UN JOUR DE GREVE 2

par FINGON



Image[CUNNILINGUS.jpg]


Soirée torride :


Après avoir fait l’amour, nous nous sommes séparés pour retourner travailler, non sans s'être fixés rendez vous après le travail, dans le hall d’accueil. Toute l’après midi j’ai pensé à toi, à ton corps, tes courbes, tes seins généreux, ta croupe rebondie... A plusieurs reprises mon sexe s’est dressé dans mon pantalon en pensant à cette étreinte ; j’ai eu très envie de monter te voir pour à nouveau connaître le bonheur de te faire l’amour... Quelle joie cela a été de te revoir dans le hall d’accueil, debout dans toute ta splendeur, terriblement sexy et désirable...

Nous nous jetons dans les bras l’un de l’autre, enlacés dans un baiser plein de tendresse et de fougue. Nous repartons prendre le métro, il y a toujours autant de monde ce qui m’offre l’opportunité de me coller tout contre ton corps brûlant. Nous allons au cinéma, du film nous ne voyons pas grand chose, occupés que nous sommes à nous embrasser et nous caresser comme deux adolescents...

Ma main glisse le long de tes cuisses, le contact de tes bas m’excite terriblement puis je caresse ta poitrine au travers de tes vêtements... Ensuite nous allons au resto, repas léger pour être en forme pour cette nuit torride qui s’annonce... Vient le moment de rentrer et de choisir: chez toi ou chez moi... Ca sera finalement à l’hôtel, un trois étoiles, chambre avec un grand lit et un jacuzzi car il est tard et il n’y a plus de métro...

Arrivés à l’hôtel, je m’entretiens avec la réceptionniste pour régler les formalités et payer la chambre, c’est une jolie petite blonde, à la poitrine opulente à ce que je peux en deviner. Tu m’attends un peu plus loin de le hall, un peu impatiente car cela dure un peu…Nous montons dans cette chambre, la réceptionniste nous regarde d'un air malicieux, elle sait pourquoi nous sommes là et aimerait bien venir nous rejoindre...

Nous nous installons dans le salon moelleux de notre chambre, buvant une coupe du champagne que j'ai commandée. Les bulles nous montent à la tête, je m'approche de toi, mes lèvres saisissent les tiennes, ma main se pose sur tes cuisses, je te caresse lentement remontant le long de tes bas... Elle s'immisce dans ton string pour aller flatter cette jolie petite fente déjà toute humide du désir de sentir ma bouche et mon sexe s'occuper d'elle...

- "Hummmmmm, mon petit Séb, oui c’est bon".
-
Je me mets à jouer avec la ficelle de ton string, le faisant coulisser le long de ta fente. Je ne peux résister à l’envie de lécher ta petite chatte, je glisse à tes pieds. Tu retrousses ta jupe. Impatient, j’ôte le string qui barre le chemin à ma langue. Tu poses tes jambes sur mes épaules. Ma bouche est irrésistiblement attirée par tes lèvres gonflées de désir.

Plongeant ma main dans le seau à champagne, je m’empare d’un glaçon. Je le fais glisser lentement sur la pointe érigée de tes seins. Tu frissonnes de plaisir, la sensation du froid sur ton corps brûlant est délicieuse. Lentement je descends le petit cube de glace pour venir te caresser la chatte avec. Je le passe sur ton petit bourgeon d’amour qui palpite sous ce contact glacé puis sur les lèvres de ton minou avant de le faire pénétrer dans ta chatte. Je lèche ta belle fente pour recueillir cette eau mélangée à ta mouille, tu cries ton plaisir ma belle Leila.

De deux doigts, tu écartes les lèvres de ta chatte, ma langue plonge dans ton intimité que tu m’offres et que je fouille avec application. Ma langue pénètre l’entrée de ton vagin, tu fais passer des glaçons sur tes seins, puis je m’ applique à te titiller ton petit bouton de rose que je lèche par de rapides petits coups de langue avant de le mordiller puis de l’aspirer entre mes lèvres tout en m’ activant avec ma langue dessus. Tu gémis à qui mieux mieux, ma belle :

-“ Oh ouiii, mon petit Séb, broute-moi, fais moi jouir ”.

Alors tout en continuant à exciter ton clitoris, j’introduis un doigt dans ta chatte. Je commence à aller et venir dedans quand mon regard s’arrête sur ta rosette. Alors je quitte ton petit bouton pour aller m’intéresser à ta petite étoile. Je pose ma langue sur ton ourlet plissé. Je le lèche goulûment, mon doigt s’activant toujours dans ta chatte, allant en fouiller tous les recoins, je n’ai plus qu’un désir : que tu jouisses… Alors je m’active de plus belle :

- “ Hummmmmm, c’est bon, ahhhh ouii ! Remplace ta langue par ton doigt, mets le moi dans mon petit trou ” me dis tu.

Alors je retire mon doigt enfoui dans ton intimité ; celui-ci est bien humidifié par ton jus intime, puis le place sur ta petite rosette et lentement te pénètre, quand tu laisses échapper un long râle de satisfaction. Ma langue s’active de nouveau sur ton sexe, tour à tour sur tes lèvres et sur ton clito, mon doigt va et vient frénétiquement dans ton petit trou. Tu ondules de tout ton corps sous ce double assaut, ton corps est pris de soubresauts violents jusqu’ à l’ultime instant, celui d’un orgasme intense. Tu hurles d’un cri perçant, et répands ta cyprine sur mon visage.

Je me redresse, je t’embrasse échangeant avec toi ton fluide intime, mes mains pétrissant tes seins.

-“ Et si on prenait un bain ? ” t’ai-je demandé

Je te laisse pantelante dans le fauteuil pour aller nous faire couler un bon bain chaud. Je me glisse dans l’eau, attendant que tu viennes me rejoindre, tu te fais attendre alors je me laisse aller à fermer les yeux, assommé par la moiteur qui émane dans cette pièce en repensant aux doux délices de notre étreinte de cet après midi au bureau.

Je t’entends alors arriver de ton pas léger, j’ouvre les yeux et tourne la tête vers l’entrée de la salle de bain. Ton corps se dessine dans l’encadrement de la porte, tu es là debout, tenant deux coupes de champagne, dans toute la splendeur de ta nudité, à me regarder avec cette flamme du désir qui embrase tes yeux…

-“ Approche ma déesse, mon Aphrodite, viens me rejoindre ” t’ai-je dit

Tu viens t’asseoir sur le rebord de la baignoire, tu passes la main sur mon visage. Avec l’éponge naturelle, tu me fais couler de l’eau dans le dos puis tu me caresses le long de l’échine… Mon sexe se tend à nouveau, prêt à te recevoir. Tu me rejoins dans la baignoire, je te tiens par la main pour que tu ne glisses pas, tu t’assois face à moi. J’approche mon visage du tien pour échanger un baiser fougueux, nous nous caressons mutuellement le corps, je m’occupe plus particulièrement de ta poitrine alors que toi tu t’es emparée de mon sexe à moitié tendu pour lui donner toute la rigidité nécessaire pour te pénétrer,.

Tu me branles lentement, ton pouce excitant mon gland. Ma queue au bout de quelques minutes est bien dure et raide, alors je m’assois en tailleur et du regard je t’ invite à venir t’ asseoir sur mon pieu gorgé de sang. Je guide mon sexe vers l’entrée de ta cavité à la chaleur délicieuse, nous faisons l’amour dans cette position du lotus, je suis assis en tailleur, tu es sur moi, tes jambes se rejoignant derrière mon bassin, tes mains autour de mon cou, nous sommes enlacés échangeant de tendre baisers, mes mains te pétrissant tes fesses.

Mes coups de reins sont doux et lents, je te suce les seins tout en allant et venant en toi, ma langue tourne sur tes tétons érigés, nous gémissons de plus en plus, le plaisir monte graduellement en nous, plus que quelques instants et nous atteindrons le point de non retour… Quand quelqu'un frappe à la porte, interrompons notre fusion charnelle, osant nous déranger malgré le “ not disturb ” accroché à la porte…

Tu es la plus prompte à te lever, tu passes un des deux peignoirs accrochés à la patère fixée sur la porte. Je t’entends parler à une femme, je crois reconnaître la voix de la réceptionniste. Il semble y avoir un problème car tu m’appelles

- “ mon chéri, tu peux venir voir? ”.
-
Je te rejoins dans la chambre, je n’ ai revêtu qu’ une serviette nouée autour de la taille. Et je ne m’ étais pas trompé, il s’ agit bien de la petite standardiste, blonde d’ un mètre soixante cinq, à la poitrine généreuse et aux fesses bien rondes. Celle-ci a quelques kilos en trop ce qui lui donne des rondeurs appétissantes, les cheveux coiffés en chignon, apparence assez stricte mais logique pour une employée d’ un hôtel assez huppé…Elle tient un plateau à la main sur lequel sont posées une bouteille de champagne, quelques fruits et de la crème chantilly.

- Je ne comprends pas mon petit Séb, cette charmante demoiselle me dit que cette bouteille de champagne et ces fruits sont pour nous. En as-tu commandé mon cœur ? me demandes tu.
- Non, je n’ai rien commandé depuis notre arrivée. Vous avez du vous tromper de chambre, mademoiselle.
- C’est offert par la maison me répond elle.
- Je, c’est à dire, je suis confus, je ne puis accepter
- Je me permets d’insister, répond l’employée de l’hôtel.
- Dans ce cas, vous nous ferez la joie de partager une coupe de champagne avec nous ? A moins que vous n’ayez pas terminé votre service ? lui demandes-tu en me regardant d’ un air coquin.
- Avec plaisir, mon service vient de s’achever.

Tu l’invites à venir s’installer dans le canapé, lui disant de se mettre à l’ aise. Elle retire sa veste rouge, son chemisier qui laisse deviner qu’elle ne porte pas de soutien-gorge. Nous buvons une coupe de champagne en sa compagnie, nous délectant des fruits rouges qu’elle nous a apportés. Nous parlons de tout et de rien, de son métier, elle nous raconte quelques anecdotes croustillantes sur les ébats de certains clients, elle se prénomme Eva.

Tu nous abandonnes quelques instants ramassant tes habits et ta lingerie pour te rendre dans la salle de bain te refaire une beauté. Je continue à discuter avec Eva, nos regards sont de plus en plus intenses, l’étincelle du désir met le feu aux poudres. Elle est assise face à moi et s’amuse à croiser et décroiser les jambes, me laissant deviner son intimité cachée, enfin pas tant que ça car elle ne porte pas de culotte, puis elle croise les jambes de façon à faire en sorte que sa jupe remonte assez haut sur ses cuisses pour que la couronne de ses bas gris soit visible.

Je me mets à bander devant ce spectacle, la serviette passée autour de ma taille étant une protection bien inutile ne cachant rien de la bosse qui commence à apparaître. Tu es assez longue à revenir, je vais donc la rejoindre dans le canapé m’asseyant à côté d’elle. Je la complimente sur ses formes, passant mes mains sur ses cuisses couvertes de nylon, elle se laisse faire alors ma main se fait plus audacieuse et plonge sous sa jupe pour aller chercher son minou tout humide d’excitation.
- Est-ce moi qui vous met dans cet état ? lui ai-je demandé,
- Oui, vous et votre femme ?
- Ma copine vous excite tout autant ? Il va nous falloir vous rassasier, ma douce… ”.

Alors lentement, je déboutonne son chemisier, sa paire de seins jaillit, magnifiques globes de chair aux pointes roses, dressées d’excitation, invitation à être sucés. Je pose ma bouche sur ses seins commençant à les lécher et ce faisant je commence à lui caresser le minou, mon doigt parcourant sa fente bien humide avant d’aller lui titiller son bouton de plaisir.

C’est alors que je t’ entends revenir, tu es de retour. Je te regarde d’un air gêné et un peu honteux d’ avoir succombé aux charmes de cette jolie demoiselle… Alors, tu défais la ceinture de ton peignoir qui tombe à tes pieds et tu m’ apparais encore plus belle que jamais, simplement vêtu du porte jarretelle bleue turquoise que tu portais toute à l’ heure, de tes bas noirs et chaussée de tes escarpins à talons aiguilles. Je te regarde ardemment. Mais non tu ne m’ en veux pas, je pense même que tu n’ attendais que cela, que cette fille inconnue se joigne à nos ébats :

- “ Vas y mon chéri, continue à lui sucer ses jolis seins, lèche lui ses mamelons, me dis tu.

Je m’active à nouveau sur ses pointes érigées, j’ introduis un doigt dans sa petite chatte. Tu t’approches d’ elle, t’ agenouilles à ses pieds, tu fais tomber sa jupe, lui demande de bien écarter les cuisses pour plonger ensuite la tête dans son intimité qu’ elle offre aux caresses de ta bouche. Ta langue s’active délicatement sur sa fente aux lèvres roses, tu lui fouille la chatte, avec la même application que lorsque tu me fais un fellation. Tu lui titilles le clitoris à merveille.

Eva ondule du bassin et gémit sous tes caresses… Tu lui ouvres la chatte de tes deux mains posées de chaque côté de sa fente pour aller goûter à l’intérieur. Elle se laisse aller, plonge la main sous ma serviette pour venir palper ma queue désormais dure comme une barre de fer. Je pose une main sur sa tête et tendrement la guide vers mon service trois pièces car je meurs d’envie de sentir sa bouche me pomper le sexe. Je retire mon pagne épongé pour que mon membre lui soit offert en son entier.

Elle commence par me lécher le gland avant de couvrir la hampe de délicieux petits bisous et de tendres léchouilles puis elle s’ active sur mes bourses gonflées de ma semence, les léchant par de grands coups de langue avant de les gober et de les aspirer dans sa bouche gourmande. Puis sa langue fait le chemin inverse et elle prend mon sexe en bouche, introduisant seulement le gland sur lequel coulissent ses lèvres et roule sa langue. “
- Ahhhhhhh, oui, suce-moi bien, Eva, oui c’est bon .

Quant à toi, tu redoubles d’ attentions sur sa chatte, tu fais aller et venir deux doigts dedans, ta langue s’intéressant à son petit bourgeon bien dressé, tu le léchouilles, le mâchouilles, l’aspires entre tes lèvres, ce qui la fait gémir de plus belle, gémissements toutefois étouffés par mon sexe qui remplit sa bouche. Celle-ci va et vient de plus en plus vite sur mon sexe, je gémis du bonheur qu’elle me procure avec sa bouche. Ce qui te rend un peu jalouse alors tu décides de prendre les choses en main.

Tu quittes le minou d’Eva et tu viens t’asseoir à côté de moi, tes mains malaxent mes couilles puis tu t’empares de ma hampe, en la caressant alors qu’Eva continue à me sucer.

-“ Tu as l’air de l’aimer cette queue, lui dis tu. Mais je crois que c’est à mon tour de la goûter ”.
Alors Eva libère mon sexe de l’étreinte de sa bouche et tu te penches pour venir en lécher le bout. Puis lentement tu enfournes mon sexe en entier au fond de ta bouche, m’accueillant jusqu’ à la gorge en serrant les lèvres dessus et en l’aspirant fermement mais doucement, creusant au maximum tes joues. Tes lèvres coulissent à merveille sur ma tige, quant elle se lève et s‘agenouille entre mes jambe pour venir me lécher les couilles.

Quel suprême délice que de sentir vos deux langues s’activer sur ma tige, la tienne tournant sur ma gland et celle d’ Eva qui s’ active sur mes bourses, glissant parfois jusqu’ à mon anus. Je gémis sous cette double caresse, de plus en plus fort :

- ohhhhh oui, c’est bon, ahhh vous me sucez divinement, je vais jouiiiiiiir ”.

A ces mots, tu relâches mon sexe !

- Oh, non, pas tout de suite, pas avant d’avoir comblé nos orifices mon petit coeur. Tu t’allonges sur le côté, prend moi mon petit Séb, je veux sentir ton membre au plus profond de mon intimité. Et toi ma douce Eva, mets-toi à quatre patte face à moi et touches-toi le minou en le regardant me prendre ”.
-
Je me place derrière toi, je frotte ma queue contre ta chatte, faisant rentrer le gland avant de le ressortir. Puis je m’enfonce en toi, rentrant mon pieu jusqu’ à la garde, mes couilles venant claquer contre tes fesses à chaque coup de rein. Eva vient se mettre à quatre pattes par terre, face à tes seins qu’elle se met à lécher tout en passant une main entre ses cuisses pour se caresser le minou. Cette petite coquine t’a bien excité, tu gémis et râle de plaisir.

Mon regard se fixe sur Eva, de la voir ainsi à quatre pattes me donne envie de la prendre en levrette, mais je préfère continuer à te pistonner, je veux qu’à ton tour tu jouisses. Alors je redouble d’ ardeur, je passe une main sur ton pubis pour aller te titiller le clitoris et te faire jouir ; tu lèves haut dans le ciel la jambe qui ne repose pas sur le canapé, tu cries ton plaisir, excitée que tu es par mon sexe allant et venant dans ton abricot juteux, mes doigts s’ activant sur ton clitoris gonflé et la langue d’Eva s’ activant sur tes seins gonflés de bonheur.

-“ Ohhh oui, vous me faites du bien. Ahhhh Séb, prends moi par le petit trou.

Je retire mon sexe de ta chatte mais je préfère préparer ta rosette à son passage. J’enduis un doigt de la mouille abondante qui s’écoule de ton minou et lentement je l’ introduis dans ton étoile pourtant déjà bien détendue, commençant à le faire aller et venir lentement, les enfonçant progressivement de plus en plus profondément, puis je le ressors, repasse cette fois deux doigts sur ta fente et te pénètre à nouveau, tu cries ton plaisir.

Ton anus est maintenant bien dilaté, prêt à accueillir mon membre. Je le place sur ta rose intime, puis lentement te sodomise, tu te recules pour m’ accueillir bien au fond de ton tunnel bien serré, laissant échapper un long râle de plaisir et de satisfaction d’ être prise par l’ arrière train. Je vais et viens lentement dans ton petit trou, progressivement la douleur se transforme en vague de plaisir immense. Pendant que je te pétris les seins tout en te prenant, Eva désormais s’applique à te brouter la chatte, sa langue allant fouiller dans ton vagin, te titillant le clitoris, quant à moi je pose une main sur un de tes seins que je compresse, mon autre main glissant le long de ton corps.

Celui ci tressaille sous nos assauts, tes sens sont emportés par la jouissance qui monte en toi, mes coups de queue se font plus intenses et plus profonds. Au final tu te laisses tomber dans les bras de dame jouissance répandant ton plaisir sur le visage de la douce Eva, frissonnante et ronronnant comme une chatte et criant un long :

- ohhhhhhhhhhh c’ est trop boooon, ahhhhhhhhhh .
-
-
Excité, j’ ai du mal à me retenir de me répandre en toi, tant la sensation de tes contractions anales orgasmiques sur mon sexe ont été puissantes, mais je tiens bon.

Je ne perds pas de temps et je vais directement me placer derrière Eva qui m’offre sa croupe et je la pénètre d’un coup, m’enfonçant en elle, lui arrachant un léger cri de satisfaction. Mais elle aime ça, on dirait ! Lui dis tu en te redressant face à elle, les jambes encore pantelantes mais moi aussi je veux encore du plaisir :

- broutes moi le minou ma petite coquine ”.
-
Eva ne se fait pas prier deux fois et elle plonge sa langue dans ta chatte que tu lui offres. Quant à moi je la pompe sans vergogne, mes couilles claquent contre ses fesses potelées, venant exciter son bourgeon à chaque coup, lui arrachant un frisson de plaisir, une main posée sur son épaule, je la tire vers moi à chaque à coup, m’enfonçant le plus profondément possible dans sa grotte chaude et humide. Sa langue s’active sur ton clito, t’arrachant des cris de plaisir :

- Ohhhh, oui, lèche-moi petite Eva
-
Tu te caresses les seins tout en te faisant croquer la craquette par Eva, ma queue va et vient de plus en plus vite dans son minou, la vue de son petit trou m’ excite terriblement alors je porte mon pouce à la bouche et je lui entreprends l’ étoile avec. Cette petite coquine doit être accroc à ça car son petit trou l’accueille sans difficulté. Il s’ ouvre pour laisser le passage à mon doigt.

Je me retire alors pour la prendre par derrière, je glisse ma tige entièrement dans son entrée des artistes, je m’agrippe à ses fesses. Entre deux coups de langue portés sur ta chatte, elle me crie de continuer à la prendre ainsi, de la faire jouir par le cul, alors je redouble mes efforts pour y parvenir. Tu viens alors te glisser à côté d’elle, de tes deux mains tu lui écartes bien les fesses :

- hummmmm, regarde moi cette petite cochonne, elle aime ça on dirait, vas-y prends la bien ”.
- Ahhh que c’est bon d’aller et venir dans son tendre anus ! Elle est maintenant complètement penchée en avant, sa tête reposant sur le sol, je me cambre contre son dos pour aller saisir ses seins et lui triturer les tétons. Mais toi aussi, tu me veux en toi, tu le lui fais savoir par un :
- « à mon tour maintenant! Tu en as eu assez pour le moment !
-
Alors tu te places en levrette à côté d’elle et je viens te prendre dans cette position, mais par le vagin. Pendant que je m’active dans ta chatte, Eva et toi échangeaient un baiser langoureux. Et je passe ainsi de ta chatte à son petit trou, alternant entre vos deux orifices, vous masturbant pendant que je suis en train de m’occuper de l’autre.

Nous changeons une dernière fois de position. Je m’allonge par terre et tu viens me chevaucher en pompe d’Andromaque, tu es accroupie au dessus de mon sexe, me tournant le dos, tu viens se plaquer contre toi et s’agenouille sur mon visage ne me laissant d’autre que choix que de lui brouter le minou.

Alors lentement tu t’empales sur ma queue, tu te penches en avant pour prendre appui sur tes mains et lentement tu commences à me pistonner pendant que je plonge ma langue dans la moule d’Eva. Tu me pistonnes ainsi quelques minutes, augmentant progressivement la cadence, ma langue tourne de plus en plus vite sur le minou d’Eva, sur ses lèvres gonflées et humides et sur son bouton de rose, la pièce résonne de nos râles. Je suis bientôt au point de non retour.

Vous jouissez simultanément, Eva sous mes coups de langue et toi grâce à ton piston sur ma queue. Mais tu veux que j’explose dans ta bouche pour goûter à ma semence de vie, alors tu te retires, toi et Eva venez vous placer chacune d’ un côté et tu attrapes ma queue que tu portes en bouche, tu me lèches le gland avec application alors que Eva me masturbe en même temps. Au bout de quelques instants je ne peux plus me contenir:

- ahhhhhhhh, ahhhhhhhh, ahhhhhhhhhhhhhhhhh, ouiiiiiiiiiiii Leila, je jouiiiiiiis, ohhhhh ouiiiiii !

J’explose enfin dans ta bouche gourmande, tout en déversant de longues giclées de liquide séminal chaud et visqueux. Tu retires mon sexe de ta bouche, quelques gouttes de sperme s’écoulent le long de la commissure de tes lèvres, tu te penches vers Eva que tu embrasses échangeant ma liqueur avec elle. Puis tes lèvres attrapent les miennes en un ultime baiser pour cette nuit.

Eva se rhabille, nous dit au revoir en nous souhaitant bonne nuit et en nous remerciant pour ce merveilleux moment passé en notre compagnie. Il est maintenant fort tard, dans trois heures il nous faut nous lever pour aller travailler alors nous glissons dans les draps de satin du lit et nous endormons tous le deux, ta tête reposant sur ma poitrine, ton bras passé autour de mon cou, je te caresse le ventre et les seins pour que ton sommeil soit le plus doux possible.



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés