LA TENDRESSE

par AUGUSTE


J'étais déjà au lit, bien installé, une revue dans le main. Je vis ta silhouette s'encadrer dans la porte. Cheveux défaits, nuisette courte, en haut des cuisses, bretelles fines. La lumière du couloir donnait une certaine transparence.

Je voyais nettement le compas de tes jambes se perdre dans l'ombre... Tu avais un sourire radieux, un peu énigmatique. Je sentais que tu étais consciente de mon regard. Et que tu en jouais. Tu t'étais arrêtée sur la porte, tu avais relevé tes bras pour remettre en place tes cheveux. Ce geste avait relevé tes seins. J'en voyais les tétons bien durs pointer. Dieu que tu étais belle! Bientôt quinze ans! Et comme au premier jour... T'en souvenais-tu de ce premier jour? De ce déplacement professionnel où comme par hasard il n'y avait qu'une chambre de réservée...

Quand tu étais sortie de la salle de bain... le même spectacle... la nuisette juste un peu plus sage, les cheveux un peu plus longs. Depuis, tu avais embelli. Tes seins avaient pris une belle ampleur que mes mains ne se lassaient pas d'évaluer, tes hanches s'étaient arrondies... Tu étais moins androgyne, plus femme... Et ce soir, je te voyais encore avec le même regard.

J'allais faire semblant de te regarder sans te regarder, comme si je regardais le vide, mais c'était le vide entre les pans de ta nuisette, dans cette ombre complice... Tu t'avançais lentement, passais sur le bord du lit. Tu relevais un pan de la nuisette, tu faisais glisser ton string, un minuscule string, mais que tu prenais plaisir à poser juste avant d'entrer dans le lit.

Tu me tournais le dos. Je voyais ta main saisir la fine ceinture, tirer vers le bas. Une fesse était dénudée. Un vrai fruit d'amour! Une envie de la croquer... Je restais coi, immobile, la revue sagement posée sur mes genoux.

Tu te coulais dans le lit, te collais à moi, posais tes pieds froids sur ma jambes! Salope! Toujours aussi espiègle! Je me reculais le plus que je pouvais, à l'extrême bord du lit. Je tendais le bras, tu posais ta tête sur mon épaule, tu passais une cuisse sur mon ventre, coinçant ma verge déjà turgescente...

OOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés