PLAISIR SOLITAIRE

par Mick78



Et pendant ce temps-là...
Ouf, la journée a été dure! Vite, une bonne douche, rien de tel pour se remettre.
L'eau bienfaisante se répand sur mon corps, glisse sur moi, me rafraîchit. Je lui offre mon visage, mes épaules, la laisse couler partout.

Quel merveilleux délassement, je me sens bien. Toutes les fatigues de la journée disparaissent comme par enchantement.

Ne restent que les bons moments, les petits plaisirs glanés, de ci de là. Car il y en a toujours, il suffit de les voir et de savoir les saisir.
Tiens, par exemple, cette femme qui marchait devant moi tout à l'heure. Le délicieux mouvement de balancier de sa jupe plissée, un coup à droite, un coup à gauche, au rythme de ses pas.

Juste ces mouvements, et l'imagination qui se débride. Beauté de la femme, mise en éveil des sens, balancement annonciateur d'autres mouvements, roulis des fesses...

A cette évocation, une chaleur m'envahit ; je sens un gonflement bien précis.

Je me penche, j'aime découvrir ainsi la réaction de mon sexe, le voir s'étirer, lentement, grossir, se tendre, petit à petit. La peau commence à dégager le gland, d'une belle couleur rouge foncé.

Difficile de résister. Ma main descend sur mon torse, caresse, glisse sur le ventre, le long de l'aine, vient soupeser les bourses, qui se gonflent, elles aussi.

Mes doigts se referment sur ma verge, entament de légers mouvements. Le résultat ne se fait pas attendre. Elle durcit, se tend, le gland est complètement dégagé maintenant ; la peau en est étonnamment douce.

Que je suis bien, que c'est bon. De lents mouvements pour parfaire l'érection.

Mes pensées reviennent vers cette inconnue. Sans doute est-elle rentrée chez elle.
Peut-être est-elle sous sa douche, cherchant elle aussi l'apaisement à toutes les tensions de sa journée.

Cette pensée m'excite davantage, je l'imagine sous sa douche...

Dans la glace du lavabo, je vois mon sexe, maintenant bandé à l'extrême.
Je pense à cette femme, je rêve de sa bouche venant s'emparer de moi.

Mes doigts s'activent de plus en plus vite sur ma hampe. Je dégage entièrement le gland, revient, repart, en un mouvement frénétique.
Mon bassin se tend en avant, comme à la rencontre de cette inconnue, comme pour répondre à son besoin de caresses, à son désir, à mon désir.

Je sens le plaisir qui monte, je sais qu'elle vient, elle aussi, et nos orgasmes fulgurants se mélangent en un long cri de bonheur.



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés