LES DEGATS DE L'ALCOOL

par Erotica51



Je viens d'arriver à mon rendez-vous avec mon généraliste. L'entrée est vide. Je patiente attendant l'hôtesse d'accueil qui ne devrait plus tarder à arriver.

Des bruits sourds se font entendre dans la salle d'attente d’à coté. Un homme somnolent est assis, maugréant, gémissant entre ses dents, se tapant la tête contre le mur, à maintes reprises. Un sac de plastique traîne au sol. Dedans, une bouteille de gin...

L'homme me regarde passer d'un oeil torve, se calme un bref instant. Je décide de prendre une revue dans un coin en attendant mon tour.

L'homme rouvre un oeil, recommence à geindre, puis décide brusquement de se lever. Celui-ci tangue dangereusement. Nous lui conseillons de s'asseoir calmement pour ne pas l’énerver. Celui-ci a changé de place, geignant doucement. Soudain, il pâlit, se crispe et murmure d'une voix rauque : aidez-moi, je me sens mal ! Ses yeux basculent en arrière…L’homme s’affaisse lentement sur son siège. Un jeune homme s’élance à temps et le retient…

Immédiatement, je fonce chercher l'hôtesse d'accueil afin d'appeler le médecin. Quand je reviens dans la salle d'attente, l'homme a glissé, lourdement de sa chaise, s'étalant de tout son long au sol, entraînant le jeune homme avec lui. Puis l’homme reprend conscience, recommence à se taper la tête sur le carrelage. Retournés, nous nous regardons consternés.

Enfin le médecin arrive, tente maladroitement d'aider l'homme à se relever, manque de basculer avec lui, à son tour. Quelques patients viennent l’aider. Il est vrai que l'homme est un solide gaillard de 35 ans environ et d'1.85m passé.

L'homme s'appuie contre le mur, parle de ses médicaments, cherche son sac avec sa bouteille de gin du regard et répond en grognant au médecin qui lui demande pourquoi il n'est pas resté à l'hôpital. L'homme répond négativement; il s'est sauvé des urgences, refusant son admission.

A nouveau, l'homme perd connaissance. Le médecin appelle les pompiers, leur donnant quelques infos complémentaires sur son patient. Il tâte le pouls de l'homme, le maintient fermement au sol, le voyant déclencher brusquement une crise d'épilepsie.

Les pompiers pénètrent dans la salle d'attente. Trois solides gaillards très calmes amenènent avec eux une chaise roulante et une couverture. L'homme est assis malgré ses négations. Ceux-ci l'emmènent pour la millième fois. Ils savent que l'homme ressortira au bout de quelques heures; demain; plus tard; refusant une cure de désintoxication ...

L'homme somnolant murmure : il y aura 1 an, dans deux jours, que ma fille de 15 ans est morte ! Personne n’a prêté attention à ses paroles dramatiques...

Quand je serai face à face, devant le médecin, je lui ferai part des causes du chagrin de cet homme.

Bien que connaissant celui-ci depuis vingt ans, il ignorait ce fait tragique...

Comment peut-on demander à un homme de ne pas sombrer et vouloir le guérir si l'on ne prend pas le temps de l'écouter avant ?

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


DECOUVREZ LES BALLADES DE MARIE51EN FRANCE



SAVOUREZLES HISTOIRES EROTIQUES d'EROTICA51



VOUS AIMEREZ LES POESIES DE REVE51 ET DE SES AMIS



Visitez LE JOURNAL SECRET d'EROTICA51




Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés