MON ESCLAVE

par JEROME


Je vais vous raconter un repas passé avec mon esclave :

Selon les règles convenues, elle n'avait pas manqué à se présenter de sorte à ce que j'apprécie sa tenue. Si celle-ci ne satisfaisait pas mon goût du jour, j'étais en droit de renvoyer l'esclave se changer. Cependant, elle s'était préparée comme il se doit : rasée, maquillée, coiffée, jolie manucure, les trous disponibles (absence de culotte), vêtue de latex et de satin, de bas et perchée sur des hauts talons.

Satisfait, j'ai passé sa laisse à son cou. Après ça, elle me tendait toujours sa laisse en ayant l'air de vouloir dire " Tenez Maître, vous êtes mon propriétaire je me soumettrais à tout ce que vous ordonnerez ! ". Je prenais toujours cette laisse avec le malin plaisir de la posséder… Ce n'est qu'alors que le jeu commençait…

Nous avons alors préparé le repas. Je cuisinais et ma servante m'apportait ce dont j'avais besoin. Aussi était elle sommée de mettre la table en prenant soin de frotter chaque couvert entre ses jambes. Malgré avoir toléré qu'elle soit si longtemps debout et qu'elle prenne son repas à table, elle devait garder ce regard soumis qui m'était cher. Pour qu'elle n'oublie pas son statut, je lui donnais aussi à faire diverses petites choses qui puisse faire d'elle une bonne soumise : cambrer, lécher une goutte de sauce tombée sur la table, etc.

Avant de passer à table, l'esclave dit " Maître, j'ai besoin de faire pipi s'il vous plait… ".Je lui ai tendu un verre en lui disant " Tiens, attention si tu fais à côté tu ramasses !! "Elle répondit:

" Oui Maître " et fit. La voir faire avec concentration était un véritable délice ! " Voilà Maître " dit-elle en me tendant le verre

Même si ses yeux étaient, agréablement, maquillés (autant dire qu'elle aurait réfléchit à sortir comme ça), j'ai les ai délicatement bandé avant de passer à table. Je savais que ce jeu d'anonymat l'excitait.

Tout était parfait. La cuisine était bonne.

J'ai alors invité mon jouet sexuel à se glisser sous la table pour voir si elle était aussi bonne que le repas. Sans un mot, elle essuya sa bouche avec sa serviette et disparu sous la table en se guidant de ses doigts...

Après quelques courtes minutes, je l'ai remerciée. Cette bonne petite pute s'était appliquée si bien que ses grands yeux n'étaient plus les seuls à être bandés !

Avant la fin du souper, il fallait que je l'enfile par la moule !! Après tout, j'étais le pacha et elle, le garage à bite. En tant qu'objet, elle était prédisposée à être enfilée comme un vulgaire joujou pour homme et je ne me suis pas gêné !

Lorsque je lui ai dit que le moment était venu qu'elle serve à faire jouir son propriétaire elle l'accepta et me provoqua : " Je ne suis que votre vide couilles Monsieur… De toute façon c'est vous le Maître : j'exécute ".

Alors que j'enfonçais mon chibre dans sa tendre et chaude petite chatte, elle ajouta sur un ton très convainquant : " Pardon de vous importuner pendant que vous vous éclatez mais n'hésitez pas à prendre le trou de mes fesses quand vous en aurez assez de ma foufoune… Vous pouvez même me faire mal si ça vous plait : je supporte ! ! "

" C'est très gentil ma petite, mais je préfère que tu te taises ! Ta bouche ne m'intéresse que quand j'y mets ma bite. Pour la peine tu nettoieras la table avec ta langue !! ". Au fur et à mesure que l'orgasme montait, je me lâchais de plus en plus et mes commentaires devinrent plus crus : " Hmm, t'es la bonne pupute à son Maître toi hein ? "

Après avoir pris tout mon temps à fouiller ses chairs avec mon sexe, j'ai fini par la farcir de foutre…Exténué, je l'ai remerciée " T'as été bonne ma belle, on voit que t'es faite pour ça ! " puis j'ai ajouté la petite leçon du jour ** :

- " écoute bien, il faut que tu saches qu'une soumise doit savoir être offerte au plaisir de l'homme à 100 % comme tu l'as été ce soir. Quand je te possède de cette manière j'aime que tu ne sois qu'un bel objet dont la particularité consiste en trois trous où je puisse mettre mon pénis. Imagine que tes trous sont ceux d'une boule de bowling : il faut mettre les trois sinon le coup risque d'être manqué. Et comme la boule de bowling, tu sers à faire tomber les quilles. Tu auras bien compris que dans cette métaphore, les quilles à faire tomber sont les queues qui ne banderont plus, que lorsque tu les auras épuisées ! C'est à moi, ton Maître, de bien te manipuler, et toi, la soumise, n'a qu'à suivre…Rassure-toi, tu peux avoir confiance je serai toujours correct et ce n'est que du fantasme : quand j'ai joui tu redeviens ma petite amie ".

Pour le lui prouver, elle n'eut pas à nettoyer la table de sa langue et je fut très câlin le reste de la soirée. Elle s'endormit en écoutant un conte que je lui lisais comme elle aime tant…

** Au fur et à mesure, les fois où j'apprenais à obéir à mon esclave, en bonne soumise se terminaient par des leçons. Elle était régulièrement interrogée…



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés