PYGMALION

par Arthemisia



Ce corps, ton corps m'aide à me reconnaître.

Il est comme un miroir dans lequel je me vois sans me regarder.

En toi, je suis ; tu me fais être.

Ton corps si peu vu, beaucoup imaginé, rêvé et sublimé, m'ouvre les portes du mien.

J'y entre en jouissance.

J'y cherche l'âcre plaisir de tes gémissements qui conduisent aux miens.

J'y rencontre les forces souterraines de tes exils intimes pour mieux y heurter les violences de mes inquiétudes solitaires.

Dans l'obscurité, tes souffles humides accouchent de mes ondines saveurs.

Je me penche vers toi, mais c'est toi qui m'attires.

Ta chair tendue propage en moi sa force et je deviens sculptrice de ton urgente envie.

Serai-je ton Phidias, ton Michel-Ange ou une prétentieuse Camille Claudel ?

Ton corps prend la forme de ma pensée active.

Et le cri de ta bouche s'étouffe sous le mien.







OOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés