COQUINERIES EN CUISINE

par LESTAT


Souvenirs d'une matinée d'été, il devait etre 10h00 du matin, c'etait le week end !

On attendait des amis pour la fin de la matinée, le premier pique nique de l'année. Ma compagne avait une petite robe bien sympatique et legère.Je revenais de faire les dernières courses pour le repas, je la découvrai pour la première fois dans cette nouvelle tenue

J'entrais pas la porte fenêtre. Le soleil emplissait la cuisine. Je me suis stoppé un instant la regardant; d'abord ses cuisses decouvertes puis je remontais doucement les yeux sur les rondeurs de ses fesses hummm !

Je déposais les courses sur la table de la cuisine et m'approchais, doucement, une main sur sa cuisse mon corps contre le sien , je lui dit à l'oreille qu'elle etait belle.Elle tourna la tete et me fit un doux sourire

Ma main avait migré sur ses fesses...
"hummm je les adores "
Je profitais de la nudite de sa nuque pour y déposer un baiser mordant!


" arrete stp , bruno !"
" pourquoi ? tu aimes pas ? "
" je fais la salade pour ce midi "
" ben continues "


J'avais remonté sa robe, au dessus de ses hanches et j'embrassais ses cuisses et ses fesses, la petite cochonne n'avait pas mis de culotte

Je savais qu'elle adorait cela, ma langue glissait sur sa peau venait titiller son entre cuisse, il ne fallu pas longtemps pour que les mouvement de son bassin m'invite à plus de contacts, elle creusait les reins, avait ecarté les cuisses et je pus glisser ma tete entre, ma langue la parcourait doucement , je mordillais ses levres, son petit bouton, aspirait, suçait en alternance, variant à la fois l'intensite et la vitesse !Bientot ses mains se crispèrent sur le bord de la cuisinère, son gout etait delicieux, elle s'abandonnait à mes carresses, rien ne pouvait plus m'empecher d'arriver à cet instant que j'aime tant, celui ou son corps se lache, ou son souffle devient court et profond, ni les bruits exterieurs des enfants qui redescendaient de l'ecole, ni le risque qu'un invité se présente plus tôt que prevu !

D'ailleurs qu'elle heure etait il ? Ni elle ni moi n'aurions pu le dire en cet instant !Nous etions tous les deux bien trop loin de tout cela !

Mes doigts avait commençé à titiller l'entrée de son vagin et son anus, la position etait inconfortable aussi bien pour elle que pour moi elle commença à plier les genoux je me laisse glissé au sol elle etait accroupi au dessus de ma tete, qui ne cessait de fouiller de la langue, son antre humide et chaud!

Je percevais bientôt les petits mouvements qui annonçaient la proximité de son plaisir , mes doigts intensifiés leurs actions aussi bien devant que derrière ; Je sentais la fine membrane entre mes doigts, la chaleur de son antre qui s'offrait de plus en plus, sa cyprinne coulait sur mon visage.

Elle se cambra, poussa de petits cris, prit ma tete dans sa main pour la plaquer un peu plus contre elle, puis chercha à se retirer !Mais nan je n'avais pas encore fini; j'aime apres la jouissance , continuer à carresser doucement l'objet de tous mes delices, froler le trop , pour mieux le faire accepter, pour mieux repartir, pour prolonger ne serait qu'un instant ce doux moment d'extase qu'elle venait de m'offrir !

Un instant encore, tous les deux silencieux, puis elle se leva, rabaissa sa robe et repris sa tache , moi je filais me laver les mains et le visage dans la salle de bain, la barriere de la cour venait de grincer, les amis arrivaient , la salade n'etait pas prete, le barbecue non plus, mais aprés un bon apero, les convives et nous même avons passé un excellent Dimanche, plein de tendresse et de sensualité.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés