UNE DOUCE TORTURE

par MORGANNE


Elle se releva doucement encore étourdie par ce plaisir qu'il venait de lui offrir. Elle s'approcha doucement de lui, sans détacher son regard du sien. Il lui semblait que ses yeux noirs allaient lui brûler la peau si elle s'avançait encore un peu.

Elle était là à quelques millimètres de son torse, il pouvait sentir le souffle de ses lèvres sur les siennes. Elle allait l'embrasser, il ferma les yeux et fût désarçonné de voir qu"elle esquivait ce baiser tant attendu pour venir se plaquer derrière lui. Elle passait et repassait ses ongles dans son dos, tendrement puis de toutes petites intrusions dans sa peau. Il sursautait à chaque fois et sentait tout son corps se tendre de plaisir et du désir de la posséder entièrement.
Elle revint se poser devant lui, caressa son visage, son cou, y déposa de légers baisers et lui offrit le plus beau de ses sourires.

Lentement, elle le poussa vers le lit et quand il fût allongé, elle vint se hisser sur lui. Elle l'encerclait de ses cuisses. Doucement , elle fit jouer ses mains le long de ses bras pour les relever vers ses barreaux de lit en fer forgé. Ce lit qui leur avait fait choisir la chambre quand ils visitèrent cet hôtel.

Il savait en plongeant dans son regard ce plaisir intense qui les attendait. Sa respiration devint plus courte quand elle passa le foulard de soie autour de son deuxième poignet. Il était à sa merci, comme elle l'avait été quelques instants auparavant. Elle se pencha doucement vers lui et lui susurra à l'oreille, que sa vengeance allait être terrible. Il sentait le rire dans ses paroles, ce petit rire qui la caractérisait si bien.

Son visage était lumineux, ses yeux brillaient, qu'elle était belle lorsqu'elle se releva un peu et qu'elle laissa glisser les deux petites bretelles de sa nuisette sur ses épaules. Il aurait voulu dévorer ses seins qui s’offraient mais il ne put se relever assez haut, prisonnier de ces liens de soie. Elle prit un grand plaisir à caresser son torse de ses cheveux.

Il frissonnait à chaque fois qu’elle alliait à ces caresses, ses doigts sur sa peau. Soudain ses yeux se firent plus sombres et plus sérieux, elle glissa sa main sous elle, écarta un peu sa culotte et vint se poser sur son sexe. Quelques instants elle le « tortura » un peu avant de s’abandonner à cette envie de le sentir en elle. Il était devenu élastique sous ses assauts, elle allait et venait sur lui.

Il était soudain partagé entre le désir de la toucher et de profiter de chaque millimètre de son corps et ce plaisir si intense et particulier de la laisser disposer de lui, de ce corps tout entier qu’il lui offrait.

OOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés