LA SALLE DE BAIN

par Thierry



Je te regarde en ce moment, tu viens d'entrer dans la salle de bain ; Moije suis encore allongé sur le lit, dans la chambre, mais, de l'endroit où je suis,je peux parfaitement te distinguer.

Tu dois penser que je dors encore mais j'ai l'oeil vif et le fait que tuaies laissé la porte de la salle de bain ouverte me permet de satisfaire monplaisir de cette belle vision que j'ai sur toi.

Je me sens bien, très détendu et reposé, je suis allongé sur le dos etj'ai calé un oreiller sous ma nuque pour mieux te regarder sans faired'effort.

Tu es là à quelques mettre de moi et tu portes ton peignoir de soie blanc.Je te regarde te pencher pour faire couler l'eau du bain et je ne peuxm'empêcher en regardant tes courbes se dessiner sous ton peignoir, à tousles moments délicieux que nous avons déjà partagés ensemble.

J'entends le bruit de ta main qui goûte la température de l'eau et le bruit presqueperceptible du gel douche qui emplit doucement ton bain en écumant samousse.

J'aime te voir te regarder dans le miroir et te voir jeter un oeil sur moidans la chambre, me pensant dans un sommeil encore profond.

Comment t'expliquer la sensation qui m'envahit quand doucement, tudétaches la lanière qui maintient ton peignoir de soie pour le laisserglisser au sol et quand lentement ton corps se découvre à nu, devant mes yeuxébahis.

De là ou je suis je devinerais même la texture de ta peau si douce etchaude, je scrute chaque cm de ce corps que j'ai tant de fois désirer et quetu examines attentivement dans le miroir en passant ta main sur chaquepartie de celui-ci afin de te rassurer de sa belle tenue.

Tu scrutes d'abord tes seins dressés en passant la main dessous comme pourles soupeser et s'assurer de leur bon maintien, tu examines ton visage deplus près dans le miroir en portant une attention particulière à tes yeux età ta bouche si sensuelle.

Puis tu te retournes avec grâce en gardant ton regard sur le reflet dumiroir pour inspecter le galbe de tes fesses en les tapotant doucement et enayant cet air satisfait en glissant ton regard sur tes jambes.

Je sens que je suis là en position de voyeur, un voyeur qui simule lesommeil, mais il est sur que tout chez moi ne peut plus simuler le sommeilet je prends soin de tirer la couette sur mon bas ventre afin que rien nepuisse me compromettre.

Voilà un des moments que je préfère, et qui me tort de désir au fond demon lit, celui ou tu te penches à nouveau en remuant l'eau du bain et ou jepeux apercevoir à la jointure de tes cuisses le dessin de ton intimité entretes fesses cambrées.

Je ne peux m'empêcher de laisser échapper un gémissement étouffé par ledrap que j'ai serré fort entre mes dents, ce qui a pour effet forcementd'attirer ton attention, mais après un moment de doute et un regard furtifjeté à la chambre tu reprends doucement ton entrée dans ce bain chaud quit'attends.

Je ne perds pas une miette de la scène même si le fait que tu soismaintenant complètement entrée dans le bain ne me permette plus de voir quele haut de ton corps.

J'adore voir ton corps entrer doucement en contact de l'eau, voir tonvisage se crisper doucement comme pour atténuer la température de l'eau ett'y glisser sensuellement jusqu'au cou.

J'aime voir le bout de seins se dresser hors de l'eau à chacun desmouvements de ton corps et des petites vagues qu'il simule, pour laisser tesseins flotter comme des nénuphars à la surface d'un étang.

Ma main qui a maintenant doucement glissé sous le drap comme guider par lebesoin de me toucher au fil de la scène qui se projette, devant mes yeux,trouve mon membre durci de désir et entame un jeu de va et viens silencieux.

Le mouvement s'accélère au fur à mesure des passages de la grosse épongeau contact de tes seins et du passage du jet de la douche sur tes tétonsdressés pour en dissiper la mousse.

Soudain, je m'aperçois que les rôles ont changé, que c'est toi cette foisqui regarde dans ma direction en t'installant assise sur le bord de labaignoire toujours avec le pommeau de la douche serrée dans ta main droite.

Pris d'un coup de chaleur subite, tout en essayant de continuer àfeindre de dormir, je laisse le drap découvrir une bonne partie de monanatomie.

De la salle de bain, tu ne peux pas voir que j'ai les yeux à demiouverts et que je continue à scruter chacun de tes gestes quand assise surle bord de la baignoire tu entrouvres légèrement les cuisses pour y passerta main puis y laisser courir tes doigts.

J'entre alors dans le jeu en dévoilant un peu plus de mon corps pourlaisser libre cours à tes pensées ; je distingue alors nettement le jet dela douche s'orienter vers ton sexe offert, voir tes lèvres frémir au contactde l'eau et voir se lisser la lisière de poils bien dessinés au dessus de tafente.

Alors que ta main gauche empoigne ton sein le jet se précise sur le hautde tes lèvres faisant apparaître et s'arrondir doucement ton clitoris, enfermant les yeux par moments et en observant mon corps par d'autres, tustimules avec soin tes zones les plus sensibles, le jet écarte doucement tespetites lèvres pour remonter de douceur sur ton clito maintenant gonflé dedésir.

Ton bassin et tes hanches entament une danse sensuelle contre le bord dela baignoire et je perçois de là ou je suis tes premiers gémissements deplaisir.

Ton esprit semble maintenant totalement aliéné à l'image de mon corps quetu imagines dans des situations les plus osées alors que ta main ne peutplus maintenir le jet, sans un tremblement saccadé.

Ta tête est penchée en arrière et ton autre main pétrie doucement ton seinen en pinçant la pointe du bout des doigts. Je ne rate rien de la scène qui se déroule devant mes yeux et je profite de tes yeux fermés pour accentuer les caresses de ma main sur mon sexe gonflé de plaisir.

J'en arrive alors à ne plus maintenir les yeux ouverts en me concentrantsur la pensée de ton corps sur moi bougeant et me chevauchant en cadence, jene peux, à mon tour, retenir mes râles de plaisir qui montent en même tempsque la jouissance que je sens très proche.

Mon corps s'agite et les draps qui me couvrent volent bientôt au bas dulit découvrant mon corps dans sa nudité la plus totale.

En une fraction de seconde je m'aperçois que tu m'observes maintenant lecorps en transe la main serrée contre mon membre qui ne demande plus qu'à sesoulager.

Cette vision te fait redoubler de plaisir et toi aussi tu guidesalors un peu mieux tes caresses pour tenter d'atteindre la jouissance enaccord avec moi.

Bientôt nos gémissements se deviennent des râles langoureux et c'est dans un mêmeélan que notre jouissance explose pour laisser nos corps retomber, lentement,secoués de spasmes de plaisir.



OOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés