LE JARDIN DES PLAISIRS

par Gourmant


Image[]
LE JARDIN DES PLAISIRS
Auteur[Gourmant]
#
Image[]
Le soleil vient de faire flamboyer l'horizon d'un rougeoiement resplendissant, juste avant, de faire place à la nuit apaisante. Les derniers aboiements se font entendre. Les derniers battements d'ailes font vibrer l'air, au-dessus des têtes. Les premiers hululements retentissent dans le lointain. Quelques chats commencent leur danse. La fraîcheur nocturne déploie son doux manteau sur la campagne. Quelques étoiles s'illuminent au firmament, pendant que la lune éclaire, de sa lumière irisée.

Elle ne dort plus, depuis quelques jours, pensant à ses rêves étranges et pénétrants qui lui chatouillent l'esprit et les sens. Pourtant, elle dort détendue, comme chaque soir, sur son lit à baldaquin. Elle est nue, offerte, à l'obscurité qui tombe. Le tissu de la moustiquaire diffuse quelques rayons de lune sur la blancheur de sa peau. Sa longue chevelure blonde recouvre l'un de ses seins, aux formes des plus beaux fruits de la terre. Son corps est magnifique à contempler, juste ce qu'il faut de rondeurs et de courbes harmonieuses, pour le plus grand plaisir des yeux. Les siens sont fermés, animés de quelques soubresauts. Pour sûr, elle rêve

Elle ne sait pas encore qu'elle va vivre, cette nuit, une mystérieuse aventure, une initiation botanique, un peu spéciale. Elle n'a pas fermé, sa porte-fenêtre, face à son jardin, comme si elle sentait l'événement arriver. Déjà, l'autre jour, elle l'avait séduit dans son sommeil. Elle savait qu'il n'était, maintenant, plus du tout indifférent, à ses avances. C'est pour cela qu'elle l'attend, de tout son long, dans cette maison.

Un léger souffle s'engouffre, à l'intérieur de la chambre, par l'entrebâillement oublié de la fenêtre. Il vient caresser sa silhouette, avec sa brise légère et chaude, tel un amant léger épousant le relief de sa peau. Elle croit se réveiller; elle le reconnaît, il est au rendez-vous, il s'est changé en souffle de vent. Non, pas tout de suite, ne romps pas le charme, gardes les yeux fermés. D'une simple caresse d'air, il envoie un foulard de soie, autour de sa tête, pour lui donner l'illusion d'un demi-sommeil. Il abuse de son état de fluide, pour tourbillonner autour de ses membres élancés. Il sillonne ses tissus de chair de toute part, lui procurant de grands frissons sur ses sommets irisées. Il s'immisce dans ses endroits, les plus intimes, engendrant un trouble saisissant. Il la soulève d'un petit courant d’air, la guide, hors de chez elle, dans son jardin, transformé en pays des merveilles.

Une voix douce et sensuelle l'entraine, dans son nouveau jardin, baptisé le Jardin des gourmandises. Elle ne reconnaît pas ses fleurs, ses arbres, son herbe folle, mais elle s'enivre, déjà, de ces nouvelles fragrances. Il ne l'autorise pas à retirer son foulard. Elle doit se contenter d'utiliser ses autres sens.

Il l'emmène dans le premier coin, de ce nouveau jardin, aux milles senteurs. Il a choisi judicieusement un mélange de plantes aromatiques en pleine floraison, dévalisant sa célèbre collection de Menthes, pour ravir le nez de sa belle. Elle reconnaît ces effluves de romarin, de citronnelle, de mélisse, de sauge, de lavande qui lui font tourner la tête.

Une ruche débordante de miel accueille ces travailleuses qui butinent, sans fatigue, toutes ces fleurs, aux couleurs d'été. Les fleurs, d'un style un peu particulier, donnent à l'endroit des reflets d'un bleu vert de nuit.

Laisses-toi guider vers cette lente initiation des plaisirs botaniques. Viens goûter la saveur des fruits défendus. Laisses-toi envahir par la douceur de ces légumes aux formes variés. Viens déjeuner sur l'herbe, agrémentée de desserts sucrés. Viens te détendre dans un bain de minuit

Tu traverseras toutes les scènes de ce labyrinthe de feuillages, de fleurs, d'herbes fraîches. Tu t'arrêteras, à chaque épreuve, qui te sera proposée, te laissant guider par ton instinct du moment.

Une couverture de fougères posées sur le sol attendait notre ange, entourée de toutes ces aromatiques. Il l’invite à s'allonger, à se laisser aller, au gré des parfums enivrants, à s'abandonner, nonchalamment.

Il aime les plaisirs de la bouche. C'est un gourmet qui aime goûter les fruits juteux des femmes. Il ne peut s'empêcher d'agrémenter son supplice, en déversant un petit pot de miel sur l'extrémité des seins de la belle, frémissants, au contact de ce chaud liquide et ruisselant jusqu’à son bas-ventre. Les dernières gouttes sont pour son sexe. Elle attend la suite avec impatience.

Sous cette habile apparence, le Vent n'en est pas moins homme. Il s'agenouille auprès de la jeune femme, commençant par promener son souffle chaud au creux de son cou, de ses oreilles, de sa nuque, de ses joues. De mémoire de rose, elle n'avait jamais ressenti d'aussi doux baisers. Ils collent ensembles leurs lèvres rosées, face à face, découvrant avec délectation, les saveurs pimentées de leur bouche, mêlant leurs langues, l'une à l'autre, dans une danse extatique.

Attiré par une odeur sucrée, il descend, sa tête, vers ses deux seins dégoulinant de miel. Leurs pointes sont maintenant durcies par le contact de cette nouvelle substance collante et tiède. Elle bombe le torse vers cette bouche avide de gâterie sucrée qui perçoit le message. Il ouvre délicatement sa bouche en formant un grand O, enveloppant un des têtons, commençant à laper, frénétiquement, ce miel doré. Il lèche, de plus belle, en aspirant par petits à-coups. Puis, pour ne pas rendre l'autre jaloux, il s'enhardit d'une toilette labiale, de toute la surface de ses seins. L'effet sur notre ange de beauté s'est fait ressentir, par une respiration haletante et saccadée.

Ses seins, gonflés de désir, laissent s'ériger, vers le ciel, de délicieux sucres d'orge parfumés.
Les yeux clos, sous le foulard, elle savoure, en silence, la montée irrésistible du plaisir. Maintenant, elle en veut plus. Elle desserre les cuisses, abandonnant à la bouche avide, sa fente, ruisselante de miel mêlé à l'humidité de sa vulve, gonflée de désir. Il butine, avec douceur, ces liquides aux fins mélanges de sucré-salé, qui coule, entre ses jambes.

La bouche remplie de ses effluves et du goût de son sexe, il vient l'embrasser à pleine bouche, pour lui faire partager ces délices, ces mélanges culinaires de la bouche et du sexe. Maintenant, il sait qu'elle adore sa caresse. Il a envie de rester, comme cela, pendant des heures, pour la faire se tordre de plaisir, pour qu'elle le supplie de continuer, en s'abandonnant à toutes ses douceurs.

Il est gourmand de ses lèvres entrouvertes. Sa langue remonte le long de son entrecuisse, jusqu'à ce bourgeon rose, recouvert de miel, qu'il nettoie, à coup de léchouilles appuyées. Il aspire par petites succions les dernières gouttes sucrées, constatant que
ce régime, particulier, rend très sensible ce bouton de chair rosée, qui se colle à sa bouche, pour en obtenir un peu plus. Son désir, pour lui, est fort en cet instant. Une envie vorace, insupportable lui tord les entrailles. Cette langue, chaude et sensuelle semble ne pas vouloir arrêter son supplice. Elle sait qu'il lui faudra se contenter de sa bouche. Elle se tord de plaisir, son corps ondule de désir, elle aime ces attouchements, même si elle en veut plus.

- Comme c'est bon! Mummmm...gémit-elle.

Il quitte, par intermittence, son clitoris, pour descendre et écarter ses petites lèvres, d'une langue désireuse de découvertes nouvelles. Il sent les quelques soubresauts de son ventre qui dénoncent la montée du plaisir. Elle cambre son bassin, en direction de ses lèvres, pour se rapprocher de cette langue chaude et insidieuse, qui s'engouffre, au plus profond de ses entrailles.

Elle tressaute, parcourue de frissons électriques, à chaque assaut, de la langue. Cette coquine l’a fait mourir de plaisir, à chaque remontée, vers son bouton, qu'elle effleure juste ce qu'il faut, pour le nourrir de vibrations diaboliques. Elle n'en peut plus, gémissant, doucement, parmi les fougères. Elle a posé ses mains, sur la tête chercheuse, pour mieux appuyer ses mouvements, pour le sentir s'engloutir, au fond d'elle, imaginant un sexe d'homme aux exquises douceurs humides.

Soudain, elle frotte son sexe, contre sa bouche, ondulant son postérieur, dans de longues arabesques; son corps vibre, par petites saccades; une sensation brûlante envahie son ventre, elle sent la jouissance exploser, en elle, ne retenant plus ses cris d'ange fabuleux. Son souffle s'accélère, des milliers d'étincelles flashent dans son cerveau. Elle hurle son plaisir extrême dans ce jardin des senteurs.

Elle est, à peine, remise de ses émotions que GOURMANT lui susurre, à l'oreille, le nom du prochain jardin, qu'elle devra explorer : Le jardin des courges...


Gourmant



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés