GEOFFROY ET FANNY AU HAMMAM

par Fanygeoffroy



Depuis quelque temps cette idée nous trottinait dans la tête : nous rendre ensemble dans un hammam sauna mixte, baignés que nous étions par l'imaginaire véhiculé par ces lieux de volupté. Nous avions chacun de notre côté l'expérience du hammam. Mon mari, français de souche mais curieux des choses du vaste monde, s'y était rendu quelques fois, appréciait l'ambiance mais se désolait de ne voir que des hommes nus, et avait très envie de goûter à cette atmosphère avec moi. Ayant des origines orientales, le hammam n'avait pas beaucoup de secret pour moi, cela fait partie de la culture, c'est même un des piliers du mode de vie des femmes orientales, on s'y lave, on s'y masse, on s'y détend, mais surtout on y parle, de choses futiles comme de choses d'importance comme les mariages : on jauge la beauté, la résistance, la débrouillardise, la fécondité, l'honnêteté, bref, aller au hammam, c'est un acte sanitaire, mais c'est également un acte social important qui décide de l'avenir sentimental et familial de la plupart des individus et l'on ne le dit pas assez, certainement par pudeur, c'est également un moment d'érotisme et de sensualité au travers des regards, des discutions, des contacts. Vous l'aurez compris, pour notre couple mixte, le hammam signifiait un peu la rencontre de deux cultures, le besoin de tolérance et d'ouverture qui guident nos pas dans chaque domaine de notre vie, de notre vie sexuelle notamment, que nous voulons harmonieuse, ouverte, à l'écoute des désirs de chacun.Ainsi, après une petite recherche sur le web et dans les pages de Pariscope, nous choisissons un établissement naturiste proposant un hammam, un sauna, des douches mixtes, un jacuzzi, un espace-détente et de massage. Nous décidons de nous y rendre un après-midi en semaine afin d'éviter la foule du week-end ou du soir, surtout pour notre première fois où nous voulons savourer cette découverte tranquillement. Je suis très excitée à l'idée de nous montrer tous deux nus en publics, dans un espace assez réduit, de pouvoir regarder de très près d'autres personnes nues. Il fait encore un peu frais dehors en ce mois d'avril et la chaleur et les senteurs qui nous accueillent dès l'ouverture de la porte de l'établissement nous font un grand bien. L'accueil par une jeune femme est très sympathique, nous échangeons des sourires, elle nous remet deux serviettes chacun et nous présentent rapidement l'établissement, les vestiaires couples sur la droite, les douches et le hammam à gauche, le sauna à droite et entre les deux le jacuzzi, les salons à l'étage. Il fait bon, nous passons devant le vestiaire homme où deux hommes se déshabillent et se retournent à notre passage, trahis que nous sommes par le bruit de mes talons et nous rejoignons celui des couples. Nous sommes seuls, Geoffroy ôte rapidement ses vêtements dévoilant ce corps qui fait tant d'envieux et me regarde ensuite me dévêtir. Je glisse ma jupe et mes collants, déboutonne mon chemisier, Geoffroy dégrafe mon soutien gorge et je n'ai plus qu'à enlever mon string pour me retrouver en tenue d'Eve. Nos regards se croisent, je remonte mes cheveux pour dégager ma nuque, on est bien, on s'enroulent dans nos serviettes et en route pour une petite visite du propriétaire.

À cette heure, il y a peu de monde, quelques hommes, certainement des habitués. La chaleur est quasi tropicale, nous quittons nos serviettes, nous prenons une douche et nous nous engouffrons dans le hammam, tout en carrelage, confortable, avec de larges banquettes pour s'allonger. Dans la moiteur du lieu, nous nous dirigeons vers le fond. Je m'allonge de tout mon long, Geoffroy reste assis, observateur, protecteur. Je savoure, alanguie, cette atmosphère hors du temps, silencieuse, presque irréelle.La sueur perle sur tout mon corps. Je respire les senteurs d'eucalyptus qui rende ma respiration si fluide. Un à un, chacun de mes muscles se détend, je me sens merveilleusement bien.Ma tête repose sur une des cuisses de Geoffroy, c'est si bon d'être ici avec lui. Les yeux mi-clos, habitués à la faible luminosité du lieu, j'observe les deux autres femmes présentes. Comme moi, elles semblent prisent par l'étrange torpeur du lieu, prisonnières d'un charme ancestral, allongées comme moi, leurs corps humides, offerts, comme des offrandes divines.

J'admire là, le galbe d'un sein, ici la courbe dune hanche... Dans ces volutes de vapeur et de chaleur, la féminité est exacerbée. Les corps s'exposent, se côtoient, se montrent, sans se toucher ou presque. Les regards se font lascifs, glissent le long des courbes sans s'y attarder, sans lourdeur.Peu à peu, mes pensées s'engourdissent, je ne ressens plus rien qu'un bien-être affleurant chaque parcelle de mon être.La chaleur, un peu suffocante au début, m'offre désormais son refuge. Je m'y sens bien, sereine, femme, désirable même. À l'instar de mes deux compagnes, je masse paresseusement, mon cou, mon ventre, mes seins, mes flancs ; ma peau paraît, si douce.Deux hommes font leur entrée, nus, l'un s'allonge et l'autre s'assoit, en face de nous. Presque inconsciemment, mes mains continuent à parcourir mon buste. Malgré la vapeur, je peux voir leur corps impudiques, exposés. Mon corps est également offert à leurs regards, que je sens dirigé vers mes parties intimes. Geoffroy est là, je peux m'exhiber sans crainte, c'est ce que j'aime, donner un peu d'envie pour mieux aiguiser mon désir.Je sens Geoffroy bouger, il se déplace, s'assoit à mes côtés, mon corps lui semble près pour un gommage qu'il effectue de ses mains entraînées : chaque partie de mon corps va ainsi être gommée, massée et en même tant offerte aux regards et moi de m'abandonner sous ses mains, de les sentir sur mon dos, puis sur mes jambes, aller et venir selon un rythme régulier et une pression continue.

Je songe à tous ces récits érotiques ayant pour cadre un décor semblable. Il paraît tellement facile de s'abandonner à la volupté du lieu... La chaleur, douce, humide, les corps nus, libres, impudiques, naturels... tout ici appelle au plaisir charnel. Je songe et je sens en même temps ses mains sur mes fesses, malaxant, écartant, ses doigts suivant les abords de ma fente offerte, puis glissant sur mon ventre, descendant vers ma croupe rebondie que j'ai pris soin dépiler partiellement, ne laissant qu'un petit rectangle pileux juste sur le dessusMes yeux se ferment à moitié, j'écarte mes cuisses, impudique, je le deviens vraiment, prise sous le feu du désir. Malgré le voile laiteux, je perçois des regards dirigés vers mon entrejambe, vers mes lèvres que l'on peut deviner gonflées de désir, vers ma chatte ainsi offerte aux imaginaires. Un des hommes me souris doucement, la tête penchée sur le côté, je peux distinguer une de ses mains caressant son sexe jaillissant de son écrin pileux. Une des deux femmes a également dirigé son regard vers moi tout en se massant langoureusement la poitrine, abandonnée quelle semble être dans un doux et sensuel rêve.Je sais que Geoffroy n'ira pas plus loin, et pourtant comme j'ai envie de sentir ses doigts en moi, doux, profonds ; ses mains s'éloignent de mon corps, comme pour me demander de prendre le relais, comme pour me ramener à la réalité.En même temps, un couple fait son entrée et vient s'installer avec le sourire à nos côtés. Je commence à masser Geoffroy, son dos, sa nuque, son bassin, d'un mouvement lent et régulier car on s'essouffle vite en ces lieux, il faut y prendre garde.

Je le sens réceptif sous mes mains appréciant que nous soyons ainsi offerts aux regards. Il se retourne vers moi, m'offre son buste et ses cuisses musclées, la vapeur se fait plus dense, je réduis encore mes mouvements, mon rythme, je ne peux m'empêcher de regarder son sexe et de masser l'intérieur de ses cuisses chaudes. Ma main s'égare vite et se dirige vers ses bourses souples et fermes à la fois, qu'il a pris soin dépiler, ce qui les rend encore plus soyeuses. Je les caresse doucement du bout de mes doigts et regarde en même temps sa verge qui repose sur une de ses cuisses, qui doit ressentir mes attouchements intimes, qui commence à prendre forme, à doucement gonfler de désir et de plaisir, s'allonge, s'épaissit, arrive au bord de l'érection.Jaime cet instant, juste avant de la voir se dresser, forte et fière. Il se retient, je le sens, il ne veut pas aller plus loin pour l'instant. Je le comprends et cesse l'action de mes doigts. La scène a, semble-t-il, donné des idées au couple voisin, nous faisons une pose afin de les regarder se masser, laissant de nouveaux nos corps s'abandonner à cette atmosphère suave quelques instants encore.Au sortir de cette première séance de hammam, nous nous dirigeons vers la douche. Je supporte sans broncher le jet d'eau froide, si agréable à ma peau surchauffée. Mes seins se dressent sous la caresse de l'eau. Ma peau est parcourue de frissons délicieux.

Nous choisissons alors de nous immerger dans l'un des deux jacuzzis où les bulles jaillissent parmi les remous dune eau tiède à souhait. Nos corps, l'un en face de l'autre ont l'air de surnager sous l'action de petits orifices orientables qui projettent une eau sous pression vers notre dos, nos fesses et nos jambes. Je me laisse aller, la tête hors de l'eau, les yeux fermés, et je me sens bientôt comme en apesanteur, le corps si léger, mais aussi réceptif ou bulles d'air et aux jets d'eau. Je sens les remous sous mes fesses et, écartant un peu ces dernières, j'offre ainsi mes deux orifices à l'action bienfaisante des jets qui viennent ainsi caresser mon petit trou et mes lèvres excitées. Je ne peux rien voir mais je pense que Geoffroy fait de même, ses mains plongées vers ses fesses et à voir son regard, il semble comme moi apprécier ces énergiques caresses liquides !

Une femme entre à son tour dans ce paradis liquide, juste à mes côtés et engage aussitôt la conversation : c'est une habituée qui vient ici très régulièrement, avec ou sans son mari. Elle est charmante et semble comme moi très à l'aise avec son corps. Elle a certainement dû à maintes reprises profiter comme je suis en train de le faire sous ses yeux des petits jets.Elle m'indique d'ailleurs que la position inverse est également possible et très sympa. Je me laisse guider par ses mains qui retournent mon buste vers la gauche du bassin et je me retrouve ainsi à plat ventre, les fesses justes sous la ligne d'eau, la poitrine et le ventre soumis à de divines pressions. La position étant plus difficile à tenir, elle reste à mes côtés, pour maintenir mon corps balancé dans les remous, une main sur mes fesses et une autre sur mon épaule, ce qui a pour effet d'augmenter mon excitation. Je sens ma poitrine durcir et mes lèvres gonflées sous l'action conjuguée des jets et des mains de ma voisine, qui, profitant des remous, glisse lune d'elles entre mes cuisses, ajoutant ses caresses aux caresses de l'eau, addition sensuelle qui me comble de plaisir. La position est difficile à tenir durablement et nous nous retrouvons bientôt, de nouveau assises, à présent, amies d'un jour !Le hammam se remplit, peu à peu, deux hommes décident de nous rejoindre dans le jacuzzi que nous quittons, avec un échange de sourire complice avec notre voisine, pour rejoindre le sauna. Nous prenons place sur des banquettes en bois au côté de quelques personnes. L'air y est très chaud et sec. Nos corps ne tardent pas à se couvrir d'innombrables gouttelettes d'eau alors que notre rythme cardiaque s'accélère. Ici, tout mouvement est une épreuve, même la parole !

Après cinq bonne minutes, nous retrouvons avec plaisir les douches fraîches. Après un deuxième hammam, nous sommes invités à prendre un thé à la menthe dans un salon bien aéré ou nous prenons ensuite quelque repos. Geoffroy, qui a ramené sa lotion de massage secrète composée de diverses huiles essentielles, m'invite à rejoindre un petit salon, éclairé grâce à un chandelier, où trône en son milieu une table de massage entouré de banquettes.Un homme semble endormi sur une des banquettes. Je me débarrasse de ma serviette et me couche nue sur le ventre sur la table de massage. Il fait bon, Geoffroy, qui a pris soin d'adoucir l'huile dans la chaleur du hammam, enduit copieusement ses mains et commence à me masser la nuque et le dos. Divine sensation, je me laisse aller, je m'abandonne, légère sous les mains expertes de mon homme, qui, doucement, étale en de savants aller et retour, cette délicieuse huile, dont le parfum enivrant, sous l'action conjuguée de la chaleur et du massage, se libère et envahit bientôt le salon. Comme d'habitude, je me laisse aller, je laisse ses mains entrer en communication avec ma peau, afin de libérer mon corps de toutes les tentions accumulées. Je sens sa pression à présent sur mon dos qu'il masse doucement, suivant de ses doigts le long chemin tracé par la colonne, s'attardant sur les flancs, essayant d'assouplir des muscles parfois tendus et descendants petit à petit vers mes fesses qui attendent d'être malaxées, prises dans les paumes de ses mains.

Un couple entre, suivi de deux hommes, qui prennent place sur les banquettes. Je sens bientôt leurs regards sur moi, comme dans le hammam, et j'apprécie cela. Geoffroy fait durer le plaisir, il masse mes fesses en les remontant, en les écartant, dégageant ainsi mon intimité, d'autant plus qu'il ma légèrement écarté les jambes. Le couple s'est assis à ma gauche, quant aux deux hommes, ils ont rejoint la banquette de derrière, se réservant une vue imprenable sur mon entrejambe. Je sens les mains de Geoffroy vers l'intérieur de mes cuisses, effectuant un va et vient vers mon sexe. À son contact, ses doigts s'attardent sur mes lèvres imberbes, en massent le pourtour, remontant ensuite vers mon petit trou je sens mon excitation monter, mes lèvres se gonfler, s'humidifier, tout cela sous les regards d'inconnus.

Geoffroy me demande de me retourner ; je rencontre son beau sourire, il m'arrose la poitrine d'huile et masse mes seins aux sommets déjà durcis, ce qui accroît mon plaisir. J'écarte mes jambes ; je peux à présent observer les personnes qui nous regardent : le couple est allongé, se caressant mutuellement tout en nous souriant ; les deux hommes ont entrouvert leurs serviettes et se masturbent doucement : je peux voir leur sexe de bonne taille et leurs mains aller et venir le long de leur verge durcie et tendue. On dirait un tableau érotique et celui-ci est bien vivant.Je sens, à présent, contre mon flanc droit, le sexe en érection de Geoffroy à travers sa serviette. Ses mains sont maintenant sur mon bas-ventre qu'il masse de manière circulaire : automatiquement, j'écarte encore davantage mes cuisses comme un appel, une offrande auquel il ne tarde pas à répondre en plaquant sa main contre ma chatte en feu, toute imprégnée de mon miel. De sa paume, il la masse doucement, puis y fait pénétrer un puis deux doigts. Je prends mes seins entre mes mains et commence à gémir, je ferme les yeux quelques instants, mon bassin va à la rencontre de ses doigts que je désire au plus profond de moi.

Quand je rouvre les yeux, Geoffroy s'est débarrassé de sa serviette, il est nu, son sexe érigé s'avance vers ma chatte ouverte et demandeuse, il fait glisser mes fesses vers le rebords de la table, écarte et lève mes cuisses, me pénètre rapidement et commence un va et vient soutenu. Je sens mon sexe pilonner par sa verge puissante, mon corps est tout entier secoué de spasmes, je gémis de plaisir ; les deux hommes se masturbent maintenant à un rythme accéléré en partageant cette scène d'amour et de plaisir et lorsque je les vois éjaculer ensemble en laissant échapper un râle de plaisir, j'explose dans un orgasme jusque-là inconnu, criant ma joie, mon bonheur d'avoir été ainsi offerte à des regards étrangers satisfaits. Geoffroy se retire doucement, mon sexe est inondé de ma jouissance, je suis dans un état de bien être délicieux, je l'attire vers moi pour prendre son sexe dans ma bouche. Je le suce doucement, comme par reconnaissance. Encore tout humide de ma mouille, tout excité de la scène, il ne tarde pas à jouir entre mes lèvres et ma bouche reçoit de longs jets de liquide savoureux que je déguste tel un met de choix.Les deux hommes sont déjà sortis lorsque nous quittons le salon et nous échangeons un sourire complice avec le couple qui prend notre place pour une séance de massage.Après un passage sous la douche, nous prenons congé, en félicitant l'hôtesse d'accueil pour la tenue de son établissement et en lui promettant une prochaine visite. A n'en pas douter, nous garderons longtemps dans notre mémoire cette première fois, si réussie et érotique



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés