AMOUR ET HAINE

par Erotica51



Epuisée par l'accouchement et les tétées du bébé, elle l'avait attendu longtemps, assise sagement sur son petit lit blanc d'hôpital, dans cet hopital où elle venait de mettre au monde son enfant.

Puis, voyant l'heure passer, elle avait ramassé, en silence ses affaires, les mettant dans sa valise.

Avec tendresse, elle s'était tournée vers son enfant, endormi, qui têtait son petit pouce avec application…



Elle l'avait serré, contre elle, humant cette odeur particulièrement qu'ont les très jeunes enfants…

L'enfant avait protesté, légèrement, ne souhaitant pas être tiré de son sommeil.

Elle l'avait habillée, avec précaution, émerveillée devant ses minuscules mains aux ongles fins. La bouche en cœur, l'enfant dormait, profondément. Seul, le frémissement de ses longs cils recourbés, trahissaient, son sommeil agité…Mais, à quoi peut rêver un si jeune enfant ? Elle n'aurait su le dire…

Elle l'avait pressé, contre son cœur, effleurant ses doux cheveux d'ange, en soupirant…Le regard porté vers l'extérieur, lointain, personne n'aurait pu deviner sa peur, en sortant …Elle marchait, résolument, ne sachant pas ce qui l'attendait…

Elle sentait déjà ses forces qui l'abandonnaient. Pourquoi n'était-il pas venu les chercher ? Il savait pourtant bien que c'était le jour où ils sortaient.

Elle sentait son cœur étreint d'un sombre pressentiment… Une fois les démarches et papiers signés, elle sortit de cet hopital qu'elle détestait, encombrée par sa valise et Elle monta dans un bus, résolument, aidée par une vieille femme se trouvant à ses cotés…



Le bus s'arrêta enfin. Son coeur se mit à battre la chamade. Il lui restait 150 mètres à peine à faire…Heureusement que sa valise était légère ainsi que l'enfant.

Quand elle arriva devant chez elle, la porte était entrouverte. Elle poussa la porte doucement, puis déposa silencieusement l'enfant dans son berceau, installé dans la première pièce. Un gémissement étrange lui parvint, de la pièce d'à coté.



Elle franchit l'espace en tremblant puis poussa la porte. Le coeur en morceaux, Elle retient un cri de bête blessée à mort. L'homme qu'elle aimait était sur le lit, chevauchant une fille, bestialement. Elle vacilla, sentant, soudain, les larmes arriver, dans un torrent silencieux…



Elle tourna la tête, dégoûtée, puis vit le ceinturon qu'elle lui avait offert pour son anniversaire. Elle l'avait choisi longuement, soupesant le cuir, le pliant, tout en s'approchant silencieusement…Il avait toujours eu de belles fesses…

Elle entendait leurs gémissements de plaisir, impudiques, pris dans un plaisir sauvage.

Elle leva la main, tenant la lanière de cuir froid, solidement, puis son bras retomba et les coups les surprirent, en pleins ébats, les faisant crier de douleur et de surprise…

Elle le vit tourner la tête, levant la main, pour se protéger. Le salopard ! Il la regardait, les yeux agrandis de stupeur…

Ses larmes ruisselaient, sans qu'elle en ait conscience, sur ses joues, en le fixant. Elle maniait le ceinturon avec rage, fouettant la chair tendre des amants, férocement…

La fille couinait de peur, cherchant à se protéger, agrippée à son amant…Mais Lui préféra s'enfuir, lâchement, par la fenêtre, en courant…

Devant cet amas de chair étalée impudiquement, elle continua longtemps à frapper, sans discernement, marquant le corps de la fille de traînées rougeâtres.

Puis les coups s'arrétèrent, épuisée, son bras retomba et elle murmura à sa rivale, totalement, anéantie :



- Va-t-en d'ici, espèce de garce !!! Que je ne te revoie plus jamais chez moi !



Soudain, un léger vagissement retentit, qui la surprit : son fils ! Ce petit être à qui elle venait de donner la vie, venait de lui rappeler son existence.

Elle courut aussitôt vers lui, le berçant, tendrement, sanglotant en même temps, sur cet homme qui venait de la trahir et lui briser le coeur.

Ses larmes s'arêtèrent. Sa décision était prise : elle allait élever, seule, son enfant.

Des années plus tard, en relisant ce texte, elle sourit. Son fils était devenu un homme, dont elle était devenue très fière. Cela n'avait pas été facile mais elle avait réussi à faire de son fils un homme débrouillard et courageux.

Il était à son compte, aujourd'hui et était heureux, lui aussi, depuis.



Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés