IDENTIFIER UN ACCIDENT

par Erotica51



Image[accidentvasculairecerebral.jpg]

Prenez quelques minutes pour lire cet article : Cette information peut un jour sauver une vie. Vous contribuerez à faire connaître le danger que représente l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

Lors d’un barbecue, Julie trébuche et fait une chute. Elle affirme à ses invités que tout va bien, qu’elle s’est accrochée le pied à cause de ses nouveaux souliers. Ses amis l’aident à s’asseoir et lui apportent une nouvelle assiette. Même si elle a l’air encore un peu secouée, Julie profite joyeusement du reste de l’après-midi.

Quelques temps plus tard, le mari de Julie rappelle leurs amis pour les avertir que Julie a été transportée d’urgence à l’hôpital. Julie meurt à 18h. Elle avait fait un accident vasculaire cérébral lors du barbecue.

Si les personnes présentes avaient été en mesure d’identifier les signes d’un tel accident, Julie aurait pu être sauvée.

Un neurologue a déclaré que s’il peut atteindre une victime d’AVC dans les 3 heures, il peut renverser entièrement les effets de la crise. Il affirme que le plus difficile est que l’AVC soit identifié, diagnostiqué et que le patient soit vu par un médecin dans les trois heures !


Voici la façon de reconnaître rapidement un AVC en posant trois questions très simples à la personne en crise :

- Lui demander de SOURIRE

- Lui demander de LEVER LES DEUX BRAS

- Lui demander de PRONONCER UNE PHRASE SIMPLE : exemple : le soleil est magnifique aujourd’hui.

URGENT :

* Si la personne a du mal à exécuter l’une de ces taches, appelez immédiatement le 15 et décrivez « calmement » les symptômes au répartiteur.

* Pensez à lui indiquer aussi l’heure de l'incident et l'adresse exacte où se trouve cette personne.


10/01/2011

********************autre article important *************************

AVC : quels sont les signes qui doivent vous alerter ?



En France, une personne est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) toutes les 4 minutes.

L’AVC est l’une des premières causes de mortalité et de handicap.

À l’instar de l’infarctus, reconnaître les premiers signes d'un accident vasculaire cérébral afin de contacter immédiatement les secours permettrait de réduire considérablement les séquelles, les handicaps et les décès…
À quoi est dû un accident vasculaire cérébral ?
Quels sont les signaux d’alerte de l’AVC ?
Qui est à risque d’AVC ?
À quoi est dû un accident vasculaire cérébral ?



L’Organisation mondiale de la santé parle de pandémie et projette une augmentation de l’incidence des AVC passant de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030.

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue :

•soit par un vaisseau sanguin bouché (on parle d’AVC ischémique ou d’infarctus cérébral),

•soit par l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie dans le cerveau (on parle d’AVC hémorragique ou d’hématome).

Cette interruption de la circulation prive des cellules du cerveau d’oxygène et de nutriments essentiels à leur fonctionnement.

Certaines sont endommagées et d’autres meurent, avec des conséquences dramatiques : lésions, séquelles, handicaps…


Sur les 800.000 Français actuellement touchés par un AVC, plus de 500.000 en gardent des handicaps.

C’est ainsi que l’AVC est la première cause de handicap acquis de l’adulte et la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Mais si on réussit à intervenir très rapidement et à restaurer la circulation sanguine dans le cerveau, il est possible de limiter les lésions cérébrales. Or aujourd’hui, dans 90% des cas, les patients arrivent trop tardivement dans les mains des urgentistes.


Quels sont les signaux d’alerte de l’AVC ?


Même si les signes d’alerte de l'accident vasculaire cérébral varient selon les zones cérébrales touchées, il existe trois symptômes majeurs qui doivent immédiatement alerter :

•Un engourdissement ou une impossibilité brutale de bouger un bras, une jambe ou tout un côté du corps, avec une perte de sensibilité.
•Une impossibilité brutale de parler, de trouver les mots ou de les comprendre.
•Un trouble de la vision ou une perte soudaine de la vue d’un œil.


Même si ces signes sont brefs et qu’ils régressent en quelques minutes, ils sont toujours révélateurs d’un AVC : il faut donc appeler immédiatement le centre 15.
Comme pour l’infarctus, chaque minute compte afin de limiter les séquelles graves, voire le décès de la victime.


Qui est à risque d’AVC ?


L’hypertension est le principal facteur de risque de l’AVC.

Il est donc essentiel de faire mesurer régulièrement sa tension artérielle et de prendre en charge toute hypertension déclarée.

Dans ce domaine, il reste beaucoup à faire car sur les 10 millions de Français hypertendus, 50% l’ignorent ! A noter également qu’un tiers des hypertendus traités ne sont pas correctement équilibrés (leur tension n’est pas normalisée).

Parmi les autres facteurs de risque de l’AVC, citons :
•une mauvaise hygiène de vie (tabagisme, sédentarité, obésité…),
•l'hérédité,
•certaines autres maladies spécifiques (diabète, hypercholestérolémie, fibrillation auriculaire, troubles de la coagulation sanguine…).


Visage paralysé, impossibilité de bouger un membre, trouble de la parole.
Vite, composez le 15 !

Article publié par Dr Philippe Presles le 12/11/2012

Sources : Communiqué de presse de la Journée mondiale de l’Accident vasculaire cérébral


www.e-sante.fr


*********

Les signes avant-coureurs de l'AVC


Bon nombre d'entre nous pensent que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des évènements soudains qu'on ne peut maîtriser... Erreur! Ces évènements certes soudain nous laissent des indices, signes de leur arrivée imminente. A quoi faut-il être vigilant?

•Les muscles: vous ressentez une faiblesse musculaire ou un engourdissement du visage, d'un bras et d'une jambe (généralement le bras et la jambe du même côté).

•Le langage: vous éprouvez des difficultés pour vous exprimer, vous ne savez pas articuler correctement, vous êtes dans l'impossibilité de parler.

•La vue: votre vue baisse, vous voyez double, vous perdez la vision d'un oeil ou des deux.

•L'équilibre: vous constatez des pertes d'équilibre, des vertiges, vous avez du mal à coordonner vos mouvements.

Si vous constatez l'apparition de l'un de ces symptômes, rendez vous immédiatement chez un médecin. Sachez que pour limiter au maximum les conséquences d'un AVC, il est primordial que le patient soit pris en charge dans les trois heures suivant le début de l'accident cérébral.


les symptômes de l'AVC atypiques :


Selon Lynda Lisabeth, de l'Université du Michigan, outre ces symptômes dits classiques, des signes atypiques d'AVC doivent également vous alerter. Une étude lui a, en effet, permis de déterminer 6 autres indices:

•Des maux de têtes,
•Des étourdissements,
•Des symptômes neurologiques: nausées, hoquet,
•Des symptômes non neurologiques: douleurs à la poitrine, palpitations, souffle court,
•Douleurs au visage ou dans la moitié du corps,
•Un état mental altéré: désorientation, confusion.


Les femmes moins classiques que les hommes :


Ces signes avant-coureurs de l'AVC ne peuvent pas être sous estimés. Et pour cause, 52% des femmes et 44% des hommes ayant participé à cette étude ont déclaré avoir ressenti au moins un de ces symptômes atypiques avant leur AVC. Autre découverte intéressante de Lynda Lisabeth: les femmes seraient plus enclines aux symptômes atypiques que les hommes. Selon les scientifiques, cette différence entre les sexes expliquerait pourquoi les femmes tardent plus à consulter que leurs homologues masculins.


Mieux vaut prévenir...


Pouvoir reconnaître un AVC peut vous sauver la vie mais le mieux reste encore de l'éviter.

Pour ce faire, votre style de vie joue un grand rôle.

Il s'agit en effet, de ne pas fumer, de ne pas manger trop salé ou trop gras, d'avoir une consommation d'alcool modérée, de pratiquer une activité physique régulière et enfin de surveiller votre tension.

Toutefois, si vous êtes âgé de plus de 55 ans, que vous souffrez de diabète ou d'hypertension ou si quelqu'un de votre famille a eu un AVC, des mesures plus précises s'imposent.

Dans ce cas, consultez votre médecin traitant.


par Marion Garteiser, journaliste santé le 21/06/2011
********************************************************


DECOUVREZ LES BALLADES DE MARIE51 EN MOTOEN FRANCE



SAVOUREZ LES HISTOIRES EROTIQUESd'EROTICA51



VOUS AIMEREZ LES POESIES DE REVE51 ET DE SES AMIS



Eurocim51 LES POESIES DE REVE51 ET DE SES AMIS




Retour


www.erotica51.com © 14.03.2003-14.03.2017 - Tous Droits Réservés