COMBAT AU LIT

par ZEFOULE


Lentement, mes pieds finissaient par tirer la couverture vers le bas, libérant ainsi mon sexe nu érigé.
Elle ne se rendait pas compte.

Je poussai alors vers le haut, voulant toucher son sexe avec le mien.

Mais elle croyait à une nouvelle tentative de ma part pour la faire descendre, elle s'empressa de s'asseoir sur mon ventre pour me bloquer.

Seulement en s'asseyant ainsi, son sexe nu vint se poser pile poil sur le mien.

Lorsqu'elle sentit mon sexe brûlant contre le sien, elle eut un sursaut et se releva un peu.

Elle restait immobile dans cette position, reprenant son souffle écourté par notre combat précédent.

Je sentais clairement la chaleur dégagée par son intimité, c'était excitant.

Mon sexe eut de nombreux soubresauts sous son sexe, ils se touchaient presque.

"Tu crois pouvoir me bloquer comme ça ?" Me dit-elle.

Je m'efforçais de jouer aux innocents.

"Alors, essaies de t'en sortir mon chéri !" me défia-t-elle, essayant aussi de cacher son trouble.

Seulement, je n'avais aucune intention de m'échapper.

Je poussais néanmoins un peu vers le haut avec mon sexe pour être sûr de sa réaction.

Et à ma grande surprise, elle me repoussa vers le bas, avec son bas-ventre.

Nos deux sexes nus se touchèrent à nouveau.

Mais cette fois-ci elle ne releva pas son bassin.

Je sentais une moiteur émanée de sa chatte.

Je sus qu'elle était réceptrice et qu'elle commençait à mouiller.

En baissant ma tête, j'aperçus ma verge, bien calée sur l'entrée de son vagin.

Mon gland violacé restait visible, mais la hampe avait disparu, enveloppée par les grosses lèvres de son vagin.

C'était insoutenable, ses lèvres étaient d'une douceur incroyable, si chaude.

J'avais plus en plus de mal à garder mon calme.

Je n'avais qu'une envie, c'était de la pénétrer...

Je la provoquais sans cesse par des mouvements de poussées vers le haut.

Et elle me répondait en appuyant davantage son sexe contre le mien.

"Alors... tu vas abandonner mon chéri ?" lança-t-elle.

"Non, tu ne m'auras pas et tu le sais bien."

J'étais satisfait de voir qu’elle n'avait pas l'intention d'arrêter.

Nous continuions ce petit jeu si peu innocent...


Au bout de quelques instants, inconsciemment, je ne poussais plus mon ventre vers le haut, mais bougais sous elle, faisant ainsi coulisser ma bite dure entre ses méats intimes, doux et humides.

Son jus d'amour se répandait inexorablement sur toute la longueur de ma verge, rendant d'autant

plus faciles et excitants nos frottements interdits.

C'était à mourir de jouissance, mon souffle devenait rapide et le sien aussi.

"Alors... tu abandonnes... mon... bébé d'amour ?" me répétait elle, le souffle court.

"Non, je n’abandonnerai pas... pas si facilement..."

Nos yeux se croisèrent et nous nous efforçâmes de sourire, cherchant toujours à cacher ce trouble en nous…


Les coulissements de ma bite tendue sur sa vulve variaient sans arrêt.

Tantôt longs, ils m'arrachaient presque des rugissements car j’avais l’impression de la pénétrer.

Tantôt courts et concentrés entre mon gland et son clitoris, ils la faisaient gémir tout bas.

C’était clair, nos intentions mutuelles se précisaient.

Nous voulions la même chose mais aucun de nous n'osait passer à l'acte.

Et dans cette position, sans l'aide d'une main, il m'était impoosible de glisser en elle...

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés