UNE REUNION TROUBLANTE

par Francis.francis


J'étais ce matin à une grande réunion à la préfecture, dans la plus vaste salle, magnifiquement décorée second empire, de précieux accrochés tableaux aux murs. Il y avait là une cinquantaine de personnes, dont le préfet, des chefs de services, des hauts fonctionaires.

En face de moi était assise une dame, assez loin vu la dimension de la pièce, assez ordinaire, voire quelconque : environ 35 ans, mince, cheveux châtains mi longs tirés et attachés, un visage sans grâce particulière, pas maquillée, des lunettes discrètes. De ma place je n'ai pas distingué la couleur de ses yeux.

Elle était vêtue simplement, d'un chemisier blanc à col pointu, à manches longues, d'un gilet bleu marine sans manche, d'une jupe bleue foncée, sous le genou, souple et bordée d'un petit volant en tulle noir, seule fantaisie vestimentaire, et de petits escarpins pointus à talon fin et court.

Mais je ne peux pas décrire l'émoi qui m'a submergé lorsque j'ai découvert qu'elle portait des bas : elle avait croisé assez haut ses jambes, et j'ai cru au début que cette bande sombre au milieu de sa cuisse était une ombre.

Je n'en revenais pas, jamais dans une telle réunion je n'aurais cru assister à un spectacle aussi troublant, d'autant plus que les circonstances étaient extrêmement sérieuses. Je pouvais voir distinctement sa cuisse blanche au-dessus de la jarretière noire, et je constatais que ses bas tenaient tout seuls, sans porte-jarretelles (ce qui eut été encore plus incroyable...).

Je ne pouvais détacher mes yeux de ses jambes, au risque qu'elle me repère. Je n'ai pas pu suivre les débats, heureusement que je n'ai pas eu à prendre la parole. J'étais hypnotisé.

Elle décroisait et recroisait alternativement les jambes, pas assez souvent à mon goût...

Le pire, c'est que je n'ai même pas eu d'érection, trop troublé sans doute, complètement inhibé, submergé d'émotion.

J'imagine que tous les autres participants à côté de moi ont pu également profiter de ce spactacle rare.

A la sortie de la réunion, en m'approchant de cette inconnue troublante, j'ai pu constater elle portait en fait des bas résille noirs, ce qui m'a encore un peu plus ému.

Je m'étais promis de l'aborder après la réunion pour lui dire mon trouble. Et je ne l'ai pas fait, je suis un grand timide, je le regrette déjà.

Mais c'était une magnifique réunion dont je me souviendrai longtemps, de celles que l'on imagine la nuit sans jamais penser qu'on les vivrait un jour. Et pourtant...

OOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés