CUNNI MA PASSION

par LESTAT


Nous étions tous les deux sur le lit, le jour était déjà levé depuis un moment en ce week end d'été.

Je me suis retourné sur elle, elle dormait encore, une jambe au dessus du draps. La fenêtre de la chambre était ouverte, il faisait déjà chaud. On entendait le vent glisser dans les branches du cerisier, le chant des oiseaux.

Mon regard s'est fixé, sur le haut de sa cuisse blanche; ma main, attirée, s'est posée sur sa fesse, elle était fraîche et douce.

J'ai laissé glisser la paume de ma main, jusqu'à ses cuisses, j'aimais le contact de sa peau. J'adore "ton cul" pensais je tendrement!

Je descendais et caressais doucement le haut de sa jambe, remontant vers ses fesses, ouvrant ma main, le plus largement possible, pour mieux les envelopper !

Elle n'avait pas bougé !

Je soulevais le drap, doucement, de mon côté et descendais, sur le lit !

La tête, au niveau de ses fesses, je me régalais déjà de cette envie qui m'animait et posais doucement mes lèvres sur sa peau d'albâtre.

Je posais de doux baisers sur ses fesses, tantôt à droite, tantôt à gauche, elle restait immobile, silencieuse, rêveuse sûrement ! Je descendis encore un peu , embrassant ses mollets et ses cuisses, sortant pour la première fois ma langue, je remontais le long de ses jambes, doucement jusqu'à ses cuisses rondes et charnelles. Hummm toi, le doux parfum de la peau d'une femme, que je t'aime !

Ma langue glissée sur ses cuisses , remontant jusqu'à la base de son dos, elle bougeait un peu, luttant pour ne pas se réveiller, ses yeux se forçant à rester clos !Elle tourna la tête en poussant un petit gémissement d'étirement !

J'embrassais la base de son dos, laissais glisser ma langue jusqu'à ses flancs, les remontais doucement, seul l'extrémité de ma langue touché sa peau , ma salive glissé sur elle, la faisait légèrement frissonner, pour augmenter cela, je soufflais le long de la " traînée" que je venais de déposer !

Elle râla un peu, soufflant dans son oreiller, et marmonnant :" quelle heure il est ? "


- " chuuuuuuuuuuuuuut " , fut ma seule réponse !

....

Je me suis positionné bien au dessus d'elle. J'ai mis un peu de salive au bout de ma langue, posé celle ci à la partie supérieur de son entre-fesses et j'ai descendu doucement suivant la raie, ne laissant pénétrer que très légèrement ma langue puis j'ai remonté plus rapidement et plus profondément , son bassin c'est levé, pour accompagner ma langue et pour accentuer la profondeur.

J'ai senti sa petite fleur du bout de la langue ! hummmm je fermais les yeux , posant mes mains sur ses fesses et les écartant doucement et descendis lentement le long de sa raie mouillée par mes soins. Ses fesses se levaient au fur et à mesure que j'approchais de l'orifice, sans doute avait elle peur que je le loupe , je m'attardais un instant sur cet anus offert, salivant, le léchant du bout de la langue en rond, et le titillant !

Plusieurs fois, j'ai remonté le long de ses fesses, je savais qu'elle aimait que je les embrasse que je joue avec délectation de son orifice.

Ma langue de temps en temps descendait plus bas entre les cuisses cherchant à rejoindre la chaleur d'une toison qu'elle espérait humide.

Elle leva enfin les fesses en les écartant un peu pour me permettre d'aller récolter un peu de son intime breuvage et surtout pour me montrer qu'elle avait, enfin, envie de ce que depuis le début je chercher, lécher sa douce "petite chatte" ...


...

J'aimais son duvet léger et soyeux, il était déjà humide, telle une fleur ,couverte de la rosée du matin !

Elle avait, légèrement, écarté les jambes, pour me permettre de descendre, un peu et de poser ma langue sur ses lèvres. Elles étaient chaudes et humides, et elles avaient ce parfum qui me faisait frémir. Ce doux parfum de femme, le nectar des Dieux.

La Position ne lui convenant pas , elle se retourna ! Ainsi elle était bien, couchée sur le dos les jambes légèrement pliées, les pieds à plat sur le lit .

Je mettais relevé et légèrement reculé, pour la laisser se mouvoir. J'étais assis donc au niveau de ses pieds et je regardais son corps, les reliefs si doux , sa peau lisse, je posais mes mains sur ses pieds et commençais à les caresser, remontant des chevilles aux mollets, mes mains s'imprégnant de sa chaleur, et de sa douceur , comme pour s'adapter, devenir une extension d'elle même.

Son corps nu, sur le lit était offert à la lumière du soleil, qui pénétrait chaudement la pièce et le lit, elle semblait comme sur un autel, offerte au sacrifice, un bras sur son visage, les yeux couverts.

J'avais envie de l'embrasser, éveiller ce corps encore désireux d'un sommeil royal ! Je posais mes lèvres sur ses pieds et chevilles, et je commençais doucement l'ascension.

Ses mollets d'abord, m'offraient une chair à mordiller, et à embrasser, j'aimais passer ma langue sur toute la longueur de ceux ci et remonter jusque dans le creux derrière le genou.

C'était une zone sensible, souvent je m'amusais, follement, à la chatouiller en cet endroit de son corps , mais ce n'était pas le moment pour cela, générer un délice, un frisson, tout au plus était, mon seul but !

Vint ensuite les cuisses encore plus douces et tendres que les mollets, plus chaudes aussi.

Etant sur son côté, je devais m'enrouler autour d'elles pour pouvoir poser mes baisers sur l'intérieures de celles-ci, elle écarta les jambes quand elle sentit, le premier contact de ma bouche dans son entre-cuisse.

J'ouvrais mes lèvres, laissant passer une langue avide de ce doux contacts, les papilles en éveilles comme avant un festin.

Tout en embrassant ses cuisses et l'intérieur de celles-ci, je me positionnais entre ses jambes.

J'étais allongé maintenant, au bout du lit, recroquevillé sur moi même pour ne pas en sortir.Le visage au dessus de son triangle d'or, mes bras sur chaques cotés de ses cuisses.

...

Je déposais mes lèvres sur son duvet blonds , il était soyeux et fin je posais mon visage dans ce nid douillet laissant ses poils me caresser, m'imprégnant de son doux parfum .J'aime embrasser et laisser mon visage caresser son petit triangle d'or, je m'imprègne alors de ses parfums, de cette chaleur si particulière du bas ventre.

Mes lèvres embrassent doucement tantôt en plein centre du duvet , tantôt sur le coté, tantôt j' en trace les contours, puis je m'écarte un peu et viens titiller le pli de l' haine , embrassant parfois à plein bouche l'intérieur des cuisses .

Tandis que je frotte mon visage sur son duvet, je sens son bassin monter légèrement, je recule un peu la tete et pose le visage sur son sexe, il est humide, le contact de ses lèvres et doux, je remonte un peu la tete, mon nez frottant ses lèvres, puis laissant la place à mes lèvres.

J'embrasse doucement presque du bout des lèvres son intimité, allez doucement , laisser monter en elle, le désir, patienter pour la voir s'offrir, demander physiquement la caresse...

...

Ma langue doucement lèche ses lèvres gonflées par le désirs, son parfum m'imprègne, je ferme les yeux , pour mieux ressentir cet instant, je dessine du bout de la langue, son sexe, en suis les contours doucement, humidifiant au passage, l'objet de mes désirs .

Passant ma main droite au dessous de la cuisse pour remonter sur son bas ventre, je caresse doucement son duvet, tandis que ma langue ouvre les portes de l'antre, remontant doucement entre les lèvres jusqu'au bouton rond , j'en fait le tour,le déshabillant du bout des doigts, il s'offre fier à ma bouche .

Doucement mes lèvres viennent l'emprisonner, je le suce avec tendresse, lentement, ma langue vient en titiller l'extrémité tandis que mes lèvres en l'aspirant, le serre dans un étaux doux et chaud. je le suce, aspirant et le relâchant successivement.

J'ouvre la bouche, un peu de salive sur le bout de la langue que je dépose sur son bouton, ma langue se fait discrète presque imperceptible , elle tourne doucement puis descend entre les lèvres .

Je sens le doux orifice, j'en fait le tour, passe ma langue en dessous et la remontant, il est légèrement détendu, ma langue doucement peu s'aventurer à l'intérieur. je tourne ma langue sur les parois humides, puis ressors, descendant dessous le sexe , léchant, la chair tendre.

Je glisse mes mains derrière ses genoux et je lève ses jambes, devant moi son sexe humide aux lèvres ouvertes, et dessous l'orifice rose.

...

Il brille, encore lubrifié de mon passage récent, il me fait envie, j'y dépose alors une langue gourmande, oppressante,presque pénétrante ! Puis je remonte doucement vers l'extrémité inférieure de ses lèvres, elles sont chaudes et ouvertes, gonflées de désir ! ma langue glisse entre elles et se pose délicieusement sur l'orifice, son bassin appelle à plus de contacts, de sensations. J'en fais le tour doucement, le parcours de haut en bas et de bas en haut, je pose le bout de ma langue en son centre et je tourne délicatement sur les bords intérieurs, augmentant progressivement la pression.

Je remonte, doucement, sur son petit bouton, en fait le tour, cherchant à l'apprivoiser de nouveau, m'inquiétant de sa réceptivité. Mes mains lâchent ses jambes, la gauche vient découvrir son clitoris, un doigt entre ces lèvres je remonte doucement tirant légèrement la chair gonflée d'envie, tandis que ma main droite, titille déjà l'orifice de son antre !

J'ai emprisonné, entre mes lèvres, avec une succion, son bouton. Ma langue le titille délicieusement, je l'aspire encore un peu et le pose entre mes dents, doucement je le fais rouler entre, tandis que ma langue continue à le lécher . Mon doigt entre doucement en elle , d'abord je reste à l'entrée juste une phalange, qui presse le contour de son antre, des petits cercles plus ou moins oppressant en dessine les contours.

Je sens la chaleur monter, en elle, son corps s'anime, vagues de plaisir et de sensation qui montent en elle . Une main passe dans mes cheveux, les caresses. Je lève légèrement la tête lâchant ses lèvres, tandis que mon doigt doucement, pénètre en elle . Je sens la douce chaleur et l'humidité de son vagin, l'espace offert je cherche le contact du bout des doigts de sa paroi vaginale la caresse. Je ressort sans oublier de passer sur cette partie légèrement rugueuse mon doigt est à la limite de sortir , son bassin avance pour ne pas le laisser faire, et elle sent en elle deux doigts plus présent encore, oppressant . mélange de caresses internes et de va et vient tantôt léger tantôt "violent ". Ma langue ne cesse de lécher son doux bouton, ma bouche l'aspire ne lui laisse aucun répit.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés