LA MISERE S'ETEND EN FRANCE

par Erotica51



C’est un sujet qui dérange souvent. Il me suffit de voir combien se tortillent les gens, espérant échapper à certaines questions embarrassantes. Jamais je n’ai vu un tel écart se creuser dans la population en cinq ans. Jamais les différences ne m’ont autant sauté aux yeux.

On assiste à des choses renversantes : des politiciens s’octroyant largement 70% d’augmentation, et cumulent encore de nombreux mandats, alors que la population doit vivre avec 2% seulement d’augmentation ? Rien que les loyers augmentent de 10% chaque année. On se plaint que le commerce ne marche plus ? Que les vendeurs de voitures ne convainquent plus les gens d’acheter ? Quand on tue la poule aux œufs d’or, il ne reste plus qu’à en analyser et accepter les conséquences.

Mais on oublie qu’à force d’augmenter tout, tout le temps, de créer sans arrêt de nouvelles charges sur le dos des gens, ceux-ci sont obligés aujourd’hui de se restreindre sur tout.

Tout a commencé quand les cinémas sont devenus trop chers. La population s’est rabattue sur des films en cassettes, cherchant un peu de joie à leur condition. Les cinémas ont commencé à hurler qu’on leur volait leurs clients. Certaines personnes me racontent qu’elles allaient à leur époque au cinéma pour 5 f.

Les supermarchés sont arrivés, raflant la clientèle des petits commerçants. Mais les Mairies portent leurs responsabilités à faire payer le moindre emplacement, à faire dresser à longueur de journée des PV. Du coup, ceux-ci ont préféré aller à la sortie des villes faire leurs courses, y trouvant finalement plus d’économies à faire pour leur bourse. Peu à peu, on a assisté à la fermeture des petits commerces. Le centre ville offre souvent une image désolante. Quand aux grandes surfaces, plus rien ne semble les arrêter. Mais à devenir trop importantes, qu’elles n’oublient pas qu’elles dérangent.

Les petites stations services ont disparu à l’horizon. Ils ne restent que les grandes stations devenues encore plus importantes. Tous ces petites gens qui travaillaient pour une bouchée de pain ont pris le chemin du chômage vers un avenir incertain.

Le fossé ne cesse de se creuser. Entre ceux qui nous gouvernent et vivent avec un train de vie affolant, dilapidant l’argent public sans discernement. Quand à ceux qui restent sur le carreau, faute d’études, ou d’époque passée, ou de métiers sui recrutent, ceux-ci commencent à se révolter. Un climat de tension se ressent dans les quartiers.

Quand le désespoir pousse des mères à chercher de la nourriture dans les poubelles, que faut il espérer ? Le RMI était au début attribué aux français qui avaient travaillé et cotisé. Aujourd’hui, nous continuons à faire entrer en France des personnes qui ne parlent pas notre langue, n’arrivant pas à s’adapter et touchent le RMI depuis plus de deux voire trois ans ! Notre pays est-il si riche qu’il nous faut pousser plus de gens dans le ruisseau, pour entretenir la misère des autres pays ? J’avoue aujourd’hui que ce que je vois, me dérange.

Les associations sont submergées d’appels à l’urgence mais ne voit qu'un mince filet financiere leur être versé par les Conseils régionaux qui serrent les cordons de la bourse de tous cotés. Les services sociaux sont complètement débordés et croulent sous la demande de gens, soudain plongés en pleine précarité que le chômage semble avoir engendré.

16/1O/O6



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés