PRETE

par Jerome


Je rentrais à l'appartement et elle s'y trouvait : ELLE m'attendait nue, perchée sur ses talons et maquillée. Sa poésie était à l'image de celle de ses courbes.

Heureusement, son savoir-faire érotique correspondait à la perfection de ses traits. Aussi les ondulations de son corps constituent la plus belle poésie que je connaisse…

Ses yeux brillants susurraient :

- " prend-moi ".

Ses lèvres couleur de braise murmuraient " je veux te sucer " et ses fesses rondes, qui se balançaient et s'écrasaient à chacun de ses pas fredonnaient :

-" écartes mon cul et bourres-moi comme une chienne ".

Pourtant, la belle s'évertuait à faire durer le plaisir de cette situation, reculant l'inévitable échéance où, n'en pouvant plus, l'un et l'autre, nos corps se consumeraient dans la passion d'un feu ardent : celui qu'elle a au cul.

OOOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés