LA FEMME PIANO

par Lodgesse


Touches noires, touches blanches, octaves plaintives d'un douloureux silence. Le maître de musique est parti. Il n'a que mépris pour mon interprétation de la sonate n2. Elle est trop suave, ma-t-il dit !

Le suave ne convient pas à Chopin ! Ce qu'il ne sait pas, c'est que c'est ma manière à moi, de lui dire des douceurs, à lui, que je ne regarde qu'en baissant les yeux.

Je l'attends pour le prochain cours. Je me suis habillée en conséquence. Un chemisier transparent qui ne fait que voiler mes jolis seins, un porte-jarretelles et des bas.

Assise sur le tabouret de velours, je laisse glisser mes bras et mon corps, sur l'instrument. La mélancolie a laissé place à Narcisse, je me sens belle et désirable. Je fais corps avec lui.

Mon reflet, sur le bois lustré, m'invite à être coquine. Cette fois, il ne me reprochera pas la suavité de mes accords, il les recherchera. Mes doigts jouent sur les touches comme sur son corps, des glissando, des trilles, des appoggiatures, des trémolos, des mordus... tout en colorato, en crescendo et decrescendo...

Mes hanches, imperceptiblement, se cambrent et le mouvement de mon bassin trouve une mesure. Des frissons parcourent mes reins...Le téléphone sonne. C'est lui !

Il ne peut pas venir....
Théo



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés