DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN

par Erotica51


Vous avez entre 50 et 74 ans ? Bénéficiez d’un dépistage gratuit du cancer du sein !

Le cancer du sein est le plus fréquent des cancers féminins. En France, toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans peuvent bénéficier tous les deux ans d’une mammographie, dans le cadre du « dépistage organisé » du cancer du sein. Cet examen, réalisé dans les meilleures conditions de qualité et de fiabilité, est pris en charge à 100 % par l'Assurance Maladie.

Le cancer du sein est une réalité dans notre pays : aujourd'hui, près d'une femme sur dix développe un cancer du sein au cours de sa vie. Le dépistage est donc essentiel : il permet de déceler très tôt d'éventuelles anomalies, en l'absence de tout symptôme. Cela permet de se soigner plus facilement et cela augmente les chances de guérison.

C'est pourquoi il est conseillé aux femmes de 50 à 74 ans, tranche d’âge où elles sont le plus exposées au cancer du sein, de se faire surveiller régulièrement grâce une mammographie de dépistage.

Le « dépistage organisé » du cancer du sein : une démarche simple
Les femmes de 50 à 74 ans sont invitées par la structure de gestion, l'ADCASO* (l'Association pour le Dépistage des CAncerS dans l'Oise) à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Concrètement, elles reçoivent tous les deux ans, une prise en charge pour bénéficier d'une mammographie gratuite.

La mammographie de dépistage est prise en charge à 100 %
Lors de sa consultation chez le radiologue, la femme doit se munir de son bon de prise en charge reçu avec son courrier d'invitation et de sa carte vitale. Elle n’aura rien à payer. En revanche, les examens complémentaires (échographie par exemple) restent pris en charge par l'Assurance Maladie dans les conditions habituelles.

Dépistage organisé du cancer du sein : un gage de qualité et de fiabilité

À la suite de cet examen complet, le radiologue interprète immédiatement les clichés. Si la mammographie est jugée normale, les clichés sont systématiquement relus par un autre radiologue, également formé. Cette deuxième lecture, qui n'existe pas dans le cadre du dépistage individuel, est un gage de qualité et de fiabilité : près de 7 % des cancers du sein sont détectés grâce à elle.

Les résultats définitifs, accompagnés des clichés, sont adressés à l’intéressée, à son  médecin traitant ou son gynécologue dans un délai d’environ quinze jours. Si une anomalie est détectée, le radiologue effectue de nouveaux clichés et éventuellement une échographie ; il expliquera la suite à donner aux résultats et si nécessaire orientera sa patiente vers un médecin spécialiste.

Pour en savoir plus sur le dépistage : 

 L’ADCASO (association loi 1901 à but non lucratif), qui coordonne le programme de dépistage dans l’Oise.
Tél : 03 44 95 33 20 - Courriel : adcaso2@wanadoo.fr

**********Lisez ceci avec attention *************
Epidémiologie & causes du cancer du sein
Quelles sont les causes ?
L'étiologie du cancer du sein n'est pas encore bien connue mais des facteurs de risques ont été démontrés : 1,2
L'âge : l'incidence croit de façon significative après la ménopause
Des facteurs génétiques pour 6 à 10% des cancers du sein
Des facteurs hormonaux : règles précoces, absence de grossesse ou première grossesse tardive, utilisation de contraceptifs oraux de façon tardive, ménopause tardive
Le mode de vie : consommation excessive de sucres et de graisses d'origine animale, surpoids et obésité, consommation élevée d'alcool.
Un traitement hormonal de la ménopause prescrit pendant plus de 10 ans.
Un dépistage précoce permet de détecter des petites tumeurs qui pourront être traitées et souvent guéries.
Combien de personnes sont concernées ?
En France, le cancer du sein est la première cause de cancer chez les femmes avec 49 814 nouveaux cas estimés et 11 201 décès par an recensés en 2005. 1
Le taux d'incidence du cancer du sein a augmenté de 2,4% par an en moyenne entre 1980 et 2005 et de 2.1% par an en moyenne entre 2000 et 2005.
Mais si l'incidence augmente, la mortalité, quant à elle, a diminué en moyenne annuelle de 0,4 % et 1,3 % pendant les mêmes périodes. 1
Un diagnostic plus précoce par le dépistage ainsi qu'une amélioration de l'efficacité des traitements interviendraient dans ces évolutions.
Avec une survie moyenne à 5 ans estimée à près de 85 %, la France se situe parmi les pays ayant le taux de survie à 5 ans le plus élevé en Europe.3,4 La détection précoce améliore le pronostic du cancer et permet également un traitement conservateur moins mutilant.

Ce qu'il faut savoir sur le cancer du sein
Comment découvre-t-on un cancer du sein ?

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe dans le sein et qui se présente essentiellement sous la forme d'un adénocarcinome. 2

La femme elle-même peut découvrir une anomalie en se palpant les seins, il est alors important qu'elle consulte un médecin pour qu'il réalise les examens nécessaires.

Plusieurs signes peuvent évoquer une tumeur du sein : anomalie de la forme ou de l'aspect du sein (dissymétrie, rétraction de mamelon, grosseur, rougeur, écoulement), ganglions dans le creux de l'aisselle, douleur.

Si le cancer est déjà à un stade avancé, avec des métastases, il peut se manifester par des douleurs osseuses ou des douleurs de la région du foie.

Comment s'établit le diagnostic ?

En cas de suspicion, l'examen à réaliser est généralement une mammographie. Cette radiographie spécifique du sein permet de détecter une tumeur, même de très petite taille.

D'autres examens sont parfois nécessaires pour confirmer le diagnostic : l'échographie ou l'IRM (imagerie par résonance magnétique) ou des techniques consistant à prélever à l'aide d'une aiguille une petite partie de tissu pour l'analyser, comme la cytoponction ou la microbiopsie.

Pourquoi le dépister précocement ?

Un cancer du sein a d'autant plus de chance de guérison que la tumeur est petite (d'où l'intérêt de la mammographie pour diagnostiquer des cancers non palpables) et qu'elle est prise en charge tôt. A partir de 40/45 ans (voire plus tôt en cas de risque particulier), il est donc recommandé de se surveiller (auto-palpation des seins, consultations régulières chez le médecin généraliste et/ou le gynécologue) et de réaliser une mammographie tous les deux ans.

L'assurance maladie propose un dépistage gratuit par mammographie à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans.

Toutes les femmes risquent-elles de développer un cancer du sein ?
Environ une femme sur onze développe un cancer du sein au cours de sa vie.

Le risque augmente avec l'âge mais également selon des facteurs propres à chaque individu :

des premières règles précoces (avant 12 ans) et une ménopause tardive (après 55 ans),
une absence de grossesse ou une première grossesse après 40 ans,
l'utilisation de contraceptifs oraux à des stades tardifs,
un traitement hormonal substitutif de la ménopause prescrit pendant plus de 10 ans,
une consommation excessive d'alcool, de sucres et de graisses d'origine animale ainsi que l'obésité,
des antécédents familiaux de cancer du sein,
des facteurs génétiques.

Certaines maladies bénignes du sein, comme l'hyperplasie épithéliale atypique par exemple, prédisposeraient également au risque de cancer du sein.

En revanche, le nombre de grossesses et l'allaitement prolongé pourraient diminuer le risque de développer un cancer du sein. 2
Les formes héréditaires ne représenteraient que 6 à 10 % des cancers du sein.

Quels sont les principaux traitements ?

Ils sont de plusieurs types. On distingue :

la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l'hormonothérapie et les anticorps monoclonaux. Ils peuvent être utilisés seuls ou associés selon l'âge du malade, la gravité de la maladie et la taille de la tumeur.

Deux types de chirurgie peuvent être pratiqués : une chirurgie conservatrice (tumorectomie ou mastectomie partielle), qui vise à enlever la totalité de la tumeur sans enlever la totalité du sein, ou une mastectomie totale. Si le diamètre de la tumeur est inférieure à 5 cm, le chirurgien peut effectuer une ablation de la tumeur complétée par un examen des ganglions axillaires (ganglions situés sous le bras au niveau de l'aisselle).

Si la tumeur est plus importante, il effectuera une ablation du sein (mastectomie totale) complétée par un curage axillaire. Par la suite, une reconstruction mammaire, par prothèse ou lambeau musculaire, peut être envisagée.

La radiothérapie, la chimiothérapie et l'hormonothérapie sont souvent utilisées en complément de la chirurgie.

La radiothérapie utilise des rayons X pour détruire les cellules cancéreuses situées au niveau du sein ou dans certains ganglions.
La chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments anti-tumoraux ou anti-cancéreux qui agissent sur toutes les cellules cancéreuses. La durée de ce traitement est variable. Il s'agit d'un traitement adjuvant, c'est-à-dire qui complète un traitement chirurgical.

L'hormonothérapie est indiquée en cas de tumeur hormonosensible. Elle a pour objectif de réduire la taille de la tumeur avant une chirurgie ou une radiothérapie ou de réduire le risque de récidive dans le sein opéré, dans l'autre sein ou à distance.

Les anticorps monoclonaux bloquent le récepteur d'une protéine appelée HER2 qui est un facteur de croissance tumoral. Ils sont proposés en traitement adjuvant quand les cellules tumorales expriment ce facteur.

Comment peut évoluer un cancer du sein ?

Comme tout cancer, le cancer du sein peut connaître différentes évolutions : rémission (disparition complète des symptômes), guérison (au bout de plusieurs années de rémission), rechute locale (récidive au même endroit), métastases (propagation du cancer à d'autres organes ou sites).

Plus la taille de la tumeur est petite, meilleures sont les chances de votre guérison. Mieux vaut prévenir qu'attendre qu'il soit trop tard ! Pensez aussi à ceux qui vous aiment !


Le site sur le Cancer


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


DECOUVREZ LES BALLADES DE MARIE51EN FRANCE



SAVOUREZLES HISTOIRES EROTIQUES d'EROTICA51



VOUS AIMEREZ LES POESIES DE REVE51 ET DE SES AMIS



Visitez LE JOURNAL SECRET d'EROTICA51




Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés