FLIRT DE DAMIOS ET JULIE

par DYROGU


Nous avions 20 ans tous les deux

1er Chapitre

C'est le moment exact ou, dans le brouhaha des conversations et des rires, à la faveur de la nuit concassée par le fracas de la musique, la main de Julie se posa sur sa cuisse et se mit à ramper vers sa verge, qu'un mouvement des danseurs découvrit à Damios, la jeune femme brune. Les yeux fermés comme en extase, les lèvres entrouvertes comme un râle de plaisir. Elle occupait le centre de la piste. Chose étrange et qui d'abord attira son regard, elle ignorait souverainement le martèlement syncopé déversé par les baffles. Ses cadences qu'elle seule paraissait percevoir, et ses seins lourds et fermes vivaient d'une vie fascinante sous le tissu d'une robe courte découvrant haut la douce vigueur de ses longues cuisses fuselées.

Tétanisé, incapable de détourner son attention de la danseuse, Damios devina que Julie était nue sous son bref vêtement. Des ondes électriques se mirent alors à parcourir sa chair, depuis la plante des pieds jusqu'à l'épiderme sensible de cuir chevelu, et sa bite soudain pesante lui parut soumise à tout un train de vibrations affolantes, délicieuses. Pendant ce court instant, Julie n'était pas restée inactive.

Penchée vers moi, sa bouche tiède contre son oreille, elle murmurait des mots que le bruit et l'excitation qui grésillait à ses tempes interdisaient au jeune homme de comprendre. Sa main avait vaincu sans coup férir l'obstacle de la braguette et s'insinuait maintenant sous mon slip. Et quand son poing se referma avec une tendre avidité sur mon sexe à présent dur et dressé, une danseuse là-bas, ouvrit ses yeux, des yeux gris intense et lumineux qui s'accrochèrent à mes yeux langoureux. Et sans me connaître, sans m'avoir jamais vu, la jeune danseuse me reconnut.

Julie masturbait à présent ma queue sous la table. Lascive, volontiers lubrique, elle adorait se livrer aux jeux du plaisir dans les situations les plus osées. Elle avait décalotté le gland gorgé de sang, et la pulpe lisse da son pouce passait et repassait sur la peau fine et fragile avec une implacable douceur. La gorge serrée, le ventre bouleversé, je bougeais afin de faciliter ses caresses, afin de mieux me livrer aux doigts agiles, qui s'étaient emparés de mon timon énorme, et commençant à suinter d'excitation.

Un fourmillement troublant, presque insupportable, horripilait les poils sur mes bras et mes jambes, et ce picotement délectable était provoqué par les attouchements experts de Julie et, aussi, combiné avec le choc crépitant des regards que j'échangeais avec la danseuse inconnue !!! .Celle-ci , les hanches, le ventre et les seins mouvants sous la robe succincte, les yeux toujours rivés aux miens, s'abandonnait avec euphorie à la volupté de sa danse.

- " Ne bouge pas", que je parvins à entendre, malgré le battement incessant, obsédant de la musique. C'était Julie qui, subrepticement, se laissa glisser de la banquette. Sa tête blonde, ébouriffée comme celle d'un garnement, disparut sous la table. Les yeux toujours perdus dans ceux de la danseuse qui me dévisageait, comme pâmés, avec une mystérieuse gravité, je sentis les petits seins durs de Julie peser contre mes genoux. Puis des lèvres se refermèrent en anneau sur ma bite et une langue agile s'entortilla autour de mon gland.

Alors, la danseuse apercevant cela, eut pour la première fois un sourire. Un sourire tout empreint d'une douce espièglerie, qui me fit comprendre, que le jeune danseuse n'ignorait rien de ce qui se tramait sous la table et que de tout son coeur elle approuvait. De la main gauche Julie massait mes testicules, le pouce de sa main droite appuyait en cadence sur la base de la hampe érigée. Et ses lèvres et sa langue allaient et venaient sur ma virilité majestueuse, en m'enduisant d'une salive bienfaisante.

Sur la piste de danse, la danseuse se livrait toujours à son déhanchement érotique ; mais à présent elle effleurait les globes de ses seins du bout des doigts, que l'on distinguait sous le tissu transparent, les pointes durement érigées. Et quand la danseuse laissa sa main droite tomber à la hauteur de son ventre et qu'à travers le tissu son médium s'insinua à l'orée de sa fente, mon excitation était à son comble. Je ne put résister plus longtemps, et retenant mon râle de jouissance qui montait à mes lèvres, je déchargea dans la bouche de Julie, qui avala goulûment ma semence épaisse et abondante, avant d'aller chercher de la pointe de la langue, les dernières gouttes de spermes perlant à son méat.

Au milieu des danseurs, à ce moment précis, la danseuse interrompit son tangage lascif. Son regard vacilla comme sous le coup d'un éblouissement, son corps superbe s'arqua sous la houle de l'orgasme, des spasmes soulevèrent sa poitrine, ses lèvres laissèrent échapper un long gémissement.

Se tournèrent vers elle des visages, des couples ,mais la danseuse qui avait joui d'excitation du spectacle délurée, dépravée,qu'elle avait devinée en partie vu et compris. Elle se fichait complètement de ce que pensaient les gens.

Elle alla sans retenue jusqu' au bout de son plaisir, des fantasmes accumulés puis elle s"ébroua comme si elle sortait d'un rêve, et disparut dans la foule qui piétinait autour d'elle !

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés