LA RENCONTRE N°1 ET 2

par BELLE

Warning: getimagesize(images/amants_passionnés.jpg) [function.getimagesize]: failed to open stream: No such file or directory in /home/erotica/www/amis/ami.php on line 129



I. LA RENCONTRE

Les heures d'avion passent très lentement les yeux dans le vague, ces bruits cacophoniques de réacteurs, d'hurlements d'enfants, de pas, de films, de musique et surtout cette voix dans ma tête qui me dit que dans quelques heures je pourrais me blottir dans tes bras. J'ai de plus en plus froid… ce frisson qui ne me quitte plus depuis un mois s'amplifie encore. Mon corps réclame tes bras pour le réchauffer. Et soudain, c'est l'image de toi… sur moi…en moi… en train de fermer doucement les yeux, avec un petit sourire, qui me revient en tête.

J'ai hâte, tellement hâte…
Et soudain la libération… plus que 10 minutes avant d'atterrir, la ville est éclairée à travers le hublot par la lumière orangée d'un soleil couchant. Ses rayons se reflètent sur les immeubles de verre. C'est étrange ces grands blocs incandescents au milieu de cette neige…

Et là tout va très vite… les couloirs blancs à moquette sale, la cohue aux bagages, les passeports à la douane, et j'aperçois la sortie.
Une grande porte ouverte derrière laquelle il y a toi…Toi...

Un moment d'arrêt, et je me mets à marcher plus vite, sans m'en apercevoir, je passe la porte et je te vois, plus haut d'une tête que tous les autres. Tu me rejoins rapidement, et me prend dans tes bras. Un premier baiser plein de surprises… j'ai du mal à réaliser que tu es là, avec moi. Il y a d'autres personnes à qui dire bonjour, mais je suis comme dans un gros nuage de coton, la seule sensation perceptible est ta main qui effleure la mienne. Cela faisait tellement longtemps que je rêvais de ces instants, où l'envie de te toucher…de t'embrasser… te caresser doucement, me prenait à la gorge. Toute l'affection que j'ai gardé en moi ces derniers temps crie très fort pour sortir. Tout mon corps est irradié d'un désir doux, fort et tellement profond, que je ferme les yeux pour me concentrer sur chaque frôlement.

Non, pas maintenant, trop de public, plus tard.....

et c'est soudain plus tard. Les heures ont passé, et la mélodie des voix s'est éteinte. Plus de "le voyage s'est bien passé" et autres banalités, un silence presque de recueillement. Toi, moi, un lit.

La flamme se rallume tandis qu'à quelques mètres de toi, je regarde tes yeux, tes mains, ton corps que j’avais mainte et mainte fois imaginé.
Le désir se réveille, encore plus aigu…Je me rapproche de toi, tandis que tu t'assieds sur le lit les yeux aimantés aux miens. Mes mains viennent te caresser les joues … le cou. Tu te laisses faire, je retrouve dans tes yeux une flamme de petit diable, et un peu taquine. Mes doigts passent doucement le long de ton visage, jusqu'à tes lèvres. J'en dessine le contour, du bout de mon index. Je te taquine, je nous fais patienter tous les deux, de plus en plus douloureusement. J'ai envie d'un baiser énorme, mais je me force à y aller tout doucement, pour me donner encore plus envie, pour y mettre encore plus.

Comme si tu lisais dans mes pensées pendant un instant, tu remontes tes mains de chaque côté de mon corps… caressant… chatouillant de façon sensuelle mes jambes. Malheur de moi, c’est à ses endroits où je suis si sensible. Chaque instant me fait frémir… mais tu fais durer la torture. Jusqu'au moment où tu arrives à ma taille, et là tu m'enfermes soudainement entre tes bras… m'attirant à toi… laissant à peine quelques millimètres entre nos lèvres. Il me faut quelques secondes pour me remettre de ce plaisir brûlant qui remonte le long de ma colonne vertébrale en une seconde.
Je rapproche encore mes lèvres des tiennes, que notre baiser ne tienne plus qu'à un geste. Tu avances un peu la tête et je la recule en même temps, de sorte que nos souffles continuent à s'effleurer, mais sans jamais que nos langues se touchent. Je me penche pour t'embrasser, mais tu détournes la tête avec un regard amusé.
Hummmm toi aussi, tu as envie que le désir dure. Nous jouons comme ça quelques secondes, avant de s'immobiliser tous les deux, toujours tout proches l'un de l'autre.

Sans faire un mouvement, je sors ma langue de ma bouche entrouverte, et commence à te caresser la lèvre supérieure, tout doucement. Tu ne bouges pas… tu continues à me regarder dans les yeux. Je m'humidifie les lèvres, et c'est avec ma bouche que je viens caresser ta lèvre supérieure. Je la mordille doucement, en passant ma main dans tes cheveux.

Et soudain je ne résiste plus, je t'attire vers moi avec ma main sur ta nuque, mes lèvres caressent les tiennes tandis que nos deux langues s'entrelacent, se câlinent, se taquinent. Tu t'allonges sur le lit, en me gardant sur toi, tu me serres de plus en plus fort, tu réponds à mes baisers, tu commences à caresser mon corps, à travers mes vêtements, tandis que je redécouvre le tien.

J'ai soif de toi, de tes lèvres, de ton corps, mes mouvements ne suffisent pas à m'apaiser, j'ai toujours envie de plus. Mes deux mains autours de ton cou t'attirent à moi avidement. J'ai en moi un désir que ces caresses n'apaisent pas. Tu encourages encore cette luxure, me fais rouler sur le dos, m'embrasses dans le cou, te mets sur moi, tout en me caressant.

Ma cuisse s'égare entre tes jambes, je t'attire encore plus à moi, les mains plaquées sur tes fesses. Mais tes lèvres manquent aux miennes, je te renverse de côté pour me remettre sur toi, et t'embrasser encore.

Plusieurs minutes passent comme ça. Je ne m'en lasse pas, chaque seconde me donne encore plus envie de toi. Et soudain, sans même y penser, je commence à t'enlever frénétiquement tes vêtements, tu fais la même chose, nos bouches ne se dessoudent presque pas, tandis que nos mains s'entrechoquent entre les boutons de chemises, et les fermetures éclairs.

Et notre nudité alanguit nos caresses, j'ai envie de plus, encore tellement plus....

Une fois nus, chaque contact devient plus profond, plus lent. Tu te rallonges sur moi, ton corps me fait frissonner… chacun de nos gestes est une caresse sensuelle. Ma peau est brûlante tellement j’ai envie de toi. Tu m’embrasses encore, en passant la main sur ma poitrine, l’effleurant à peine. Mes mains se placent naturellement dans le creux de tes reins. Je ne peux pas m’empêcher de frotter tes lèvres avec ma langue. Tout mon bassin ondule pour coller mon sexe contre ton membre tendu. Mais tu attends encore, tu déposes des baisers tout le long de mon corps, jusqu’à mes cuisses, que tu entrouvres légèrement. Là tes mains remontent vers mes seins, tandis que tu continues à m’embrasser langoureusement, tout le long de ma cuisse droite. Ta langue me chatouille doucement, tu te rapproches peu à peu de mon sexe, j’ai envie de guider ton visage jusqu’à mon entrejambe, mais je ne peux plus bouger tellement l’excitation m’a prit au ventre. Tu joues avec moi, tes lèvres se rapprochent, jusqu’à effleurer mon clitoris, mais là tu t’immobilises. Et tu te rallonges sur moi, me laissant à mon plaisir intensifié par la frustration.

Nous recommençons à nous embrasser fiévreusement. Mes mains courent le long de ta peau, et c’est tout mon corps qui s’électrise tandis que j’effleure ton sexe qui se tend encore plus sous mes doigts. Je retrouve avec plaisir cette sensation agréable de ta peau contre ma main. Quelques caresses réveillent tes sensations, mes yeux fixés aux tiens voient peu à peu ta respiration s’accélérer, ton regard s’agrandir. Des deux mains, retrouvant mes petites habitudes de femme aimante et sensuelle je caresse ta queue de haut en bas, du bout des ongles, comme tout homme aimerait. Et tu réagis, encore, ton corps se tend sous mes caresses, de plus en plus.

Je veux jouer encore, je te mets sur le dos, et commence à descendre ma langue tout doucement, parcourant ton torse par petits baisers langoureux. Mes mains descendent et remontent de chaque côté de mon visage. Je prends bien soin d’effleurer ton sexe avec le mien, puis avec mon ventre, ma poitrine, jusqu’à ce que mes lèvres effleurent ton pubis.

Ma langue remonte sur toute la longueur de ton membre. Je chatouille ensuite ton gland avec mes lèvres. Je prends ensuite ton gland entre mes lèvres et le fait rentrer dans ma bouche, j’aspire doucement tandis que ma langue le caresse encore. Mes mains, de chaque côté de ton sexe, font un mouvement de va et vient. Je continue, quelques minutes, tout doucement, pour profiter de chaque geste, de chaque contact. Je me dirige ensuite vers tes testicules, que le bout de ma langue vient effleurer, d’un petit mouvement furtif. Très vite, je ne résiste pas à en prendre une en bouche, j’accélère le mouvement, commence à aspirer et à donner des grandes caresses avec ma langue, tandis que mes deux mains cajolent ton membre de plus en plus vite.

Une des mains se dirigent vers tes testicules pour les relever un peu, tandis que je me dirige vers ta peau, juste en dessous, cet endroit où tu es tellement sensible. J’y dépose ma langue, la faisant remonter peu à peu, terminant sur la base de tes boules. Je l’embrasse, je mordille doucement, avant de recommencer à la lécher, fort, et de plus en plus vite.

Lorsque je sens que tu n’es plus très loin de venir, je m’arrête, ne m’autorisant qu’un long baiser sage sur ton gland, avant de remonter vers toi, pour te prendre dans mes bras, en te regardant avec des yeux taquins, plutôt satisfaits de mon effet. Je sais que j’ai fait monter ton désir jusqu’à son paroxysme.


Tu me serres fort dans tes bras, tout en m’embrassant délicatement. Ta langue s’enroule doucement autour de la mienne. Je remarque tes yeux qui restent grand ouverts, plein de tendresse, à me regarder. Tu te relèves doucement, m’entraînant avec toi, et t’assied sur le lit, un petit sourire aux lèvres. Tu prends ma main pour m’encourager à m’asseoir sur toi, face à toi. Nous restons ainsi quelques secondes, à nous embrasser face l’un à l’autre, laissant nos mains se balader librement...

II. La Rencontre... (suite)"
Envoyé par Belle le 7 octobre 2017 à 06:46 - 16éme visualisation

Je me relève doucement, juste un peu, en prenant ton sexe dans ma main pour la faire rentrer en moi. Un soupir de plaisir s’échappe involontairement de mes lèvres. Mon dos s’arque sans que je m’en aperçoive. Mais je me colle contre toi. Tu noues tes bras autours de mon dos. Je commence à faire des mouvements légers avec mon bassin en te regardant dans les yeux...Tu poses tes mains sur mes hanches et accentue le rythme en poussant mon corps vers le tien. Je fais des longs mouvements intenses. Les sensations sont de plus en plus fortes, je sens une chaleur remonter le long de ma colonne vertébrale. Je te mordille le cou au fur et à mesure que j’accélère mes mouvements...au fur et à mesure que le plaisir augmente. Je me plaque contre toi, mes mains pressent ta peau. Nos deux bouches se rassemblent pour un baiser farouche. Je ne contrôle plus mon corps...Je ne pense plus...Sans que je m’en aperçoive le rythme augmente encore, je me mords les lèvres de plaisir, ma respiration se fait saccadée...des cris s’échappent de moi tandis que je sens tout mon corps se tendre...brûlant. Ma main se crispe et griffe ton dos, tandis qu’un orgasme puissant me submerge. Mes yeux se ferment...Je me mords les lèvres et le plaisir se prolonge encore...

Puis j'ouvre les yeux, tu halètes presque autant que moi, proche toi aussi de la jouissance. Je reprends mes mouvements...encore plus rapide, attentive à serrer fort mes jambes autours de ton dos, ma peau encore marquée par mon orgasme est encore plus sensible...et je frémis à chaque fois que je te sens bouger en moi. Ton bassin se colle contre le mien pour aller jusqu’au fond de moi. Je n’arrive pas à m’empêcher de me tortiller dans tous les sens...chaque geste est une chatouille délicieuse... et insupportable à la fois. Mes mains se posent sur tes cuisses et les caressent, ma bouche encore avide te mordille le cou. Tu déposes une main sur ma nuque et m’attire encore à toi. Tu tends ton torse pour frotter mes seins. Tes mains me caressent avec une force qui augmente encore mon plaisir. Je sens un autre orgasme monter en moi... Quelques instants suffisent. Tandis que je me mordille les lèvres pour étouffer un cri de plaisir, tu passes tes bras autours de moi, et jouis en me broyant contre ton torse. Nos yeux s'ouvrent en même temps, je te souris et t’embrasse tendrement.

Mon corps en entier est endolori de tes caresses, tu reprends ton souffle doucement en m’embrassant dans le cou et en passant tes mains dans mes cheveux humides. Tout doucement nous nous recouchons, toujours emboîtés l’un dans l’autre. Nos baisers se font plus tendres...plus doux. Je te caresse le corps de mes doigts très lentement en te regardant, tu déposes quelques baisers sur ma gorge. J’ai un sourire indécrochable aux lèvres...je n’arrive pas à m’empêcher de te dévorer du regard. Je découvre tous les petits détails de ton visage que je ne connaissais pas,la courbure de tes lèvres,les nuances de couleur dans tes yeux, les fossettes qui se forment de chaque côté de ta bouche quand tu souris. Finalement contrainte de bouger, je me recolle contre toi, dos à toi dans le lit. Tu passes tes bras autours de mes épaules, te rapproche encore un peu de moi. Je ne peux pas m’empêcher d’embrasser encore tes épaules toutes douces. Mais le sommeil me prend dans sa torpeur doucement... J’entends ton souffle devenir plus régulier, tes caresses cessent au fur et à mesure. Nous nous endormons ensemble, blottis l’un contre l’autre, la fatigue m’écrase mais je m’endors dans le plaisir de nos caresses...

Quelques heures plus tard tu me caresses les chevilles, puis tu palpes mes mollets, avec douceur et fermeté parfois. Mon cœur bat plus fort. Mais je garde les yeux fermés, n'en laissant rien paraître...me laissant aller à la douceur de tes mains chaudes sur ma peau nue. Tu te fais effleurement à l'approche de mes genoux, puis de mes cuisses. Je te devine hésitant. Tu me frôles et je sens une douce moiteur m'envahir... J'ouvre enfin les yeux et nous nous regardons intensément. Ton visage est à la hauteur de mon sexe et tes mains reposent sur le haut de mes cuisses. Nos yeux brûlent d'une même flamme...celle du désir, qui, impérieux, balaye au loin toutes mes réticences. Nos visages se rapprochent, nos bouches se cherchent, attirées l'une par l'autre comme des aimants. J'entrouvre les lèvres et je sens ton haleine chaude et parfumée. Tes mains encadrent mon visage et ta langue vient caresser la mienne très doucement. Puis, tu emprisonnes ma langue entre tes lèvres avant que l'on partage un baiser langoureux et passionné. Je me surprends à ronronner doucement tandis que nos deux langues tournoient. Ce baiser nous laisse haletants et émerveillés comme des enfants...

Encore un peu étourdie par ce baiser, je me redresse... Tes mains ne m'ont pas quittée... Elles se sont juste déplacées pour enlacer ma taille. Je me serre contre toi et me suspend à ton cou, je ferme les yeux pour savourer l'instant. Tu me cajoles avec beaucoup de douceur comme si tu tenais entre tes bras une poupée fragile, me pressant contre ta poitrine. Tes bras me bercent. Mon cœur bat la chamade. Je suis sous le charme et tout va tellement vite avec toi ! J'ai la tête qui tourne. Je ne me lasse pourtant de notre étreinte mais je me sens défaillir. Tu me tiens enlacée presque à en suffoquer. Dans un souffle, je te dis "nous sommes fous". Tu desserres un peu ton étreinte, me regarde dans les yeux et tu me dis avec douceur et compréhension, que l'on peut s'arrêter là, si je suis fatiguée…mais voilà la femme que je suis est gourmande de caresses !

Cette délicatesse achève de me faire fondre. Et je sens déjà une chaleur envahir mes entrecuisses. Instinctivement, je pose ma main sur ton sexe et je commence à le caresser à travers le drap qui recouvre ton corps. Surpris mais visiblement ravi, tu me plaques fermement contre toi, emprisonnant ma main entre nos corps tandis que j'enroule une de mes cuisses autour de toi pour mieux sentir ton membre se durcir peu à peu. Tes mains ne restent pas inactives et depuis un moment déjà, elles ont quitté ma nuque et mon dos, pour s'attarder sur mes reins. Insatiables, prises d'une véritable frénésie, elles s'aventurent sur mes fesses charnues et rebondies...

Tu les malaxes, les presses, les caresses inlassablement. Le désir monte en moi comme une onde. Je mordille le lobe de l'oreille doucement... Tu décides alors de te détacher de moi... Tu te mets derrière moi et m'enlaces tout en continuant de me prodiguer des caresses de plus en plus appuyées sur le corps, le ventre, deux de tes doigts viennent m'effleurer à la naissance des seins tandis que je passe une main dans tes cheveux. Je me frotte contre toi par des petits mouvements de bassin… pour mieux sentir le contact de ton pénis. Tes doigts viennent faire palpiter chaque parcelle de ma chair… de ma nuque… en passant par les reins, les hanches pour finir par les fesses et les cuisses. Ensuite ce sont tes lèvres et ta langue qui viennent se fondre sur mon corps...

Je n'ai pour seule parure …que ma nudité. Tu me dis dans un souffle que tu me trouves belle... Nos regards brillent d'un même éclat, celui du désir. Je découvre ce torse viril et viens l'effleurer du bout des doigts pour commencer, puis mes mains le parcourent fiévreusement... Ma langue vient bientôt goûter le parfum de ta chair, jouant avec tes mamelons. Ces caresses ne te laissent pas indifférent et tes mains se pressent avec plus de violence sur la chair de mes fesses.

Notre désir est aussi intense qu’il y a quelques heures de cela, mais ce moment là
tu as l'intention de le faire durer.

Aussi, bien que je te devine douloureux, tu me tiens à distance, non sans m'avoir donné un baiser plein de tendresse. Tu murmures que tu reviens et je te vois partir en direction du mini- bar se trouvant dans la chambre. Tu en reviens avec des glaçons et un sourire qui en dit long. Je ne sais à quoi m’attendre et c’est telle une chatte, que je me décide de quitter le lit et d’avancer vers toi…

Tes mains viennent aussitôt se poser sur mes seins. Tu les frôles, en titille les tétons déjà dardés d'excitation. Puis ta bouche, viens les embrasser. Tu passes le bout de ta langue sur leurs pointes rosées avant de les sucer avidement. Je me retiens de ne pas gémir… mais l’excitation est à son comble, je sens que je m'humidifie petit à petit.

Tout en continuant tes caresses buccales, tes mains caressent mon entrecuisse… les miennes parcourent ton dos avant de venir flatter tes fesses bien galbées. Tu me fais asseoir au bord du canapé qui trône dans la pièce, en calant deux coussins au creux de mes reins. Avec mille et une tendresses, tu écartes délicatement mes cuisses sans rencontrer la moindre résistance. Je suis déjà tremblante de désir, mais l'heure des délices sonnait à peine...

Tes doigts doux et chauds viennent effleurer mon intimité que tu redécouvres lentement… très lentement. Tes gestes sont lents et appliqués… tu écartes délicatement mes lèvres perlées de rosée... Ton majeur glisse sur toute la longueur de ma fente humide avant de venir tournoyer sur mon clitoris déjà turgescent. Ces caresses me font frémir et soupirer.... Puis tu introduis deux doigts en moi qui vont et viennent dans mon vagin tandis que ton pouce taquine mon clitoris...

Tu te retires alors et c'est maintenant ta bouche qui me parcourt. Tu déposes un tendre baiser sur mes cuisses, à proximité de ma fleur épanouie. Puis ta langue avide, et non moins habile, commence à s'aventurer au creux de mon abricot dont tu bois le suc. Ta langue joue avec mon clitoris que tu aspires. Je ferme les yeux pour me concentrer pleinement sur le plaisir que tu me donnes. Je gémis doucement tout en posant mes doigts fiévreux dans tes cheveux. Enfin…tu arrêtes tes caresses et tu prends un des glaçons que tu avais mis dans une petite coupelle. Le contact du glaçon fondu et froid sur mon pénil, épanoui comme une rose me fait sursauter. De voluptueux frissons me picotent du cou jusqu'à l'échine. Et toi… en amant aguerri… tu continues d'alterner ces froides caresses d'avec tes coups de langues précis et chauds. Tu fais durer ce petit jeu tandis que l'un de tes mains flatte ma poitrine durcie. Sans doute éprouves-tu du plaisir à me voir gémir et me tordre sous l'effet de tes caresses jusqu'à ce que je demande grâce ?

Me voyant au bord de l'orgasme, tu cesses de me torturer. Nous échangeons un baiser fougueux et passionné auquel se mêlent les râles de mon excitation. Trop excité pour gagner le lit, tu m'attires à toi et m'allonge sur le tapis, dos à toi.... Tu masses mes reins, parsème mon corps de tendres baisers, tes mains quant à elles englobent mes fesses et les caressent frénétiquement. Tu écartes mes jambes et ton sexe tendu comme un arc se frotte au mien. Je passe une main dans tes cheveux. Je fais un mouvement pour me dégager de ton étreinte. L'on se regarde avec désir et envie. Tu m'aides à placer mes cuisses sur tes épaules et tu me pénètres doucement…tout doucement.

Mes mains caressent ton dos… le creux de tes reins et viennent flatter tes somptueuses fesses. Nous nous embrassons avec toute la fougue que confère la passion. Je gémis…tu halètes… tandis que tes vas et viens se font plus appuyés et intense. Nous ne sommes plus qu'une seule et même chair… palpitant au rythme effréné de tes coups de reins que j'accompagne en plantant mes doigts dans tes fesses pour t'aider à pousser. Toutes mes forces m'abandonnent…mon corps vibre et le plaisir monte en moi comme un torrent tandis que tu déverses en moi par saccades….

Avant d'atteindre l'orgasme, je murmure ton prénom dans un souffle…. À ce moment là, je sens que jamais on ne pourra être plus proches, plus unis que dans l'ivresse de notre intime liaison que nous savourons entièrement... Nous sommes rompus de fatigue mais heureux, oui heureux et étourdis par l'ivresse de nos ébats, si complices, tendres et si intenses.


Le 9 JUILLET 2017
Texte de Belle



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés