TU T'ES VU QUANT TU T'AS BU?

par Erotica51

Warning: getimagesize(images/ivrognes-alcool-misere.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home/erotica/www/article/articl.php on line 121



Image[ivrognes-alcool-misere.jpg]
Ceux qui abusent de l'alcool finissent par dégringoler vers une déchéance pitoyable. Ils sont en marche pour l'enfer, perdant toute dignité humaine. On les surnomme aujourd'hui les parias de la société.

Il est midi trente quand je me décide à aller manger dans un petit restaurant, pas très éloigné de mon travail. Quelques minutes plus tard, trois collègues me rejoignent. Il fait merveilleusement bon d’être en terrasse et nous passons notre commande, en devisant joyeusement. Manger à l’air frais nous apporte une véritable détente.

Un moment, je dresse la tête en entendant un hurlement de bête blessée. Un peu plus haut, un homme se dresse, hurlant après les rares passants qui tentent de l’éviter. Un chien errant l’accompagne, mélange de malinois et de berger allemand, non muselé. Celui-ci se prend, sans rien faire, un coup de pied violent dans l’arrière train, le faisant couiner de douleur, avant de se cacher à l’abri sous un banc. Son maître devient particulièrement violent quand il est ivre.

L'homme lance des coups de poings dans le vide, hurle sa rage contre cette société qui s’en désintéresse, pisse contre la devanture d’un magasin, sans s’inquiéter des passants ! Une fois soulagé de ses pintes de bière, l’homme commence à sauter en l’air. Nous le regardons faire, interloqués. Mais que veut-il faire ? L’homme essaie de sauter sur un immense parterre de fleurs, mis en hauteur, dans un bac de bois peint en marron, fixé au milieu de l’esplanade en décoration.

L’homme malgré son état d’ébriété a réussi à grimper, manquant dangereusement en titubant de tomber. Il continue de picoler sa bouteille, qu’il a réussi à emmener, dans sa veste qui est dans un fichu état. Un cri m’échappe. L’homme déchaîné vient d’envoyer sa bouteille en direction des clients qui mangent en terrasse. Heureusement, il nous manque !

Il redescend en vitupérant, s’arrête, se plie en deux puis vomit son trop plein d’alcool, s’en mettant plein après lui. Un peu soulagé, il décide de s’en prendre au couple de buralistes, installés sur l’esplanade, depuis peu. Bien décidé à leur en faire baver, il rentre dans le magasin comme en pays conquis. Hélas pour lui, c’est l’heure de pleine affluence. Les hommes venus chercher leur journal ou leurs cigarettes le font fuir. Il ressort, brandit un poing, le visage dévasté par un rictus plein de haine.

J’ai appelé la police. Ce type devient dangereux et incontrôlable. Il est en train de saccager un parterre de fleurs où les employés de la municipalité viennent de travailler, durant deux jours. Il devient fou et jette tout autour de lui ; Fleurs, Plantes vertes ! Terre !

Un homme d’origine africaine semble décidé à le calmer et s’approche de l’homme ivre. Celui-ci commence à reculer, sans doute impressionné par sa stature. L’homme a l’allure de quelqu’un qui travaille dans la sécurité. L’ivrogne recule toujours puis finit par disparaître de notre vue.

Il faudra un bon quart d’heure avant qu’on n'entende enfin une sirène de police. La voiture de police se contentera de faire le tour du quartier…Rien d’autre. Plus de peur que de mal. Une question ne cesse de me tarauder l’esprit : que ce serait-il passé si l’ivrogne avait été armé ? Ou s'il avait blessé quelqu'un avec sa bouteille ?

Finalement, existe-t-il vraiment en France une sécurité ? Pourquoi paie-t-on la Police ? Pour se promener en voiture ? Mais que peuvent-ils faire aujourd'hui face à ce genre d'individu redevenu une bête sauvage ?

Je m’interroge encore aujourd'hui à ce monde ou toute cette violence nous explosera en pleine face un beau jour, parce que nous n'avons pas voulu voir ce qui se prépare.

29.06.2006



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés