RENCONTRE DU DIEU ET DE L'ANGE

par PHILIPPE


Par cette belle journée, un groupe d'anges batifolaient dans la prairie au bord de la rivière. Les battements de leurs ailes traduisaient leur plaisir d'être là. Toujours coquin, le soleil jouait avec les transparences de leurs tuniques, laissant entrevoir ici la rondeur d'un sein, là l'ombre soyeuse d'une toison frisée, ailleurs, une fesse au galbe tentateur. Car ces anges étaient des demoiselles ( il existe bien des diablesses!).

L'une de ces charmantes créatures, appelons la, Myriam, proposa à ses compagnes de se baigner. Immédiatement les ailes furent déposées ( c'est un accessoire dont il faut prendre grand soin) , les tuniques enlevées et tout ce petit monde sauta dans l'eau , jouant à s'asperger , s'ébrouant, feignant de petites luttes, qui se terminaient généralement en de tendres calins. Seul à profiter du spectacle, le soleil se sentait encore plus chaud, au bord de l'explosion ( note pour les scientifiques: les mystérieuses éruptions solaires sont en fait dûes à ces brusques accès d'excitation de l'astre; pour parler crûment, tout simplement le soleil bande).

Puis les naïades vinrent s'allonger sur l'herbe. Myriam s'écarta un peu du groupe; elle aimait s'isoler, laisser vagabonder son esprit. Les rayons chauffaient son corps, mais bizarrement elle ressentait aussi une chaleur qui semblait irradier d'elle même, qui l'envahissait de bien-être. Elle se laissa aller et s'endormit.

Soudain, était-ce un rêve, elle crut sentir sur elle un souffle léger et tiède, qui soulevait les petits cheveux derrière son oreille, caressait les aréoles de ses seins, l'intérieur de ses cuisses, faisait frémir les fils dorés de sa toison. Elle s'étira de plaisir, s'abandonnant à cette caresse.

Dans le mouvement qu'elle fit, sa main entra en contact avec..... non, ce n'était pas possible, et pourtant... ce mélange de douceur et de dureté, cette chaleur, non le doute n'était pas permis, il s'agissait bien de la virilité orgueilleuse de ce jeune dieu, dont elle s'était abreuvée avec un tel délice.

Oh! oui, elle était maintenant bien réveillée, mais, fine mouche, n'en laissa rien paraitre; c'était à lui cette fois de prendre l'initiative et de mener le jeu.

Elle s'abandonna à la bouche qui embrassait ses tétons , les faisait durcir, puis qui parcourait son ventre de baisers légers comme l'azur; avec une habileté diabolique pour un dieu, une langue fureteuse vint cueillir les gouttes de tendre rosée qui perlaient de ses lèvres intimes et vint en humecter le tendre bouton d'amour qu'elle sentait gonfler à la commissure de ses lèvres. La chaleur montait en elle, s'emparait de son bas-ventre; ses seins gonflaient; le moment tant attendu était arrivé, elle écarta ses cuisses en un mouvement à la fois d'offrande et d'exigence.

Il s'allongea sur elle, vint poser un doux baiser sur ses yeux qu'elle maintenait obstinément fermés. Elle posa les mains sur les fesse musclées qu'elle avait eu tant de plaisir à caresser, reconnaissant la place où elle avait déposé ce dessin étrange et mystérieux.

Le membre viril palpitait contre son ventre, descendit un peu, vint épouser l'étroit sillon des lèvres qu'il força à s'ouvrir; d'une lente poussée l'extrémité vint glisser lentement dans la moiteur de son intimité béante.

Il la désirait avec une violence inouïe: toute son énergie, toute sa volonté étaient concentrées dans ce pieu de chair tendu comme un arc; mais en même temps il savait qu'elle attendait de lui infiniment de douceur et de tendresse et il voulait lui rendre au centuple le plaisir qu'un jour elle lui avait apporté. Comme c'était bon de glisser en elle, de sentir comme elle l'aspirait, l'enserrait de toutes les fibres de son intimité trempée. Soudain elle eut un petit cri, il la sentit se crisper , se contracter, comme si elle voulait expulser ce corps étranger qui la blessait, la perforait; ses cuisses se resserraient. Ainsi donc c'était ....., il ne pouvait y croire et fut submergé de bonheur à l'idée de ce cadeau qu'elle lui faisait.

Il stoppa son mouvement, l'embrassa avec tendresse; elle était toute pantelante. Puis il la sentit s'apaiser, ses muscles se détendaient, ses jambes s'écartèrent à nouveau légèrement. Tout doucement il poussa son bassin, guettant ses réactions. Elle souleva un peu son ventre à sa rencontre; alors il l'envahit complètement; elle sentait ce sexe chaud, dur , palpitant qui venait buter au fond d'elle-même, qui caressait la moindre parcelle de son intimité; elle en aurait pleuré de bonheur.

Il entama en elle de lents va-et-vient; dès qu'elle sentait le membre sur le point de sortir, vite elle lançait avec fougue son bassin à sa rencontre pour qu'il la réinvestisse encore, pour sentir ce long glissement, pour contracter ses muscles sur ce sexe , le caresser avec son vagin comme elle l'avait fait avec ses doigts, avec sa bouche. Il accéléra ses mouvements, il avait l'impression de n'être plus qu'un sexe, de vivre uniquement au travers de ce membre; le plaisir qu'il sentait monter en elle décuplait le sien. Elle avait enroulé ses jambes autour de ses reins , il ne fallait pas qu'il parte, elle le voulait encore plus fort, encore plus loin. Oh non, il n'avait pas l'intention de partir; de la sentir ainsi, jambes relevées, cuisses écartées, son sang était fouetté. Ils n'étaient plus qu'un mâle et une femelle en rut, habités exclusivement par leur désir et la jouissance qu'ils sentaient monter en eux. Il sentait comme cela venait , il ne pourrait bientôt plus se contrôler; elle émit une plainte étrange, il sentit son ventre se coller au sien avec violence; alors il s'abandonna, son sexe se contracta en elle et il sentit les longs jets de liqueur qui jaillissaient du plus profond de son être et venaient inonder la féminité qui s'était donnée, à lui, autant qu'il se donnait à elle.

Alors seulement elle ouvrit les yeux , lui sourit, heureuse. D'une petite voix où perçait une légère inquiétude, elle lui dit : " alors, je ne suis plus un ange?" Il l'embrassa : " mais si tu es toujours un ange, mais tu es maintenant aussi beaucoup plus : tu es une Femme".



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés