LA MOTIVATION AU TRAVAIL

par Erotica51


Deux questions importantes me viennent à l’esprit aujourd’hui : Pourquoi les entreprises familiales ont elle duré plus de 50 ans alors que les nouvelles entreprises durent à peine cinq ans ?

La création d’une entreprise était basée sur les mêmes motivations : un travail de qualité trop souvent non reconnu. Des salaires insuffisants. Une clientèle prête à vous suivre si vous vous mettiez à votre compte.

Autrefois un chef d’entreprise passait à l’atelier, chaque matin, disait bonjour à tout le monde, connaissait le prénom de tous ses employés ainsi que celui de leurs enfants. Quand un problème surgissait, personne ne craignait d’aller lui en parler. Cette méthode bon enfant a réussi à faire ses preuves durant de longues années.

Aujourd’hui, ces entreprises familiales disparaissent pour une toute autre raison. Elles n’ont pas su s’adapter au marché, innover, se moderniser, investir dans du matériel de pointe, comme l’ont fait leurs concurrents. Le monde du travail est devenu sans pitié, où seuls comptent aujourd’hui, d’autres valeurs : la compétitivité, le rendement, la rentabilité.

Comment peut-on exiger aujourd’hui, que des salariés donnent le maximum d’eux-mêmes, quand la qualité de leur travail n’est jamais reconnu ? Quand ceux qui en font le moins ou savent flatter, sont récompensés par un système de primes. La hiérarchie se contente ainsi d’appliquer l’adage : diviser pour mieux régner, provocant sans s’en douter au sein de l’établissement de nombreuses sources de conflit et de mécontentement ? Quand des réunions hebdomadaires ne font que vos retarder dans votre travail alors qu’il s’agit en fait d’un monologue ? Lire une page, qui ne sait pas le faire ? Les réunions se doivent d’être des lieux d’échanges pourtant. Vous devez rester sagement assis durant une demi journée à écouter votre responsable s’entendre parler C’est à ce moment que vous remarquerez à quel point, lui aussi à besoin de se sentir important !

Il est aussi de plus en plus courant de voir ceux qui vieillissent relégués au placard, expression qui signifie qu’on leur retire tout travail intéressant, et qu’on les cantonne dans des taches subalternes peu intéressantes. Comment s’étonner que ces personnes l’acceptent très mal, finissent même par tomber malades ? Ou même, comme c’est le but recherché trop souvent car ils coûtent chers de par leur ancienneté, les pousser à démissionner !

Il suffit de regarder dans divers établissements les recrutements qui y sont faits : dans les administrations, c’est une armada de jeunes femmes recrutées, qui après un an voire deux, décideront de faire un enfant pour prendre du recul, étant mécontentes de leur hiérarchie et de la reconnaissance de leur travail.

Que ressentent les plus anciennes en découvrant que les plus jeunes passent un temps fou à bavarder ou à fumer leurs cigarettes, sans que rien ne leur soit dit par la hiérarchie ? Cela engendre de nombreux ressentiments et finit par plomber l’ambiance d’un établissement.

Aujourd’hui, la femme est considérée comme plus souple à diriger. Il faut dire aussi qu’elle n’a pas le choix, trop souvent, les trois quart étant divorcées avec de jeunes enfants à devoir élevées. Il faut donc croire que le management actuel comporte une grande part d’erreurs que certains dirigeants vont payer très cher.

Il suffit de voir dans certaines grandes surfaces ou établissements le turn-over affolant du personnel qui règne. Des stagiaires gratuites sont souvent recrutées, remplaçant un personnel que l’on a pas besoin ainsi de payer. Il est assez amusant de constater qu’en caisse, un stagiaire confonde une tomate avec un kaki (fruit) où qu’il méconnaisse totalement les trois quarts des fruits et légumes vendus dans le magasin où il est en stage. Par une fois, le stagiaire n’avouera qu’il ne connaît pas les produits et préfèrera vous les compter discrètement sous une autre appellation. Quel est le coût réel en perte de bénéfice pour ces magasins finalement ? Certains devraient vite y réfléchir.

Le métier de caissière est sans doute celui qui dévoile le plus grand turn-over. Les raisons sont faciles à comprendre : des horaires découpés, qui changent régulièrement chaque semaine, empêchant la personne de trouver un complément d’heures ailleurs. Des temps de travail en mi temps, ou partiel, insuffisant pour vivre décemment. Un salaire au SMIC trop souvent. Cet emploi ira parfaitement à des étudiantes qui veulent commencer à mettre un pied dans la vie active. Mais ce sera avec un salaire insuffisant pour lui permettre de quitter la maison et voler de ses propres ailes. Il suffit d’aller faire ses courses dans le même magasin, chaque semaine pour voir à quel point le turn-over dans cette profession, est devenu important.

Les trente cinq heures ont provoqué aussi une source de stress importante ! De nombreux responsables essaient de vous demander de faire toujours plus dans un minimum de temps. Il n’est pas rare de voir le personnel obligé de rester et faire des heures supplémentaires pour achever son travail plutôt que de le remettre au lendemain, sous peine de se voir submerger. La difficulté viendra plus tard, pour obtenir du temps afin de récupérer vos heures.

Dans de nombreuses professions, on remarque un climat important de grogne. Pourquoi est-ce si difficile à une hiérarchie de valoriser le travail d’une équipe, d’un élément, par un simple compliment ? Tout porte à croire qu’ils reçoivent eux aussi une volée de bois vert d’une direction sans arrêt mécontente et que les responsables font retomber sur le personnel leur mécontentement. Ceci engendre une chaîne de source d’insatisfactions en cascades, au grand dam de la bonne marche et bonne humeur des établissements. Tout le monde vous fera remarquer que les résultats ne sont jamais bons quand on travaille dans une mauvaise ambiance.

La meilleure façon de savoir si une société est bien portante est d’observer son livre de comptes des absences. Plus les absences sont nombreuses, plus les conflits sont sur le point d’exploser et signe profond d’un véritable mécontentement. Un autre signe à retenir : Plus votre personnel quittera à l’heure de son travail, moins il sera motivé à travailler ! Mais combien de dirigeants sauront en prendre conscience avant qu’il ne soit trop tard et que des conflits importants, un beau jour, ne dégénère au cœur même de leur entreprise ?


Vendredi 7.7.2006



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés