LA MAISON DE RETRAITE

par Auguste



Dix ans déjà ! Dix ans qu’ils ne s’étaient pas vus. Elle était là devant lui.
Elle n’avait pas beaucoup changé. Même cheveux blonds. Même yeux verts. Même bouche. Peut être quelques rides en plus.
La silhouette, l’allure étaient restées les mêmes. Toujours aussi élégante.
Il revit en un instant les douze ans qu’ils avaient passés ensemble. En amoureux. En amants aimants.
Il n’arrivait pas à placer une parole. Elle restait silencieuse.
Seuls les regards interrogeaient. Ils se trouvaient-là devant cette résidence pour personnes âgées. Comme en visite.
Elle avait un léger sac à la main, lui une sacoche.

- Vous venez voir votre maman ? » arriva-t-il péniblement à articuler.
- Ma mère est morte il y a deux ans. Et vous ? Vous venez voir quelqu’un ?
- Pas vraiment. Je viens prendre des renseignements…
- Moi, je les ai déjà pris il y a quelques temps. Je viens signer. Si le dossier est complet, j’entre à la fin du mois. Il y avait deux studios qui se libéraient, j’en ai pris un.
- Alors l’autre est pour moi ! Je me demandais qui j’allais avoir comme voisine, mais si c’est toi…
- Hé oui ! C’est moi. Nous allons pouvoir jouer les anciens combattants ! Tu as moins de cheveux ! Mais ils sont tous blancs, ta barbe aussi. Bien taillée pour une fois !
- Tu n’as pas changé ? Tu critiques toujours autant ! Mais pour les débats d’anciens combattants, très peu pour moi ! Je vis au jour le jour !
- C’est bien ce que je disais… tu n’as pas changé mais cette fois-ci, chacun son appartement ! Sur le même palier. C’est bien ce que tu voulais il y a vingt-cinq ans de cela ?
- Toujours passionnée de mots croisés ?
- Oui mais j’attends toujours un dictionnaire. Je n’ai guère progressé. Et toi ? Toujours aussi coureur ?
- Je me suis rangé des voitures il y a dix ans »

Sur ces paroles, ils partirent chacun de leur côté, sans échanger de numéros de téléphone.
Les dix jours qui précédèrent leur déménagement passèrent vite en courses, démarches.
Il ne pensait même pas à elle !
Pourtant, les années de vie commune avaient été fastes en événements, émotions, plaisirs, et pour ceux-ci en majorité sexuels. Ils avaient découvert ensemble ce qu’étaient un homme et une femme. Pourtant, ils avaient un passé avant de se rencontrer. Plaisirs sexuels, mais aussi intellectuels. Sorties, discussions, interrogations sur le pour quoi de notre amour…

Ainsi, le lundi 31 mai, il se rendit à cette résidence, proche de la rivière. Il la vit dans à l’accueil en train de prendre sa clé. L’hôtesse lui tendit la sienne. Ils se saluèrent d’un signe de tête et d’un petit sourire de politesse. Elle marchait du même pas devant lui, décidé, toujours avec la même élégance. Arrivée devant sa porte, elle posa son sac de voyage, ouvrit et le regarda. Il avait ouvert la sienne. Ses cartons étaient déjà là, son dictionnaire, son vélo.

- Je vois que tu as pensé au dictionnaire et au vélo ? » Elle disait ceci. Et il se souvint des dix années communes où il lui avait promis qu'il ne serait totalement à elle, le jour où elle me verrait avec son dictionnaire et son vélo !
- Oui, mais comme cela restreint beaucoup la place dans mon studio, puis-je poser ma valise chez toi ?
- Salaud ! Il y a vingt cinq ans tu m’as fait le coup lors de mon premier stage !
- Oui, mais cette fois, j’ai le dictionnaire et le vélo !
- D’accord ! Ferme ta porte quand même… »

C’est ainsi que qu'ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre…

« - Ferme ma porte… on pourrait nous voir ! »

Les gestes d’antan furent retrouvés. Sa bouche avait le même goût. Il lui dégrafa son soutien gorge de la même façon sous le pull. Il la poussa sur le lit de la même façon. Elle lui posa sa chemise de la même façon. Elle fit glisser son pantalon de la même façon. Et un bon moment après, vautrés sur la moquette de sa chambre, jambes mêlées, vidés, essoufflés, épuisés … elle lui dit

- Tu n’as vraiment pas changé. Est-ce que tu m’aimes ?
- Comme il y vingt cinq ans. Et toi ?
- Oui » Et le baiser qui s’ensuivit fut aussi profond, peut être même plus parce que celui-là avait goût de liberté, d’attente et de fidélité.

OOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés