LA SURPRISE D'EMILIE

par PHILIPPE


Emilie est furieuse. Depuis près de 10 ans qu'elle fréquente le salon , c'est la première fois que sa coiffeuse lui pose un lapin : rendez-vous soi-disant mal compris, enfin de bonnes excuses, évidemment ! Tant pis, elle aura plus de temps à passer à la maison, en ce beau samedi matin de fin mai .

Tiens, une moto devant le portail. Ah oui , c'est vrai , Thierry devait venir bricoler avec Pascal , son mari. Ce sont deux fans de mécanique et en ce moment ils passent leur temps à retaper une vieille moto . A la pensée que Thierry est là , Emilie se sent toute chose. Elle doit se l'avouer , ce garçon la trouble et , à plusieurs reprises , elle a déjà plus ou moins essayé de le lui faire comprendre . Mais sans résultat ; sans doute ne veut-il pas tromper son copain , ce qui d'ailleurs est un bon point pour lui . Ou alors , il ne la trouve pas à son goût…..

Pourtant , aujourd'hui , avec sa mini toute printanière et son top qui laisse largement découvrir sa jolie poitrine , n'importe quel mâle devrait fondre. Quelques coups d'œil très appuyés dans la rue lui en ont d'ailleurs donné la preuve . Elle décide de ne pas rentrer à la maison tout de suite et d'aller voir directement les garçons , dans l'appenti où ils bricolent.

Les semelles de ses fines sandales ne font pas de bruit sur l'allée . Elle va pour ouvrir la porte mais suspend son geste , l'oreille aux aguets . Il lui semble percevoir un bruit bizarre , comme un gémissement . Un gémissement bien connu d'ailleurs : diantre , y aurait-il une fille avec eux ?

Avec précaution , évitant le moindre bruit , Emilie entrouvre la porte. Et , là , c'est le ciel qui lui tombe sur la tête . Non , c'est pas possible !!!! Elle repousse la porte , puis l'ouvre à nouveau , attirée malgré elle . Au fond , de l'atelier , sur le côté , Thierry est appuyé contre l'établi . Pour tout vêtement , il porte un T shirt : ni pantalon , ni slip. Accroupi devant lui , nu comme un ver , Pascal lui suce le sexe !

Emilie ferme les yeux , se pince : c'est sûr , elle va se réveiller , sortir de ce cauchemar . Son tendre Pascal la prendra dans ses bras , et il lui fera doucement , longuement , l'amour , comme elle aime tant le samedi matin. Mais non , c'est bien la réalité : son mari est en train de tailler une pipe à son meilleur copain .

Son premier geste est de s'enfuir , mais curieusement , elle reste scotchée sur place , fascinée par le spectacle . Comme elle le supposait , Thierry a un sexe superbe , surmonté par un gros gland comme elle les aime . Evidemment , elle commence à comprendre pourquoi ses avances restaient lettre morte . Il est bandé à l'extrême , le bout tout luisant .

Pascal le suce, avec maestria , tourne sa langue autour du gland , le gobe doucement , le frotte à l'intérieur de ses joues . Puis il l'absorbe en entier , tandis que sa main caresse la base , malaxe les bourses , glisse un doigt fureteur vers le scrotum.

Bon sang , elle sait qu'elle est une bonne suceuse , mais découvrir que son mari a autant de talent qu'elle ! Et Thierry a l'air de drôlement apprécier ; il bande à fond , se tend à la rencontre des lèvres qui l'aspirent . Pourtant , les lèvres pulpeuses d'une femme doivent être plus agréables , se prend-elle à songer .

A son corps défendant , elle sent une onde de chaleur l'envahir . Ses seins se gonflent , les tétons durcissent . Son sexe se met à palpiter et elle sent l'humidité l'envahir . Elle frotte ses cuisses l'une contre l'autre .

Thierry se relève , les deux garçons s'embrassent, à pleine bouche . Leurs queues bandées se touchent . Celle de Thierry est effectivement plus grosse , surtout ce gland tout luisant , qui la fascine . Ils se branlottent un peu , presque tendrement .

Maintenant , Pascal se penche sur l'établi , s'y appuie des avant-bras , offrant sa croupe à son amant , reins cambrés. Thierry prend sa queue en main , l'équipe d'un préservatif , et vient en caresser les fesses de Pascal qui creuse encore davantage ses reins. Puis il la pose entre les globes , saisit Pascal par les hanches . Lentement , le gland s'introduit , puis la tige toute entière suit le même chemin et disparaît dans l'intimité de Pascal.

Et c'est la lente danse d'amour qui commence . Elle voit le sexe surgir , disparaître à nouveau , ressortir . Pascal gémit , Thierry l'appelle sa petite salope , lui demande s'il aime se faire mettre . L'autre lui demande de le branler . Thierry vient s'emparer du sexe et , sans arrêter ses mouvements , le prend en main , tire la peau , le décalotte , de plus en plus vite .

Emilie a soulevé sa jupe , glissé un doigt dans sa culotte . Sa chatte est trempée ; elle cherche fébrilement son bouton , le trouve et entame elle aussi une sarabande effrénée . Les deux hommes ont maintenant un rythme d'enfer . Pascal hurle que ça vient , de longs jets de sperme viennent s'écraser sur l'établi . Thierry s'arc-boute contre ses fesses . Emilie sait que le moment est arrivé : il cesse de bouger , son bassin est saisi de spasmes : il jouit longuement .

La jeune femme rabat sa jupe et se sauve en courant . Elle entre dans la maison , se précipite dans sa chambre , se débarrasse de sa jupe et de sa culotte et se jette sur son lit , à croupetons , reins cambrés . Elle imagine la grosse queue de Thierry venant l'envahir . Son doigt a retrouvé le chemin de son clitoris : elle se branle comme une furie , jusqu'au moment où , fauchée par une jouissance un peu terrifiante , elle s'écroule sur son lit.

A peine remise de ses émotions , elle commence à préparer le repas . Les deux hommes arrivent , parfaitement naturels. Thierry vient lui claquer deux bises sonores sur chaque joue et tout le monde s'installe dehors pour l'apéro . Emilie s'arrange pour être face du beau Thierry , un peu en recul . Jambes croisées haut , elle rit fort , pour un rien , se penche en avant pour passer les amuse-gueules , se lève , se rassied . Ce qu'elle vient de voir le lui rend encore plus désirable ; c'est un défi à relever : cette queue superbe , elle la veut pour elle , dans sa chatte.

Il lui semble qu'il ne reste pas tout à fait indifférent , enfin , moins que d'habitude . Elle surprend quelques regards en oblique , venant plonger dans son décolleté . Tiens , tiens , y aurait-il une possibilité ? Et , pourquoi pas un petit trio avec Pascal ? Cette idée d'être prise par deux hommes est un vieux fantasme , qui revient s'imposer à elle avec une force surprenante ; elle se sent toute émoustillée , une douce chaleur envahit son bas-ventre , son sexe commence à palpiter . Il faut se calmer , elle va faire le café .

II.

En même temps , elle repense à ce qu'elle a vu le matin et elle est saisie d'un trouble étrange . Elle revoit les deux hommes en pleine action , le sexe brandi de Thierry , ce sexe qu'elle aimerait tant sentir en elle , la fouillant au plus profond , ce sexe qu'il serait si bon de sucer , ce gland qui l'excite tellement. Et la chaleur monte en elle ; impossible de repousser ces images , impossible de ne pas en être excitée , de ne pas avoir envie de tout plaquer là et de retourner sur son lit , de glisser son doigt dans sa chatte en feu , d'appeler cette jouissance qu'il ne veut pas lui offrir.

Il lui faut se calmer ; elle part faire le café. Il lui faut maintenant retourner à ce rendez-vous manqué du matin . Dans la rue , à nouveau , elle veut se rassurer et fixe dans les yeux , presque provocante , chaque mâle qu'elle rencontre : aucun doute , son charme opère ; il faut même qu'elle se méfie . A ce petit manège , elle va finir par se faire violer !

A son retour , les deux hommes sont encore en train de bricoler et chacun la félicite sur la réussite de sa coupe . Il lui semble que Thierry est particulièrement chaleureux.


" Dis moi , ma chérie , on risque de finir un peu tard . Thierry pourrait-il rester coucher ici ? "


" Mais évidemment , la chambre d'amis est disponible , surtout pour les amis . " répond elle avec un sourire appuyé vers le copain de Pascal.

Elle retourne dans la maison ; l'occasion serait-elle enfin arrivée ? Il va rester dormir . A elle de la jouer fine . Oui , mais , Pascal , comment va-t-il réagir ? Une fois , ils avaient un peu parlé de cette possibilité d'amour à trois , mais sur le ton de la plaisanterie ; elle avait cru comprendre que son compagnon n'y serait pas opposé . Il est vrai qu'avec ce qu'elle a maintenant découvert , cela devient très plausible .

Le repas du soir traîne un peu en longueur . L'atmosphère est étrange , la conversation demeure superficielle ; on a l'impression que chacun est en attente de quelque chose . Emilie évoque la possibilité d'une sortie en boîte , les hommes se disent trop fatigués de leur journée.

Le petit groupe s'installe devant la télé , regardant machinalement un spectacle sans intérêt. Assise à côté de Thierry , Emilie appuie sa jambe contre celle du garçon , qui ne se dérobe pas , mais ne fait rien non plus pour l'encourager bien que Pascal commence à somnoler . Il déclare d'ailleurs qu'il est temps d'aller se coucher et Thierry est d'accord.

Décidément , c'est pas mon jour , pense Emilie , furieuse. Petite bise pour le bonsoir , et chacun chez soi. Pascal est vite au lit , et la jeune femme dispose de la salle de bains . Elle se déshabille lentement , se contemple dans la glace , entièrement nue . Ses seins opulents sont fièrement dressés , tétons érigés , sa toison brune épilée ticket de métro domine deux lèvres roses , d'où perle une légère rosée . Que faire de plus pour être désirable ?

Elle revêt une nuisette transparente , à ras des fesses , et vient rejoindre Pascal , déjà presque endormi.

" Dis moi , chéri , il a une copine , Thierry ? "


" Hein ? J'en sais rien , moi. Non , je crois pas . Sinon , il serait rentré chez lui . "

Songeuse , elle se colle contre son homme , qui est tourné vers le mur . Sa main vient sur sa cuisse , se glisse , se pose sur le sexe , tout flacide. Elle le caresse doucement , mais sans guère de résultat , si ce n'est un début de ronflement . Oh non , c'est pas vrai !!

Tiens , une raie de lumière filtre sous la porte ; et il lui semble entendre un bruit en bas , dans le salon. Doucement , elle sort du lit , descend l'escalier , qui donne dans le living. Celui-ci est éclairé par une lumière blafarde : la télé a dû rester allumée . Exactement . Mais , elle était pas sur Canal : sous ses yeux , une blonde plantureuse est en train de pratiquer une fellation magistrale à un superbe athlète monté comme un âne .

Et en s'approchant , que découvre-t-elle ? Le beau Thierry , vêtu de son seul boxer , d'où il a extrait ce sexe dont elle rêve tant . Lentement , les yeux rivés sur le petit écran , il se caresse. Emilie se sent envahie d'une bouffée de chaleur . Sans bruit , elle s'approche et vient s'asseoir à côté du garçon , qui sursaute , cherche maladroitement à ranger son engin , sans y parvenir.

La belle pose sa main dessus .


" Hummmm, c'est pas gentil de vouloir me priver d'un aussi bel objet . Il est bien le film ? "

La pénombre permet à Thierry de cacher le rouge qui lui monte aux joues . Il la laisse faire . Doucement elle décalotte le gland , puis le recouvre , recommence . Elle se penche et vient y déposer un baiser , l'enveloppe de sa langue , douce comme du velours . Le mouvement découvre sa poitrine , ses seins aux pointes érigées . Elle a maintenant totalement engouffré le sexe entre ses lèvres .

Thierry gémit doucement. Sa main se pose sur une cuisse , remonte , atteint le repli de l'aine , puis son doigt s'enhardit et effleure les lèvres humides.


" Et Pascal ? "


" T'inquiète pas , il dort . Oh , Thierry , j'ai tellement envie de toi , de ton corps contre le mien , de ton sexe en moi . Je te veux , viens , prends moi . "

Fouetté par ces paroles , il lui ôte sa nuisette, se débarrasse de son boxer , lui saisit avidement les seins , qu'il embrasse avec passion , faisant darder les tétons , les suçant , les étirant avec ses lèvres .

Elle se laisse glisser sur la moquette , s'agenouille devant lui , enfouit sa tête entre ses cuisses et reprend sa fellation . Hummm, que sa queue est belle , quel gland superbe , elle ne se lasse pas de l'admirer , de le lécher , de le mouiller de salive . D'une main experte ,elle lui caresse les bourses , glisse son doigt vers le petit trou , elle sait qu'il appréciera . Humm , ouiiiii, elle l'entend gémir .

C'est alors qu'elle relève la tête pour le regarder . De saisissement , elle abandonne la queue qu'elle suçait avec tant d'ardeur . Pascal , nu comme un ver , est assis à côté de Thierry , qui le branle avec ardeur . C'est fabuleux : elle est là , chez elle , en train de sucer le copain de son mari , lui-même en train de se faire branler . Oh là là , ces deux queues bien raides , bandées à mort , juste sous son nez .

Elle décide de prendre la direction des opérations : elle s'agenouille devant eux et commence à les branler , un p'tit coup à l'un , un p'tit coup à l'autre. Puis elle rapproche les deux sexes l'un de l'autre , ouvre grand sa bouche et les enfourne en même temps . Hummmmm , que c'est bon , ces deux glands tout rouges , rien que pour elle , qui se frottent contre ses joues , qui se frottent l'un contre l'autre.

Folle de désir , elle leur enjoint de se mettre en 69 et de se sucer . Ce qu'ils s'empressent évidemment de faire . Elle les regarde , les yeux hagards ; sa main s'est nichée entre ses cuisses , son doigt a trouvé son clito , tout dur , et elle se branle comme une folle .


" Je vous veux , tous les deux ; prenez moi , baisez moi , comme votre chienne d'amour. "

Thierry s'allonge sur la moquette , elle vient le chevaucher , se saisit de sa queue , l'approche de sa chatte , puis , lentement , se laisse glisser . Enfin , il la pénètre , elle le sent qui l'envahit , doucement , bien à fond. Elle en profite pleinement , resserre ses muscles intimes sur cette bite tant désirée . Qu'il est gros , fort , puissant , que sa queue est chaude , vivante en elle . Elle se soulève , redescend , se fait pénétrer encore plus loin , plus à fond .

Son homme est debout à côté d'elle , sexe en main . Elle tourne la tête vers lui : qu'il est beau , lui aussi , qu'elle a envie de ce sexe , qu'elle connaît si bien , mais qui lui réserve toujours une surprise . Elle le caresse doucement , puis le glisse entre ses lèvres , l'enduit abondamment de salive , qu'il soit bien lubrifié pour l'emploi qu'elle lui réserve.

Pascal adore cette caresse , que c'est bon de sentir une bouche chaude et humide venir vous absorber tout entier , des lèvres pulpeuses venir entourer votre gland, une langue indiscrète venir vous lécher toute la longueur de la hampe . Même si Thierry sait lui donner ainsi beaucoup de plaisir , jamais personne n'arrivera au niveau de son Emilie.

Il vient, maintenant, s'agenouiller, derrière elle , qui se penche en avant pour bien lui tendre sa croupe . Bite en main , il s'approche , lui en caresse les fesses , puis pose son gland à l'orée de son petit trou , tout palpitant . Il la tient par les hanches , lentement il pèse sur elle , introduit sa verge dure et bandée dans son petit orifice , doucement , avec précaution , pour ne pas lui faire mal . Les muscles se contractent , il stoppe , reprend ; voilà , ils se détendent , elle est prête à le recevoir : alors , d'un mouvement continu , il l'envahit au plus profond.

Au travers de la fine paroi , il sent la rigidité du sexe de Thierry , qui comble entièrement la chatte d'Emilie . Les images du matin lui reviennent ; c'est lui qui était alors envahi . Ressent-elle les mêmes sensations ? Un instant , le doute le saisit . Et si elle était au courant ? Mais non , c'est impossible .

Les deux hommes entament alors de lents mouvements synchronisés . Le frottement de leurs queues , séparées uniquement par cette si mince cloison , les excite au plus haut point . Plus rien ne compte pour la jeune femme que ces deux dards qui viennent la fouiller au plus intime , la pénétrer avec force . C'est une impression fabuleuse , indescriptible . Et le fait de revoir, en pensée, les évènements du matin, accroît encore son plaisir . Sa chatte est trempée , dégoulinante de sa mouille .

Le rythme s'est accéléré ; elle ne sait plus d'où vient sa jouissance , Pascal , Thierry ? Elle répond à leurs poussées par des mouvements désordonnés . C'est trop bon , jamais elle n'a rien vécu d'aussi fort . La chaleur monte encore en elle , ses muscles se contractent de partout . Ouiiiiiiiii, ça vient , que c'est bon , hummmmmmmm, elle hurle de jouissance , secouée de spasmes qui n'en finissent plus .

Chacun de ses amants l'a sentie venir . Pratiquement au même moment , Pascal et Thierry sentent leur sexe se contracter , chacun ressent les pulsions de la queue de l'autre . Pour eux aussi , les sensations sont extraordinaires . Ils se tendent , sentent leur semence monter , affluer par à coups et enfin se répandre au fond des entrailles de leur compagne , en longs jets puissants .

Les trois comparses retombent au sol , entremêlés , membres enchevêtrés , incapables du moindre mouvement , fauchés, par une jouissance, comme aucun d'eux n'en avait encore jamais connue.



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés