards.
- Une partie des taxes sur l'alcool, destinée à la Sécurité Sociale, n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 3,5 milliards.
- La partie des primes d'assurances automobiles destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 1,6 milliards.
- La partie de la taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 1,2 milliards.
- La part de TVA destinée à la Sécurité Sociale n'est pas reversée : manque à gagner pour la Sécu - 2 milliards.
- Retard de paiement à la Sécurité Sociale pour les contrats aidés - 2,1 milliards.
- Retard de paiement par les entreprises - 1,9 milliard

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre pharamineux de : 20,1 milliards d'euros. !!!

Conclusion, si les responsables de la Sécurité Sociale et certains hauts politiciens avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd'hui de 9,1 milliards d'excédent !


Donc, si les responsables de la Sécurité Sociale et certains hauts politiciens avaient fait leur boulot efficacement et surtout
honnêtement, les sois disants 11 milliards de trou se monteraient aujourd'hui à 9 Milliards d’excédent.

Ces chiffres sont issus du Rapport des Comptes de la Sécu de 2003.

Il y a fort à parier qu’ils sont à peu près similaires pour les années qui suivent, puisque le précédent quinquennat, c’était 2002/2007, les mêmes politiciens et administrateurs, qu’aujourd’hui.

A rajouter au texte reçu : chaque fois que l’Etat exonère de charges sociales les entreprises dans l’espoir de les inciter à embaucher ( J ), il est censé verser l’équivalent de ces charges à la Sécurité sociale.
Mais, vu la dette publique, il ne le fait pas : et encore quelques milliards soustraits au budget de la malheureuse Assurance maladie et une nouvelle fois, ce sont les contribuables mis à contributions.



Ces mesures, destinées à faire rentrer de nouvelles recettes vont peser lourdement, presque toutes, sur les assurés ou les malades :


· 5 Milliards dès 2005, sur les 15 Milliards d'économies attendues en 2007.

Prenons quelques exemples :


- Le forfait de 1 Euro : une consultation chez un généraliste en secteur 1, facturée 20 Euros ne sera plus remboursée 14Euros mais 13 Euros par l'assurance maladie ! Inutile donc de vouloir donner 1 Euro à votre médecin !

Le taux de remboursement passe donc de 70% à 65% dans ce cas. Sachant qu'en moyenne, les français consultent huit fois dans l'année, cette mesure leur coûtera 8 Euros/an !

Mais les plus malades paieront davantage : 600 000 personnes, atteintes du cancer ou autres affections de longue durée consultent 51 fois/par an : cela coûtera pour ces personnes gravement malades la somme de : 51 Euros/an !

TOUT CE QUI VA CHANGER :

Ce que vous paierez directement :


- Hausse du forfait hospitalier (entre 2005 et 2007). Il est de 13 euros PAR JOUR.. Vous devrez débourser 1 Euro de plus (coût du repas et de l'hébergement hospitalier) soit 14Euros/jour ! Si vous êtes hospitalisé 30 jours : 1Euro x 30 = 30 Euros seront de votre poche !


- 1 Euro aussi à payer par acte médical (voir les détails ci-dessous) Gain : 700 Millions d'euros !

CE QUE VOUS PAIEREZ SUR VOS REVENUS :


- Hausse de la CSG. Au 1 Janvier 2005, la CSG des retraités va passer de 6,2% à 6,6% . Pour les salariés, il est prévu une extension de l'assiette de la CSG de 95 % à 97 % = + 2% . Cela veut dire que les prélèvements augmenteront sur votre feuille de salaire ou votre pension.


- Il faut savoir qu'aucune augmentation n'est prévue sur les professions indépendantes !
- Gain : 1.6 Milliard d'euros !


- Une hausse est prévue aussi sur la CSG des Placements et des Patrimoines et rapportera à l'Etat la somme de : 600 Millions d'euros.


- Hausse de la CRDS (contribution au remboursement de la Dette Sociale) . La proposition d'augmenter cette taxe n'était pas encore adoptée hier.
- Gain : 1.6 Milliard d'Euros

LES MESURES PHARES :


· Dossier médical personnel (d'ici 2007). Le DMP centralisera vos principales données médicales sur un fichier informatique. Seuls les actes inscrits sur ce dossier seront intégralement remboursés.
· Gain espéré : flou : entre 2 et 3 Milliards d'Euros.


· Photo sur la carte vitale (2006) . En vue de renforcer la lutte contre les fraudes, une photo sera apposée sur chacune des 48 Millions de cartes Vitale. Le coût est évalué à 35 Millions d'euros par le gouvernement, la CNAM table sur 200 à 300 Millions d'euros.
· Gain : flou


· Médecin traitant (2005). Chaque patient sera obligé d'en choisir un, faute de quoi, il ne sera pas remboursé. Ce sera en général un généraliste, en ville, ou à l'hopital, mais dans certains cas, un pédiatre, un gynécologue, un ophtalmo ou un psychiatre. Le spatients ayant une affection chronique pourront consulter directement le spécialiste indiqué. Exemple : un cardiologue après un infarctus. Sinon, les malades qui consulteront directement un spécialiste, devront acquitter un dépassement tarifaire, qui sera fixé à l'automne 2004.
· Gain : flou


· Cancers, diabète, Sida, maladies cardio-vasculaires, etc… Les affections de longue durée (ALD) prises en charge à 100% seront davantage encadrées. Le médecin traitant et celui de l'assurance maladie mettront au point un protocole de soins. Seuls les actes définis dans ce protocole qui sera également signé par le patient, seront remboursés. Aujourd'hui, près de 6 Millions de malades en ALD (soit 12,5 % des assurés) représentent 48,5 % des dépenses de santé.
· Gain : flou


· Arrêts de travail (2005). Les contrôles vont être renforcés, notamment pour les assurés qui bénéficient de façon répétée d'arrêts de travail de courte durée. Les prolongations d'indemnités journalières devront être prescrites par le médecin à l'origine du premier arrêt. Les prestations indûment versées devront être remboursées.
· Gain : 800 Millions


· Hausse de la contribution des entreprises :
· 900 Millions d'euros de recette


· Mesure sur la politique du médicament :
· 2,3 Milliards d'euros espérés.

DEPENSE NOUVELLE :



· Complémentaire pour les plus démunis : en 2006. L'Aide : 2 Millions de personnes qui se trouvent au dessus du seuil de ressources de la CMU (seuil 650 Euros par mois pour une personne seule) à acquérir une complémentaire santé, un crédit d'impôt de 150 Euros en moyenne par an et par personne, sera accordé.

Les Principaux concernés : les retraités, les fonctionnaires et les salariés de PME qui ne bénéficient pas d'un contrat collectif. (L'entrée exacte de certaines mesures n'est pas encore datée).

Il faut se rappeler que la Dette incompressible de la Sécurité Sociale se monte à 35 Milliards, l'Etat n'ayant pas mis, lui, la main à la poche, laissant les chomeurs, les RMistes, les salariés et les retraités, une fois de plus, combler ce trou, qui se verra aussi renflouer par les générations futures.

Une enquête sera-t-elle déclenchée sur les chirurgiens de certains hopitaux publics se servant de la CMU pour pratiquer de la chirurgie esthétique sur des femmes RMistes?

La fraude sur 1 Million de cartes vitales découverte récemment sera payée par qui?


LE POIDS DES LOBBINGS :


LE SEROPLEX :

En France, l'Escitalopram reçoit aussi en 2001 un avis favorable de la Commission de mise sur le marché en raison de son innocuité, mais la note 5 de la Commission de transparence, c'est-à-dire, un avis selon lequel il n'apporte "aucun effet thérapeutique nouveau" par rapport au citalopram.

En 2004, le dossier est représenté et, grâce à une forte campagne de lobbying auprès des membres de la commission, un bénéfice minime est reconnu (note 4) et la commercialisation commence sous la marque Seroplex.

Remboursé finalement au taux maximum (note 1) à 65%, le Séroplex fait partie en 2009 des 10 médicaments générant le plus de remboursements par la sécurité sociale française.

En 2014, le brevet du Séroplex tombe à son tour dans de domaine public, et le laboratoire Lundbeck lance un nouvel antidépresseur, le Brintellix, qui reçoit lui aussi un avis défavorable du fait qu'il n'apporte pas de progrès thérapeutique par rapport au Séroplex3.

Les membres de la commission et les experts chargés en France de donner un avis sur le Séroplex auraient reçu des paiements du laboratoire pharmaceutique, causant à la Sécurité sociale française un préjudice d'environ 1 Milliard d'euros.

En avril 2015, le Parquet de Paris a ouvert une information pour conflit d'intérêts et chargé de l'enquête la section de la Police judiciaire spécialisée dans la lutte contre la corruption

*****************************



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés