LE DESIR

par AUGUSTE


C'était la première fois qu'elle partait de cette façon. Elle était quelquefois sortie avec des copines, le soir, dans la ville voisine. Elle avait rencontrée quelques-unes d'elles à Paris, le soir dans des bars où des restaurants dont la discrétion est recherchée. Cette fois, elle partait dès le matin, travestie. Elle prenait le train pour un trajet de quatre heures. De plus, un ami internaute allait la rejoindre en cours de trajet et c'était la première fois qu'ils allaient se voir. Enfin, le voyage durait trois jours et ils avaient décidé de partager la même chambre, peut-être le même lit. Elle s'était jetée ces trois défis. Les jours précédents, elle s'était préparée moralement, dans les moindres détails, comportement, conversation, tenue, bagages…

Le matin, elle s'était levée tôt, avait bichonné son corps, s'était vêtue simplement. Jean, celui qui mettait ses jambes en valeur. Pull de grosse laine chinée, celui qui faisait ressortir les rondeurs de sa poitrine. Bandana dans les cheveux. Mocassins. Look élégant, confortable et surtout pratique. Il était quand même risqué d'utiliser les transports en commun avec des talons hauts ! Elle avait hésité entre une voiture corail et un compartiment. Finalement, elle était dans un compartiment, seule. L'autre seule réservation affichée était cet ami. Après une heure de voyage, le train s'arrêta. C'est là qu'il devait monter.

Son coeur s'accéléra. Et s'il ne venait pas ? Si quelqu'un d'autre entrait dans le compartiment ? Elle avait un peu préparé le terrain, sacs sur les sièges, vêtements éparpillés, bouquins sur deux places…. La porte coulissa. La silhouette d'un homme s'encadra dans l'ouverture. Il prononça d'une voix distincte un bonjour très ensoleillé. Elle se leva, ne sachant que faire. Embrasser ? Serrer la main ? Sa main s'avança, il la prit et s'inclina légèrement pour un baisemain. La main était chaude, ferme. Elle sentit un souffle chaud et un imperceptible contact de lèvres sur sa main. Un frisson la parcourut. Elle eut l'impression de rougir. Il s'enquit de sa santé, de la qualité du voyage. Ils s'assirent face à face. Et la conversation roula. Le train devait marquer encore un arrêt. Pourvu que personne ne vienne s'immiscer dans le compartiment. Leurs regards se mélangeaient. Jamais, elle ne le sentit la déshabiller des yeux.

Pourtant, de bonnes amies lui avaient suggéré de se méfier. Que de cochons sommeillent dans les hommes ! De plus, un homme qui rencontre un travesti ! Bien qu'il ait affirmé que la rencontre serait amicale, on ne savait jamais. Les propos étaient sains. Pas une once de séduction. Du naturel.

Le train arriva sur Paris. Ils rassemblèrent leurs effets. Il lui prit sa valise, ne lui laissant que son sac de voyage. Taxi. Direction l'hôtel pour poser les bagages et se remettre du voyage avant d'attaquer une après-midi de shopping. La chambre était accueillante, bien qu'impersonnelle, comme toutes les chambres d'hôtel. Un grand lit. Une appréhension la saisit. Il avait posé les valises, sa veste et s'était dirigé vers la salle de bains. Cinq minutes après il était de retour et l'invitait à prendre son temps, car l'après-midi serait trépidante. Elle se regarda dans la glace. Folle ! Elle était folle ! Elle, la belle travestie, hétéro de surcroît, allait partager la couche avec un homme qu'elle savait bisexuel.

Elle repensa à ses vêtements de nuit. Pyjama. Nuisette. Que mettrait-elle ? Elle posa son pull, son jean, se rafraîchit, retoucha son maquillage. Il tenait bien. Elle remit un peu de parfum, discret mais tellement agréable. Zut ! Elle n'avait pas pris d'autres vêtements avec elle dans la salle de bains ! Pourtant, elle aurait préféré un chemisier à son pull et une jupe à son jean. Elle se rhabilla rapidement. Il était assis sur le lit, plongé dans un journal. Elle s'excusa de ne pas avoir terminé. Il lui sourit. Elle retourna à la salle de bains, enfila ses collants noirs, sa jupe rouge, courte, un chemisier noir, se noua un petit foulard autour du cou, se coiffa. Elle était enfin prête pour affronter la ville !

Le shopping commença. D'abord des vêtements. Elle essaya pantalons, pulls, chemisiers, tailleurs, chaussures. L'accueil dans les boutiques était cordial. Certaines vendeuses n'étaient peut être pas dupes. Au bout de quelques temps, elle lui demanda son avis, hors des cabines. N'est-ce pas ainsi que l'on fait en couple ? Ses avis étaient avisés, critiques, précis. Elle s'enhardit, car entre deux variantes, entrer et sortir de la cabine prend du temps, et lui demanda de jeter un œil à l'intérieur. Ce qu'il fit sans hésitation. Entre deux essais, il ne sortit même pas. Tout juste se tourna t'elle pour quitter et enfiler les vêtements. Enfin, ils allèrent dans une boutique de lingerie, recommandée par une amie. Il lui avait dit que lui aussi avait quelques envies d'achat. Elle commença les essayages. Allait-elle lui demander son avis aussi ? La vendeuse était aux petits soins. Plusieurs aller retour avaient déjà eu lieu. Le choix était difficile. Les budgets ont des limites ! Elle hésitait entre plusieurs couleurs et matières. La vendeuse lui suggéra de demander au monsieur. Elle se sentit rougir. Il ne l'avait vue qu'en travestie, mais de là à se montrer en string et porte-jarretelles, il y avait une différence ! Elle avait des attributs masculins ! Presque contrainte, elle le laissa regarder. Noir, blanc ou rouge ? Il regarda l'un, l'autre. Entre les deux premiers, elle s'était retournée, s'était ajustée rapidement. Entre les deux derniers, elle ne se retourna pas. Ils se mirent d'accord sur le choix. Son tour à lui était venu.

Il prit sur les rayons quelques strings, bien masculins. Sans hésitation, il l'invita à donner son avis. Pour chaque pièce essayée, il se montra face, profil, dos. Ainsi de déroula la journée de shopping. Ils prirent un verre à une terrasse et rentrèrent à l'hôtel pour se préparer pour la soirée. Elle choisit une robe longue, noire, fendue, qui mettait bien en valeur sa silhouette et sa blondeur. Elle chaussa ses talons aiguilles. Le restaurant était très cosy. Dîner aux chandelles. Mets et vins subtils. Musique d'ambiance très douce. Galanterie et élégance de rigueur ! Yeux dans les yeux. Sourires contre sourires. Mains qui quelquefois se joignaient, sans s'attarder. Chaudes, fermes et douces à la fois. Elle se sentait femme.

Le retour à l'hôtel se passa sans un mot. Il lui dit qu'il avait l'habitude de se coucher nu mais que si elle voulait, il avait prévu un pyjama. Elle l'invita à se mettre dans la tenue où il se sentirait le plus à l'aise. Il ressortit nu de la salle de bain. Elle enfila sa nuisette et s'allongea à côté de lui. Il lui prit la main, la baisa tendrement. " Bonne nuit ! "



OOOOO



Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés