LA LOOSE A L'HOPITAL

par FREDERIC62


Ma dernière tentative (cf La Loose à la musculation), en plus d'avoir lamentablement échoué, a également eut la regrettable conséquence de me meurtrir les pieds jusqu'au sang. Après avoir marché en canard pendant deux jours, j'ai finalement décidé de me rendre aux urgences.

Après avoir patienté pendant plus de trois heures (et aucune possible initiatrice dans la salle !), on me conduit jusqu'à une salle, blanche des murs au plafond. Quelques minutes se sont écoulées quand enfin une femme fait son apparition : une démarche assurée, un chignon sévère et des lunettes sur le nez mais surtout une poitrine très très généreuse, bref mon type de nana.

Après les présentations d'usage, elle me demande ce qui m'amène. Je lui explique que je me suis fait tomber des poids sur les pieds en évitant soigneusement de lui raconter la scène qui fut à l'origine de l'accident. "Original remarquez. En 4 ans de service, c'est la première fois que je suis confrontée à ce genre d'incident. Ou alors les autres n'ont pas osé me dire la vérité !", me lance-t-elle en riant. Et en plus d'être magnifiquement belle, elle est drôle ! Je crois que La Loose a trouvé sa moitié !

Je m'assieds sur la table d'examination, faisant mine d'ignorer qu'elle vient de détacher un des boutons de sa blouse blanche. "Quelle chaleur aujourd'hui !". Mais oui, tu n'as qu'à prendre la chaleur comme excuse, coquine.

Lorsqu'elle aperçoit mes pieds, aussi bleus que ceux d'un schtroumph, elle ne peut réprimer un rire :

"Oh là, et les deux dans le même état en plus !".

Dans l'espoir de l'attendrir et de la faire rire, je décide alors de lui expliquer dans quelles circonstances j'en suis arrivé à m'estropier. Touché ! La voilà qui rit de bon cœur. Agenouillée devant moi, elle examine mes blessures. Je ne peux empêcher mon regard de dévier sur son décolleté, ma foi, très attirant. Dire que je n'aurais qu'à tendre les mains pour…

- En même temps, je trouve ça courageux de votre part. C'est vrai, beaucoup n'osent pas aborder une fille, même quand elle leur plait. Quand une occasion se présente, il faut savoir prendre la balle au bond.
- Message reçu, lui glisse-je à l'oreille.

Saisissant la perche qu'elle vient de me tendre, je m'avance un peu et lui prend un sein dans chaque main.

Je vais enfin pouvoir vérifier la véracité de la rumeur qui dit que les infirmières sont nues sous leur blouse… Sauf que ma belle doctoresse ne semble pas l'entendre de cette oreille et me retourne une mémorable paire de baffes.

Evidemment, j'ai foiré le coup.

Moralité :

Il arrive que des expressions telles que "prendre la balle au bond" doivent être prises au second degré...

frederic62@msn.com



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés