TES MAINS, TES LEVRES ET TON SEXE

par MUSE


Tes mains glissant dans le creux de mes reins, soulèvent le voile satin du lait divin, doux fluide qui parfume et répand dans la pièce une atmosphère d’allégresse.

Ce doux parfum étrange m’enrobe et me lange grâce à tes mains, ondes aux arômes de fleurs, elles m’ensorcèlent, et je me sens captive et libre à la fois.

Toujours remontant telles deux ailes légères, la caresse de tes mains se prolonge vers mes épaules, elles les massent et les frôlent, imprégné de ce suc si soyeux, si laiteux.

Mon corps se soulève, aérien, il en appelle encore à la bonté de tes mains, il demande et réclame bien plus que ces soins. Il s’étire, s’agrandit, et comme une fleur s’épanouit laissant à tes mains expertes, l’audace d’amener l’émotion de deux corps qui s’enflamment pour atteindre en soupirant l’extase finale.


Tes lèvres douces et humides effleurent et chatouillent ma peau, jouent avec les frissons de mon dos. Elles roulent et ondulent le long de mon corps, agiles et indiscrètes elles goûtent et apprécient le brillant ma peau lustrée par les perles de sueurs.

Tes lèvres descendent le long de mes bras, jusqu’à se poser dans le creux de ma main. Ta langue indomptable et coquine, creuse ma paume et y laisse un souffle tendre et chaud.

Tes lèvres se collent et se décollent, aspirées par mes seins, elles se plaquent et s’ouvrent, elles attirent et excitent les tétons qui s’affermissent. Elles sinuent au milieu des vallons formés par mes deux seins. Elles se posent au sommet et un doux baiser bien les contenter.

Tes lèvres et ta langue complices jouent entre elles de ces lieux divers que propose mon corps, jusqu’à l’extrême. Elles vont y découvrir le creux de mes orteils, qui s’écartent comme les doigts d’une main, doucement pour laisser de la place.

Tes lèvres et ta langue se déplacent muettes, mais remplies de désir, vers une entrée secrète qu’elles seules savent ouvrir. Elles s’avancent en silence, se faufilent entre mes cuisses qui se desserrent et s’écartent. Elles se frayent un chemin, leur avancée progresse. Tes lèvres s’arrêtent et ta langue s’engouffre. Fière elle a enfin trouvé la petite excroissance. Quel plaisir des sens ! ! !

Croyez-vous que je rêve ?


Ton sexe s’enhardit, se balance au-dessus de mes fesses, il salue, il dandine, il appréhende le creux des mes fesses. Révérencieux de ce lieu il respecte l’obscur endroit de mon intimité. Il tourne autour de moi. Il évolue sans cesse, comme un sceptre magique.

Ton sexe tel un cierge, offrande à des voûtes célestes s’offre devant moi. Il s’amuse et se rit de mes yeux qui se posent sur lui, de mes mains qui l’enserrent. Je le découvre, je l’effleure et je n’ose.

Ton sexe vient vers moi je le caresse, le regarde et me penche vers lui. Je lui fais révérence, et le prie d’accepter mon ignorance, ma maladresse. Je le dévore enfin d’une bouche luisante, je tourne autour de lui sans le brutaliser. Mes deux lèvres serrées, je souffle un nuage tiède, s’il tressaille, je le câline encore.

Ton sexe se tend vers ma bouche désireuse, impatiente je l'entoure de ma langue envoûtante, elle se fait maître de tes sens, et ses oscillations te plongent dans l’inconscience d’un désir sauvage. Elle se plaît à glisser le long de ce fil tendu, elle remonte et revient au sommet de ce dôme d’ou transpire une larme salée.

Ton sexe alors cabré et généreux tressaute et se rend sous les tourbillons de ma chair anxieuse, il cède et s’abandonne, sa frénésie s’éteint, les contractions s'endorment et il reste pantois. Interdit d’y toucher.

C'est permis de rêver ?

OOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés