AMOUREUX DE LA PIPE

par Jérome


Je suis un inconditionnel de la fellation. Non seulement j'aime en faire l'objet mais j'ai aussi toujours trouvé très beau le visage d'une femme concentrée à cette caresse.

Mon goût pour la pipe est né progressivement. Peu à peu mon plaisir s'est intensifié et j'ai découvert des plaisirs très spécifiques.

Le train au quotidien
Par deux fois, j'ai fait l'objet d'une fellation dans un train. La première fois c'était avec C. la fille qui m'a fait découvrir le coït. A l'abri des regards, dans un trajet Reims-Paris, ce jeu est né très naturellement.

Par un hasard inexpliqué, la seconde fois eu lieu dans un laborieux trajet entre Lille et Reims. Je crois qu'il s'agit de mon meilleur souvenir. Avec la volonté de feindre la détente en posant sa tête sur mes cuisses, Lili ouvrit ma braguette et se cacha, sous mon large pull.

Elle suça en silence au milieu de ce wagon plein. Mon coeur battait, très fort et immanquablement, deux jeunes filles ont assisté à la scène sans ne rien oser dire. La première interpella sa voisine et toutes les deux jetèrent des regards curieux à la - très peu - mystérieuse scène. J'osais à peine les regarder.

J'y ai pris goût. Nous avions pris l'habitude qu'elle me suce alors que je regardais par la fenêtre. Nous aimions inverser les rôles car j'aime, démesurément, apprécier le parfum et le goût d'une douce foufoune ou d'un anus plissé. J'aime embrasser, tendrement, un pubis et lécher le tendre jus d'une chatte. J'aime ce contact comme j'aime faire jouir sous mes seuls doigts.

Des mets délicieux
Je garde aussi un magnifique souvenir d'un jeu auquel j'ai été très heureux de me prêter. Lili m'avait préparé un bon repas et pendant le dîner, elle est passé sans mot dire sous la table pour me gâter. Délicieusement, ce sont deux mets succulents que j'ai dégusté. Ayant adoré je lui ai fait de même un autre jour : moi qui aime tant lécher patiemment une fente délicieusement parfumée !

Une surprise l'avait beaucoup fait sourire : j'avais quelque peu modifié la recette des bananes au chocolat que je fais parfois. Il m'avait suffit de remplacer le-dit fruit par mon membre. La seule difficulté résidait dans le contrôle de la température du chocolat fondu mais sa chaleur m'était très agréable. Inutile que la banane comme l'assiette ont été très bien léchées… Cette variante de la recette offre l'originalité d'une sauce surprise qui remplace admirablement la crème chantilly.

Oui. Car aussi dois-je confesser qu'en homme fidèle à l'image masculine universellement véhiculée, je raffole du plaisir d'offrir mon sperme. Quoi de plus joli en effet qu'un doux sourire maculé de ce précieux cadeau ? J'éprouve un incomparable plaisir à ce que mon nectar puisse être un jeu ou un délice. Ma perversion en la matière me fait autant que ma suceuse l'avale qu'elle le recrache lentement. Hmmm : un véritable spectacle… Parfois, je fantasme d'offrir généreusement mon nectar à de bien gourmandes bouches…

Plaisir de tous les sens
Voir et entendre sont des plaisirs tout à fait déterminants. Entendre d'abord : un bruit de bouche, la commissure de lèvres humides sur un chibre dur, un vide d'air comblé, une succion, une langue qui lape, un crachat…Puis voir ensuite : un échange de regards complices, une bouche gourmande, des jeux de lèvres, une langue agile qui coure sur ma grosse verge épaisse et tendue vers le ciel.

J'aime considérer la fellation comme une pure et tendre caresse. Une magnifique caresse buccale… J'ai été sucé pendant ma lecture, pendant mes coups de téléphones professionnels ou en voiture.

Mon grand fantasme, en la matière, serait d'être sucé en plein embouteillage, juste pour me détendre… Parfois, je me surprends à fantasmer d'une rencontre courtoise dans un café qui ne se terminerait sur rien de plus q'une douce fellation…

Mais j'ai d'autres fantasmes dont certains se distinguent par leur persistance. C'est le cas du " Glory Hole " : faire l'objet d'une fellation tout à fait anonyme. Le nombre de variantes de ce fantasme est impressionnant : un trou dans une paroi et l'anonyme amante de l'autre côté, un masque, une obscurité totale, avoir les yeux bandés…

Un autre fantasme persistant consiste en une fellation qui me serait dispensée par deux amies complices. La caresse serait un jeu pour elles autant que pour moi et soucieux que je suis ne pas les laisser en reste, je les gâterait à mon tour de la manière dont elles le souhaiteront…

Il y a aussi un fantasme né d'un mystère. Le comble de l'histoire réside dans sa simplicité : tout en souhaitant vivement l'expérimenter, je me demande quel pourraient être les effets d'une langue piercée le long de ma verge, sur mon gland hypersensible et sa magnifique partie nerveuse…

Les joies de la fellation, assurément, sont illimités...



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés