SEA SEX AND SUN

par Philippe


Avec mon amie Sabine, nous étions venus passer quelques jours de vacances sur la côte. L'arrière-saison était magnifique , l'afflux de touristes s'était tari et nous pouvions profiter pleinement des plages.

Nous avions notamment découvert une toute petite crique bien abritée , théoriquement accessible uniquement en bateau mais pour laquelle nous avions trouvé, dans les taillis, un petit chemin , qui n'avait pas été pratiqué depuis longtemps. Sabine pouvait s'y livrer en toute tranquillité à son sport favori , le bronzage intégral.

En cette fin de matinée , nantis du panier pique-nique , nous nous dirigions allègrement vers "notre" plage. Sabine , vêtue d'un soutien-gorge et d'un mini short moulant , marchait devant moi. Je contemplais le déhanchement de ses fesses , qui me troublait profondément et commençait à éveiller en moi des désirs bien précis .

J'étais perdu dans cette contemplation et ne pris pas garde que ma compagne s'arrêtait brusquement , alors que nous allions atteindre la plage. Je butai contre elle , pestai , mais elle me fit signe de me taire et de m'accroupir.

Je jetai un oeil par dessus son épaule, et le spectacle me laissa figé. Un couple , arrivé par la mer , ainsi qu'en témoignait le voilier amarré à quelques mètres , occupait notre territoire , et s'y livrait à une activité , qui nécessite d'ordinaire une certaine intimité.

Allongé sur le dos , entièrement nu , un homme offrait à la concupiscence d'une jeune femme , aussi peu vêtue que lui , un sexe magnifiquement érigé . Elle l'avait saisi entre ses doigts et le caressait lentement , avec la dévotion d'un prêtresse s'adonnant à un rite sacré. Puis elle se pencha , et entreprit de le butiner sur toute sa longueur , à tendres petits coups de langue.

Elle avait des cheveux blonds coupés très court et sa position mettait en valeur deux seins , pas très volumineux , mais bien ronds et dont les pointes vermeil dardaient sous l'effet de son excitation.

Nous étions cachés par des buissons; Sabine m'avait jeté un regard interrogateur , et je lui murmurai que le mieux était d'attendre un peu. Elle était collée contre moi et ses fesses rebondies , lovées contre mon bas-ventre , commençaient à me donner des idées ; elle dut s'en rendre compte , et me dit de rester tranquille. Bien entendu , je n'en fis rien et , l'enlaçant, commençai de lui caresser la poitrine. Le gonflement de ses seins et la raideur de ses tétons laissaient penser qu'à elle aussi le spectacle donnait quelques petites idées.

Sur la plage, la femme avait cessé sa fellation et s'était mise à quatre pattes sur une large serviette de bain. Agenouillé derrière elle , l'homme tendait vers ses fesses un sexe superbe , plutôt long et fin, dominé d'un gland écarlate , entièrement décalotté. Il le prit en main , le fit glisser entre ses globes , le long de la raie , et vint le placer à l'orée de sa grotte. D'un lent mouvement , il la pénétra , s'immobilisa au fond d'elle , se retira aussi lentement , presque totalement , puis l'envahit à nouveau. La crochetant aux hanches , il coulissait de plus en plus vite en elle . Nous pouvions voir ses petits seins ballotter au rythme de la pénétration.

Sabine avait accentué les mouvements de son postérieur contre mon ventre. Je fis glisser son short et son string , sortis mon sexe . Passant une main entre ses cuisses , elle s'en saisit , en frotta sa chatte toute humide du miel qui en coulait et , poussant en arrière , vint s'empaler sur ce pieu dressé pour elle Les yeux rivés sur le couple de la plage , nous nous mîmes à l'unisson de leur danse d'amour. Jamais nous n'avions eu l'occasion de voir en réel un couple faisant l'amour ; c'était beaucoup plus excitant que n'importe quel film X , et nous étions tous les deux au summum de l'excitation.

L'homme allait de plus en plus vite; il avait saisi les seins de sa partenaire et les pelotait avec ardeur. Brusquement , il sortit sa queue du fourreau soyeux où il l'avait logée , la secoua un peu et en fit jaillir de longs jets de foutre , qui vinrent se répandre sur le sable.

J'avais aussi saisi à pleines mains les nichons de Sabine , lourds et gonflés à souhait. Elle haletait , je la baisais avec frénésie , sentant la montée du plaisir dans ma tige. Elle se cambra encore , émit un long feulement , qui se transforma en un fort cri de jouissance quand elle me sentit éclater en elle.

Ce cri avait alerté le couple , qui se tourna vers nous , nous aperçut . Ils nous firent signe de les rejoindre.Un peu intimidés, nous nous rajustâmes rapidement ; les présentations furent vite faites : Sabine et Patrick , Katia et Antoine.

Nos deux nouveaux amis semblaient parfaitement à l'aise et nous proposèrent une petite baignade " pour se remettre ". Comme ils étaient entièrement nus , après une légère hésitation, nous fîmes de même , et tout ce joli petit monde se retrouva à batifoler dans l'eau.Katia et Sabine avaient tout de suite sympathisé et riaient comme des gamines. Je ne pouvais m'empêcher d'admirer le corps de Katia , ses seins , petits , mais bien fermes , et terriblement excitants , sa superbe petite touffe blonde surmontant sa fente bien rose. Et de son côté Sabine ne semblait pas laisser indifférent le bel Antoine , et vice-versa .

Nous revînmes nous allonger sur nos serviettes , Sabine et moi, côte à côte , sur le ventre , encore gênés d'exposer nos corps nus. Antoine s'étendit à la droite de Sabine tandis que Katia se plaçait à ma gauche.

Très classiquement , Antoine proposa à Sabine de lui passer de l'huile solaire et , sans attendre la réponse, entreprit de lui masser le dos , ses mains venant très vite s'égarer sur ses fesses, puis ses cuisses. Sabine me lança un regard interrogateur : je lui répondis d'un sourire , à la fois complice et encourageant.

En fait , il y avait déjà quelque temps que nous évoquions , à mots couverts , une possibilité de nous retrouver avec un autre couple dans l'intimité. Les boîtes spécialisées ne nous attiraient pas du tout , et une relation avec des amis bien connus nous faisait hésiter : quels pourraient être nos rapports par la suite ? Une fois pourtant , après un dîner , un jeu avec des gages nous avait amené assez près de franchir le pas , mais cela s'était arrêté à des caresses. Sabine en avait d'ailleurs été très excitée , et s'était montrée ensuite, quand nous avions été seuls, d'une audace que je ne lui connaissais pas. Aujourd'hui, avec des inconnus , l'occasion était trop belle , et je sentais ma compagne , comme moi d'ailleurs , parfaitement prête à réaliser notre fantasme.

Elle se laissa donc aller à la caresse d'Antoine , écarta un peu les cuisses , se souleva légèrement. Il comprit le message tout de suite : ses mains effleurèrent les seins , vinrent se nicher à l'intérieur des cuisses , plus haut encore , ne rencontrant aucune résistance mais bien plutôt des encouragements.

Se penchant vers moi , Katia me dit :"on dirait qu'Antoine et Sabine ne s'en font pas".Sa cuisse s'était collée à la mienne. Elle posa négligemment une main sur le bas de mon dos , caressa mes fesses , le haut de mes cuisses. Un de ses doigts se glissa entre elles , poussa plus loin : j'écartai les jambes , me soulevai légèrement. Elle passa la main entière , vint se saisir de mes bourses , les palpa , les fit rouler entrer ses doigts.


-"Retourne toi!"

J'obéis ; mon sexe était, à demi érigé mais la coquine le négligea , posa sa main sur ma poitrine , vint agacer mes tétons qui réagirent en durcissant. Se penchant , elle vint les titiller du bout de la langue ; je sentais ma bite se tendre , gonfler , durcir sous cette caresse tellement excitante. Comme si elle venait juste de s'en apercevoir , Katia me dit , avec son délicieux accent d'Europe de l'Est (ah , le charme slave!) : " Mais , ma parole , tu bandes".

A côté de nous , Sabine s'était mise en levrette , ce qui lui permettait , en même temps , de profiter du spectacle que je lui offrais avec Katia. Antoine l'avait déjà pénétrée et la fourrait allègrement de sa longue queue. Je pus surprendre dans son regard l'intensité de son plaisir , décuplé par le fait de voir tout près d'elle son amant en train de se faire branler par une superbe blonde . Katia , en effet , s'était emparée de ma bite et la caressait avec fureur. Je voyais la queue d'Antoine qui allait et venait dans la chatte de ma copine , en ressortait toute luisante de mouille , repartait à l'assaut . Je bandais comme un fou.

Katia m'avait chevauché : prenant mon sexe entre ses doigts , elle l'approcha de son intimité et entreprit de l'utiliser pour se caresser. Je sentais mon gland qui frottait son clito ; puis elle le glissait le long de sa fente pour bien le mouiller et revenait se branler . Je lui avais saisi les nichons à pleines mains et les malaxais. Elle plaça ma queue à l'entrée de son vagin et se laissa glisser , lentement , délicieusement , remonta, redescendit . Quel délice que cette chatte soyeuse enserrant ma bite , la branlant à son rythme.

Comme par un accord tacite entre eux , elle allait et venait au même rythme qu'Antoine dans la chatoune de Sabine . Toujours démonstrative , mon amie gémissait sous les coups de boutoir qui se faisaient de plus en plus violents. Katia menait sur mon ventre une sarabande effrénée. Antoine hurla qu'il venait , sortit sa queue de la chatte de Sabine , qui hurlait sa jouissance , et vint la présenter à Katia , qui l'enfourna entre ses lèvres pour en recueillir toute la substance , tandis que j'éjaculais au plus profond de son vagin.

Nous nous écroulâmes les uns sur les autres , épuisés et repus. Katia et Antoine nous proposèrent de faire une croisière avec eux , sur leur bateau , pendant quelques jours . Au large , sous le soleil , les couples se formèrent , se déformèrent , s'unirent , avec toutes les variantes que l'on peut imaginer. Mais ceci est une autre histoire !

OOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés