RECONCILIATION

par Peaudebebe


Après des années de vie de couple, en un peu plus de dix ans, notre couple traversait une crise sans aucune commune mesure.

En effet nous avions mis notre appartement en vente et nous avions décidé de nous séparer.

Tous les formulaires pour lappartement étaient faits, promesse de vente etc. les délais de rétractation étaient passés et javais même trouvé mon appartement.

Tout laissait à penser que jamais plus, je ne pourrais toucher ce corps si doux et si parfait à mes yeux.

Bien sûr, elle avait quelques défauts, je ne la trouvais pas très ouverte sur le plan sexuel et pas très chaude à faire ça souvent, mais bon je laimais et ce malgré les tromperies de part et dautre.

Puis une journée d'août qui avait commencé comme toutes les autres, cest à dire en senvoyant des mails pas très sympas, tout bascula pourquoi, mystère, je nen sais rien.

Voici le récit de cette soirée de rêve :

Donc après avoir échangé nos mails idiots, je lui envoie une blague sur le sexe des hommes.

Et nous voilà partis dans un échange plus quexcitant tous au long de laprès-midi.

Au moment de partir du bureau je reçois un texto qui me dit : jaimerais bien regarder un film X avec toi.

Peux-tu en louer un ?

Sur ce je ne suis quun homme et je lui répondis : mais jen ai à la maison !

De là mon imagination commença à aller bon train.

Je limaginais en train de me refaire lamour, mais jétais loin de mattendre à cela.

Ma femme rentra, me fit un bisou puis fila vers la chambre et la salle de bain. Je me dis là : mon pauvre vieux tu t'es fait des idées.


Et à ma grande surprise elle revint habillée de son joli pantalon noir, dun pull et chaussée de ses bottes noires.

Je la trouvais, à cet instant, encore plus belle et plus sexy, que jamais.

De plus ce pantalon lui collait si bien à la peau que je me demandai ce quil y a en dessous.

Je me demandais au fond de moi-même si je ne rêvais pas ?Mon sexe était dur au point de men faire mal.Et bien non, elle s'assit à côté de moi et me dit : tu as pensé au film ?

Bien sûr je me lève et me dirige vers le lecteur dvd, insère le disque, prend la télécommande et retourne à ses côtés.

Nous mettons le film en route . Là je vis ma femme se serrer contre moi.

Je lui passe un bras, autour du cou et, j'en profite pour lui caresser délicatement la nuque.

Plus les minutes passent et plus mon envie grandissait, cétait la première fois que lon regardait un film X ensemble; je vous laisse imaginer mon excitation intérieure.

Plus les scènes avançaient plus je la sentais réceptive et je remarquais même que de temps en temps une de ses mains se laissait aller à des caresses sur ses cuisses et son entrecuisse je nen pouvais plus.

Je posai ma main sur son genou et je commençai à la caresser doucement, là je croise son regard et je mattendais à avoir un regard furieux mais non, ses yeux brillaient denvie.

Ma main se faisait plus coquine en remontant doucement vers le bas-ventre tout en exerçant une légère pression.

Je fus surpris de voir ses jambes sécarter et de sentir sa main se poser sur mes cuisses.

Sa main commença à remonter et atteignit la bosse sur mon jeans, elle me regarda, elle me sourit, ses yeux brillaient de mille désirs.

Ma main commença de douces caresses lentes et appuyées sur son entrejambe, je sentis lhumidité à travers son pantalon et un petit gémissement sortit de sa bouche.

Je compris que le désir était là et bien là ; quand sa main se mit a déboutonner mon jeans.

Hummmmmmmmmmmm l'extase jamais je n'avais ressenti ça, en 12 ans.

Donc je me mis sur le côté afin de pouvoir profiter de tout son être, je lembrassai puis délicatement je lui ôtai son pull.

Sa poitrine était emprisonnée dans un joli soutien-gorge bleu.Je ne me rappelais plus, qu'elle était aussi généreuse et de peau, si blanche, je vis que ses mamelons étaient ressortis et pointaient à travers son soutien-gorge.

Je lui fis mettre les jambes sur le canapé et vins me placer devant elle.

Je sentais toujours sa main sur la bosse de mon jeans, mon sexe me tiraillait de douleurs mais cétait bon.

Je lui dégageai délicatement les seins et je déposais de doux bisous sur chacun.

Mes mains remontèrent sur ses seins et commencèrent à les caresser.

J'entrepris de contourner les mamelons, avec un doigt, afin de les faire gonfler et durcir ce qui se fit presque instantanément au contact de mon doigt.

Je me penchai afin de les titiller, avec ma langue, ce qui eut pour effet darracher des gémissements de plaisir à Madame.

Elle prit ma tête, entre ses mains et me la fit descendre, vers son bas-ventre.

Elle avait envie de sentir le contact, la chaleur et la douceur de ma langue dans son intimité.

Je lui ôtai son pantalon qui senleva très facilement et ce malgré ses bottes (super la mode patte deph !).

Je découvris quelle portait des bas et un petit string bleu très très transparent; ce qui mexcita encore plus car je ne voyais plus de poils, ils avaient disparu, Madame sétait épilée totalement.

Je la regardais surpris et elle sourit, dun sourire très coquin et qui appelle au désir.

Donc je mis ma tête entre ses jambes, je déposai de doux bisous, mon nez exécutait des aller-retour a travers son string mais toujours dans le sillon dessiné pas sa jolie fente.

Un doigt écarta le voilage soyeux que formait son string et ma langue pénétra sa fente.

Je la faisais descendre du petit trou et remonter avec des mouvements de va-et-vient, un nectar chaud coulait de sa fente.

Hummmmmmm, j'adore le goût de ce nectar et son odeur.

Après un bon moment j'entendis ses cris de plaisir, mes doigts entreprirent de visiter cette caverne si chaude et si humide, dabord un puis deux puis un troisième, ma langue continuait à lécher son petit bouton il était tout gonflé je laspirai puis le fis rouler sous ma langue.

Ses cris et ses spasmes se faisaient, plus fort, de seconde en seconde, cet alors que je pris sur moi daller lécher lentrée de son anus.

Habituellement elle aurait tout arrêté mais là rien, bien au contraire, elle se dégageait les fesses pour que ma langue puisse rentrer au plus profond.

Après avoir bien lubrifié je sortis un des doigts de sa fente humide et le fis pénétrer doucement dans son petit trou.

Le bonheur suprême à mes yeux.

Ma femme se laissait aller, ma langue reprit le chemin de son petit bouton et là je me mis a lui faire des va-et-vient avec mon doigt.

Puis je mis deux doigts dans lanus, deux doigts dans sa fente et mon pouce soccupa de masser délicatement la partie entre le bouton et la fente.

Elle se mit à crier, je la sentis trembler de tout son corps, elle était parvenue à lorgasme, elle nen pouvait plus et me fit arrêter après un râle de bonheur intense.

Je me relevais, un court instant après.

Elle vint vers moi à quatre pattes sur le canapé, membrassa, puis elle ôta mon pull.

Pendant ce temps le film se déroulait mais on ne regardait plus, seuls les cris de plaisir parvenaient à nos oreilles.

Elle me déposa des petit bisous sur les pectoraux, ses mains me caressèrent, je nen pouvais plus mon sexe luisait je le sentais humide et au bord de l explosion.

Elle le sentit car je frissonnais de plaisir elle se laissa glisser entre mes jambes et ôta mon jeans.

Une tache dhumidité apparut sur mon boxer au niveau de mon gland; elle sourit.

Ces mains continuèrent à me caresser à travers mon boxer, le plaisir devenait presque insupportable.

Elle déposa un bisou, puis un autre en remontant et là, elle libéra enfin mon sexe.

Sa langue douce et râpeuse entreprit de le lécher du bas vers le haut, je me retenais de tous mes forces pour ne pas éjaculer, elle le sentait la coquine et sen amusait.

Elle fit glisser mon boxer et revint à la charge. Après avoir léché de haut en bas elle se mit à tourner autour, hummmmmmmmmmmmmm, puis je sentis cette chaleur et cette humidité que seule une fellation nous procure.

Elle mavait avalé et commençait un va-et-vient dans sa bouche. Jétais à la limite de partir, elle me regardait avec ce petit air amusé, elle continua encore un peu et se redressa en appuyant bien sa poitrine tout contre mon corps.

Elle se mis a onduler sa croupe, je sentais les frottements de sa fente humide contre mon sexe, elle sempala, je la caressai, mes main posées sur ses fesses aidant à marquer le rythme.

Un de mes doigts partit en direction de son petit trou et là, je la massai délicatement en marquant des pauses pour que mon doigt puisse y pénétrer de temps en temps.

Son anus était luisant et bien lubrifié. Je me dis: il ne manquerait plus quelle décide de se donner à moi par là

Cétait une pensée prémonitoire car en effet après cette chevauchée fantastique elle se souleva, prit mon sexe dans sa main et le dirigea vers son petit trou et là elle se mit à descendre doucement en sarrêtant de temps en temps pour ne pas avoir mal.

Une fois, mon sexe entièrement rentré, elle commença des petits va-et-vient qui nous arrachèrent des cris de plaisir.

J'étais en train de sodomiser ma femme, un rêve que jattendais depuis 12 ans.

Mon sexe était encore plus tendu et plus dur que dhabitude, les va-et-vient de plus en plus rapides, elle décida de prendre une position plus confortable sur le canapé.

Là après quelque aller-retour dans sa chatte toute trempée, je repris le chemin de son petit trou qui était bien dilaté.Je me glissai de nouveau dedans en douceur, ses cris se faisaient plus forts au rythme de mes va-et-vient et son corps recommença à trembler, jallais venir aussi, elle me supplia de venir mais pas dans cet orifice, je lui obéis et repris le chemin de sa fente.

Après plusieurs va-et-vient d une rare intensité ses ongles marrachèrent la peau, ses cris et ses tremblements devenant plus fort elle me cria : viens, viens, je ten supplie et là ne tenant plus je me libérai de toute la semence que mon corps pouvait contenir, jai bien cru que jamais cela ne sarrêterait.

Nous nous effondrâmes dans le canapé, le film était terminé depuis bien longtemps mais nous avions passé une super soirée comme jamais on nen avait eu en 12 ans

A quand la prochaine fois, je ne sais pas mais si elle devait se produire je vous la raconterai, promis



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés