LES MAINS DANS LA FARINE

par M...


Sur la table de la cuisine, le saladier est devant elle. Elle pétrit et malaxe. Elle a les mains chargées de pâte et de farine. Elle joue avec ses doigts dans la pâte ramollie par la pression qu’elle donne, sensation pénétrante ce magma de farine d'eau et de sel qui colle à la paume des mains. Elle plie et elle replie cette jolie boule claire, tâte fermement et prend à pleine main, elle imprime doucement une forme bien ronde. D’un geste brusque elle soulève la pâte et la fait retomber au fond du saladier.

La porte vient de claquer, il est presque vingt heures, le repas n’est pas prêt......Elle se frotte les mains essaie de décoller cette chose gluante qui se s’arrache pas. Derrière elle il s’approche et lui colle un baiser dans le cou. Elle sent alors monter une fièvre au fond d’elle. Comme cette chaleur qu’elle éprouve lorsque son corps s’entre ouvre et qu’il a envie d’elle. Elle ne se défend pas, sa bouche parcourt le pourtour de sa nuque el les frissons envahissent son corps. Elle sourit, il rit et s’amuse, en approchant ses mains il les pose sur ses hanches. Elle se secoue, se tortille, s’avance et se colle à lui. Les mains dans la farine elle ne peut le toucher. Il la sait impuissante plaquée contre la table, ses mains descendent le long de ses cuisses pour trouver la bordure de sa jupe. D’une façon familière il relève les pans et glisse sur sa peau.

Elle ne peut s’arrêter de malaxer la boule, son livre de recettes lui a bien précisé l’importance du geste. Le temps a lui aussi son efficacité, pour être un bon pain, la pâte doit être bien pétrie, puis pour l’aérer ensuite elle doit bien reposer.
Il le sait, le coquin en profite, sa main a dérapé entre ses cuisses, en écartant le fin triangle de tissu recouvrant les douceurs qu’il sentait sous ses doigts, il vient d’en tremper un dans le verre d’eau, près du récipient.

Il la caresse doucement, elle sent ses seins se gonfler de désir, son ventre se creuse lorsqu’il pose sa main libre sur son bas-ventre, il sait alors le plaisir qu’elle éprouve, et sa phalange froide et mouillée par cette eau, pénètre dans la fente, une contraction légère enserre alors comme un fourreau, son doigt qu’il garde au chaud.
Elle se frotte sur la table et ses mains farinées glissent sur la toile cirée. Son corps semble se plier au supplice agréable de ce désir qui ne fait que monter en puissance.

Lui se vautre sur elle, s’avance contre son dos il épouse sa courbe, sa bouche se colle tout contre son oreille, elle sent son souffle chaud lui glisser quelques mots, de petits chuintements qui marquent son désir. Ses doigts experts s’affirment et s’amusent de cette humidité qui coule entre ses cuisses.

Il se dégage un peu d’elle, son sexe est dilaté, il a envie de la pénétrer, de jouir très vite. Il hésite un peu pourtant et voudrait plaisanter avec elle, avec son corps, son endroit de désir, sa niche, trésor inaltérable, source de plaisirs toujours inassouvis.

Sa verge est ferme prête à exploser, il baisse sa braguette avec précipitation et exhibe son membre. Elle penche la tête et son front se repose sur la nappe à l’odeur de farine. Il est sur que ses yeux se posent sur son sexe, il crève d’envie qu’elle le prenne en bouche pour sentir sur son fil tendu la douceur de sa langue, et voir se refermer sur les contours rosis par la salive, ses lèvres alanguies.. ....Il résiste à cette envie tenace, elle sourit et grimace car elle vient de sentir se poser tout contre sa fesse ce pénis qu’elle attend avec tant d’impatience.

Il se frotte, la caresse, d’une main il écarte sa fesse et colle son gland à l’entrée du cercle défendu aujourd’hui seulement. Par de simples à coups il se cogne contre elle faisant mine de ne pas écouter le chant de ses gémissements qui l’appellent et l’invitent à pénétrer en elle. Ses doigts agiles continuent de fouiller cet antre de délices, il ferme les yeux tentant d’imaginer sa langue titiller et chercher le petit clitoris...

Mais plus rien ne le retient, il se laisse aller à glisser sur le sillon qui l’entraîne vers l’ouverture qui s’offre chaude et accueillante. Un soubresaut, elle se redresse, sa cabre et se cambre, elle vient de recevoir en elle cet organe féroce qui crache son venin quand le combat finit.


Son gland a glissé, il s’enfonce en elle et les parois l’entoure d’un bien être incontrôlé. Il rentre et sort, il s’amuse encore, il veut faire durer ce plaisir. La sentir possédée ainsi les mains dans la farine, sans qu’elle puisse bouger......Ils avaient souvent évoqué cet instant en riant à gorge déployée, ironisant sur la situation et le désordre imagé de la table souillée ! Position disgracieuse ou soupçon de perversion ? Ils s’en moquent, ils sont seuls et ils s’aiment. Ils aiment jouer de leur corps, de leurs mains, la bouche sait elle aussi prendre place. Ils savent éprouver le plaisir de ces doigts qui vagabondent et explorent sans dépasser jamais la demande de l’autre.

Il est à l’intérieur, dur et fier, il va au fond de son ventre, ses mains s’accrochent aux hanches, les saccades rythmées et soutenues l’amènent à la jouissance. En elle a soudain quelques frémissements. Son vagin se resserre spontanément, elle laisse aller son corps pour apprécier l’orgasme qui vient de la saisir. Quelques secondes après ce flot d’intense émotion, elle ressent la douceur de ce membre qui redevient tendre car il vient jeter en elle un jet brûlant de sperme.

Sa semence s’échappe et il se retire tenant du bout des doigts son sexe ramolli, elle se redresse et se retourne enfin le visage souriant, rose de confusion de s’être prise au jeu, mais les yeux pétillants de plaisir.
Elle se penche et se baisse en approchant les mains pour attraper son sexe. La langue bien humectée elle tourne délicatement autour du gland encore tout maculé du liquide gluant. Puis elle se relève, approche sa bouche et dépose sur ses lèvres un tendre et doux baiser, laisse retomber les pans de sa pupe froissée, et se passe les mains sous le robinet.

La pâte a eu sûrement le temps de lever, elle va pouvoir enfin à son tour l’enfourner...



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés