LE SUMMERLAND DE CHAN

par CHAN



"Chan", notre Amie, nous a quittés mais je tenais à vous faire connaitre ses écrits magnifiques et remplis de sensilité qui nous ont bouleversés.


*****



Un monde au delà du réel"


Assise dans l'herbe où poussent des milliers de fleurs
Devant cette page jaunie par le temps et les heures
Ma plume pleure, les mots ne viennent pas
Dans un silence sans faille,
Je ne sais par où commencer,

Je pense à toi souvent, au lever le matin,
Le soir en me couchant
Tu as guidé ma main, mais, que dois je te dire
Mais que dois-je t'écrire, que je t'aime toujours

Je viendrai te chercher, aujourd'hui ou demain, dans un ou dix ans
Tu me le disais, tu me l'écrivais, tes poèmes naissaient
J'étais ta Muse, maintenant je suis celle d'un autre

Je viendrai te voler, car je sais que tu m'aimes toujours
L'autre ne compte pas, tu n'as pas envie d'elle
Et pourtant elle est plus jeune, mais c'est moi que tu veux
Car nous deux seulement pouvons aller ensemble

A travers ce fil qui nous reliait
Tu guidais ma main, tu m'as aussi appris
Que l'amour de deux êtres même différents
Par l'âge, la condition sociale, l'éloignement,
Peuvent se retrouver une nuit, un jour, un an

Le téléphone, oui lui seulement lui, nous rapprochait
Le mercredi, le matin, les après midi,
Le samedi, le matin, les après midi,
Souviens toi, tu ne travaillais pas et elle n'était pas là

Tu me parlais doucement tendrement
Tu me disais je t'embrasse, nos langues se mélangent
Touches toi les seins, pense que ce sont mes mains,
Tu aimes qu'elles te caressent, je te touche et tu trembles

Descends ta main au milieu de tes cuisses
Ecartes les un peu que mes doigts puissent y entrer
Je sens que ta fleur est mouillée
Je sens ton bouton se gonfler,

Mes doigts te caressent,
Tes lèvres sont trempées et ils commencent à glisser
Sur cette fleur abandonnée à ma main
Je sens ton plaisir monter, tu gémis doucement
Je descends ma tête à l'orée de tes lèvres roses

Comme une chatte qui nettoierait son petit
Je mets ma langue sur cet endroit que j'aime sucer, laper, aspirer

Elle est nerveuse et elle sent ce liquide qui commence à couler
Sa saveur a un goût de vanille additionné d'une pointe salée
Tu es une fille du Sud, un peu d'eau de mer est en toi

Je sens que ton orgasme va venir
Tu vas jouir au bout de mes lèvres, au bout de ma langue
Tes gémissements ont commencé depuis un moment déjà

Ton corps, bronzé par le soleil, bouge comme une étoile de mer
Il s'arque doucement pour se donner plus encore
à ce plaisir, à ton désir de me sentir en toi

Mon pénis est gonflé, je m'arrête comme à regret
Je glisse doucement sur ce corps qui m'appartient
Je m'immisce dans la chaleur de ton ventre chaud

Tu serres tes cuisses pour sentir mon pénis dur
Je vais et je viens, dans cette chaleur humide
Nous allons jouir dans un même cri, et ce cri sera le nôtre

Nous allons nos corps collés ensembles
Dans l'autre dimension, la cinquième
Celle de l'amour fou de nos sueurs mêlées

Oui, souviens toi , souviens toi de nous,
Un amour irréel, un amour fou
Notre amour au bout du fil, 900 kilomètres sont entre nous
Mais je te sens sous mon corps, il est chaud, brûlant

Rappelles toi,
Notre monde de rires, d'amour et de joie, de plaisirs
Il est à Nous, Il est à Toi, tu m'appartiens, je suis à toi
Je te l'ai dit, je te reprendrai, tu es à moi.

Le monde où les dauphins applaudissent
Le monde où les Biches dansent
Le monde où les colombes sont bleues
Le monde où l'amour est le ROI

LE SUMMERLAND -
Il est à Nous, ne l'oublies jamais

CHAN A LUI

21 mars 2006

*****




"L'amour au bout des doigts"


"Un doigt l'index et les autres!..."

Oui ce doigt posé sur les lèvres qui dit : chut...ne dis rien,

Oui se doigt qui :
enroule une mèche de cheveux fins,

Oui ce doigt qui :
désigne une très jolie femme,

Oui ce doigt qui se pare d'un anneau pour dire :
je t'aimerai toujours pour le meilleur et pour le pire,

Oui ce doigt :
qu'on suce pour goûter une crême,

Oui ce doigt :
qui tape sur les touches d'un ordinateur pour lui écrire je suis là, regardes moi, c'est toi que je veux, c'est toi que j'aime,

Oui ce doigt qui appelle et qui dit :
viens vers moi,

* * * Je te donne mes doigts pour t'inonder de mes carresses, pour que tu sentes mon ivresse,
Oui viens que je te touche avec eux, ils sont dix en tout,
J'en aurais voulu plus pour toucher ton corps sur tous ses centimètres,
Avec mes doigts, avec mes mains, avec mon coeur et mon amour,
Viens que je te tienne près de moi, tout près avec eux.
Mon amour pour toi est au bout de ces doigts. Je les aime, je les crême, pour qu'ils soient doux, pour te toucher. * * *

Mes doigts te disent :

Mon AMOUR Je T'AIME

4/5/2006


*****



Bleue est la Colombe

Je l'ai vu la colombe bleue, elle est blessée, comme moi je le suis
À l'ombre de l'invisible incertitude de mes espérances
Cachée sous les rideaux de ma solitude
Dans la voûte de mon ciel méditerranéen où brille le soleil.
Elle s'est souvent posée au creux de mon épaule,
Elle est repartie dans les airs portée par ce vent chaud,
Ce vent du Sud, qui s'appelle Siroco

J'ai guetté son retour, et je le guette encore,
Assise sur les marches blanches de mon espoir perdu
Tu as vu ma colombe bleue, mon ami,
Tu l'as vu passer au-dessus de ton ciel ?
Moi, j'attends son retour dans la douceur de mes songes
Demain si elle revient, je chanterai la mélodie des anges.

J'ai des étoiles dans les yeux
Dis lui, si tu la vois, de me mettre un message
" Ne pleure plus ma belle, ils ont trouvé pour toi ce que tu attends "
C'est ce que je te souhaite, me dira la colombe bleue.

V de Chanel

2/4/07


*****



A mon Prince de Lune




Le soir, il descend de sa lune, sa mère, pour la rejoindre, elle,
Il sait qu'elle l'attend,
Il est sa fenêtre ouverte sur un monde qu'elle n'aime plus,
Elle rêve de lui, de sa douceur, il est son espérance,
Elle l'appelle doucement et il la devine plus qu'il ne la voit,
Elle est assise au bord du rivage de cette plage de sable fin qu'elle aime tant, elle écoute la vague qui arrive et qui lui mouille les pieds,
Le sable sur lequel est assise est encore chaud,
Il s'approche, il l'allonge comme toujours,
Doucement, tendrement, il est plein de tendresse,
Elle est entourée d'un joli voile bleu qu'il lui enlève avec précaution,
Elle est nue et elle s'offre à ses yeux, elle veut se donner à ses mains,
Elle le veut, lui, lui seul, et pas un autre,
Il s'assoit à côté d'elle, elle a ce parfum au goût salé qu'il connaît bien, et qu'ont les filles du Sud
Il embrasse ses cheveux blonds, fins comme de la soie,
Et doucement sa bouche descend vers ses lèvres entrouvertes,
Qui attendent le baiser,
Leur langue se mêlent dans une grande douceur
Puis sa bouche descend tout le long de son corps,
De ce corps fragile, chauffé par le soleil de la journée,
Elle a juste écarté ses cuisses aussi douce qu'une crême à la vanille
Et lui, avec sa langue, arrive enfin à cette fleur ouverte,
C'est une orchidée rose et nacrée qui s'offre à lui,
Sa bouche, parcourt celle ci, avec délice et avidité,
Son nectar est si doux et sucré comme un jus de cerise
Elle bouge un petit peu et, lui, lèche doucement cette fleur qui s'est ouverte, qui s'est offerte,
Avec délicatesse et volupté,
L'extase est proche, il la sent frémir,
Il s'arrête, remonte sur ce corps abandonné à ses sens,
Et il rentre en elle jusqu'au fond et là, à l'intérieur chaud, il laisse couler,
Tout l'amour qu'il a contenu jusqu'à cet instant,
Cet instant, c'est l'instant magique où la fille du soleil et le fils de la lune,
Se fondent en un seul être, et cet être devient amour.

Chan

27/2/2006

OOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés