UNE CHAUDE JOURNEE D'AUTOMNE

par MINETTE31


Lisa est en forme, ce matin; elle s'étire dans ses draps de soie, une véritable chatte.Elle est seule, son amour est à des milliers de km , en mission à l'étranger. Deux mois qu'il est parti, deux mois qu'ils ne correspondent que par Mails; chauds les mails, de plus en plus chauds ! Hier soir elle s'est même masturbée, elle s'est couchée avec son mail ; il en en fait autant, et ils se sont masturbés en même temps, limitant la distance qui les sépare.

C'est la première fois qu'ils le font, elle en a eut l'idée, il lui manque tant! Elle s'est allongée sur son lit, sa photo sur la table de chevet semblant la regarder et tout en lisant son mail, elle a commencé à se caresser les seins à travers sa fine nuisette de dentelle, les tétons ont vite durcit impatients de ce plaisir qu'il aime lui donner, il voue un véritable adoration à sa poitrine...

Elle en pince le bout de sa main gauche, les tordant légèrement, elle imagine qu'il les a dans la bouche, hhuumm..... sa langue si chaude. Son sexe commence à s'éveiller, sensation d'un petit coeur qui battrait à l'orée de son sexe, la chaleur se propage dans son bas ventre, s'irradiant dans toutes ses zones érogènes .

Tendrement, elle se caresse, sa main droite est maintenant sur ses cuisses, sa peau est douce, elle les écarte légèrement, laissant juste l'espace nécessaire pour pouvoir gagner son joli abricot, qui gorgé de jus, attend, impatiemment, qu'elle vienne le caresser.

Ses cuisses s'ouvrent; impudique, elle descend, son majeur, à la recherche d'un peu de cyprine pour humidifier son bouton d'amour. Il est tendu à l'extrême, attendant la douce caresse; là, doucement, elle tourne, autour, branlant la hampe juste au dessus, comme si c'était un pénis, ses reins se cambrent sous le plaisir. Elle gémit, son souffle s'accélère.

Elle ferme les yeux, imprégnée de ces mots à lui, elle redescend vers sa grotte, y entre un doigt puis deux , les agitant avec frénésie en un simulacre de coït passionné! Elle revient vers son clito, ses gémissement augmentent en intensité, de deux doigts sur le clito, elle se branle de gauche à droite, l'écrasant, elle veut jouir!

La houle de son bassin accentue son plaisir, il est là, il monte, véritable flot de lave en fusion circulant dans ses veines, elle le voit, sa belle queue à la main, ses doigts en couronne autour du gland, son corps tendu et soudain alors qu'elle l'imagine en train de jouir, son sperme giclant hors de son sexe par de fortes saccades, elle explose, criant son plaisir dans la chambre vide, son corps tendu comme un arc retombe lourdement sur son lit.hhhhhoooooooouuu, quel pied....elle espère qu'il a joui aussi fort en pensant à elle!

Bon ,une bonne douche, ne plus penser à hier soir sinon elle va être en retard, l'évocation de ce plaisir solitaire, a réveillé son envie...Elle regarde à la fenêtre; hhhhhumm, l'automne belle saison, les arbres se parent de couleurs chatoyantes, chaudes, plaisir de flâner dans les bois, s'emplir de la beauté de la nature...

Mais c'est aussi la saison où l'on doit se couvrir, fini les vêtements sexy, légers, près du corps de l'été, il faut se planquer sous des épaisseurs, seule consolation...: on remet les bas! Quel plaisir que de faire glisser le nylon le long de la jambe, joli geste que de refermer le clip du porte jarretelles sur la bande de dentelle.

Quelle sensation lorsque que l'on s'assied dans un lieu public, croisant les jambes assez haut, pour laisser voir la jonction, entre la peau et la dentelle et que l'on surprend un regard d'homme amusé puis excité par le spectacle....

Elle s'habille, elle a envie d'être sexy, elle veut sortir de cette hibernation que son célibat géographique lui a imposé. Sa masturbation d' hier soir a fait remonter toute sa sensualité à la surface. Elle se fait belle, fouille dans ses tiroirs à la recherche de son bel ensemble de dentelle noire: soutien-gorge, porte jarretelles, bas résille noirs.

Elle se regarde à la glace, tourne, plutôt ravie de son image! Elle choisit un tailleur: une jupe grise, longue boutonnée sur le devant, chemisier rose pâle, veste assortie à la jupe, escarpins à haut talons fins. Elle laisse ouvert les boutons jusqu'à mi-cuisses, elle aime le mouvement de sa jupe quand elle marche.

Elle n'a pas mis de culotte, ça lui arrive de temps en temps, délicieuse caresse de l'air sur ses parties intimes....Ses yeux brillent, elle est belle....Elle s'assied dans sa voiture, remonte sa jupe, on voit la naissance de ses bas et le petit nœud de son porte-jarretelle. La voilà partie.

Elle habite une grande ville et si elle retarde un peu son départ, elle est bonne pour les embouteillages et ce matin c'est le cas! Elle s'arrête, le feu clignote à l'orange, elle va y camper! Elle voit un camion s'arrêter à côté, pas mal le chauffeur.

Il a remarqué ses jolies jambes et lui fait un beau sourire, elle lui souris à son tour.Il fait mine de se lever pour mieux y voir, une montée d'adrénaline la surprend...que lui arrive t-elle, elle remonte un peu plus sa jupe, lentement, ne quittant pas l'homme des yeux.

Il ne bouge plus, tétanisé par la "coquinerie" de cette femme. Elle monte encore, se tassant un peu sur le siège pour mieux se faire voir. Elle peut lire le désir dans ses yeux, il a vu qu'elle n'a pas de culotte. Hardie, elle pose sa main sur la cuisse et remonte, lentement, la glisse entre ses jambes, elle aimerait se caresser là maintenant devant cet inconnu, qu'elle doit faire bander.

Mais les voitures de devant avancent, elle doit rouler. De ses deux mains elle lui fait signe "désolée"! Hooooooooouuu, cet intermède lui a mis le feu, il va falloir se calmer. Elle arrive sur le parking, se gare et entre, enfin, dans la salle d'attente, déjà deux clients, pour elle!

Elle va se changer, se déshabille et met sa blouse blanche.
- "Mr Pierre Martin " appelle t-elle, elle est kiné.Mr Martin est un retraité qu'elle masse pour des problèmes de dos.

Deuxième client, Mr Christophe D... joueur de rugby, elle le soigne pour une déchirure à la cuisse.

Il n'est pas mal du tout et très sympa, en plus, il en est à sa troisième séance.Il entre, se met en caleçon et elle commence par le mettre, sous un appareil électrique. Ils discutent de la coupe du monde bien-sûr, il sait qu'elle aime beaucoup le rugby.

Elle va se laver les mains pour passer à la partie massage du traitement et là, agissant, impulsivement, elle ouvre un bouton de plus, en haut et deux, en bas...Une bouffée de chaleur l'envahit, mais à quoi joue-t-elle, aujourd'hui. Elle revient près de lui, et s'il a remarqué le changement, il a la discrétion de ne rien laisser paraître.

Elle se met du gel décontractant sur les mains et se penche pour commencer le massage. Hhhhhhhum cette cuisse si musclée, elle va lui transmettre tout sa douceur.Elle monte et descend le long de la cuisse légère papillonnant, elle monte de plus en plus haut, partant de la cheville jusqu'à l'aine.

Christophe parait un peu crispé et pour cause, chaque fois que Lisa se penche ; il a une vue imprenable sur ses seins, il lui semble que bientôt ils vont sortir hors du balconnet. Il doit se maîtriser, penser à autre chose, regarder ailleurs...Mais peine perdue, ses yeux sont attirés comme aimantés, il faut dire qu'elle a des arguments la kiné, elle fait au moins un 100 E!

Elisa le sent se dominer, elle joue avec lui, accentuant le massage à certains endroits, se faisant légère à d'autres, toujours de la maîtrise...Ah bon, il veut jouer à ça...il va voir! Elle remonte sa jambe et viens poser le pied, sur une grosse vis au milieu du pied de la table d'examen ; sa jambe est maintenant à l' équerre.

Sa blouse écartée laisse voir la dentelle du bas à 15 cm du visage du jeune joueur!Il ferme les yeux, sous le spectacle qu'elle lui impose, mais pas plus de 10 secondes!Oh non, il sent son sexe qui commence à réagir, vite penser à quelque chose de moche...le match important qu'il va louper dimanche...

Elle soupire et continue son massage diabolique. Oh la là, il vient de jeter un oeil sur la jambe , elle l'a vu et a écarté un tout petit peu plus, le genou et l'a resserré tout doucement. Il a vu, il n'en croit pas ses yeux, elle n'a pas de culotte, même pas un string ! et là, plus rien n'est assez fort pour l'empêcher de bander, tant pis, il abandonne, elle l'aura cherché!

Je le regarde ; il rougit, il est adorable, Je masse toujours et je vois son sexe se dresser, vite à l'étroit dans son boxer. Je me sens toute chose, je le désire tant, mon sexe éveillé par son corps de sportif et ses regards inquisiteurs, se met à battre sourdement.

J'arrête tout geste, on se regarde dans les yeux, j'écarte franchement ma jambe, je m'offre impudique à son regard. Ses yeux et le désir que j'y lis me brûlent l'entre jambes. Il regarde , figé, mon mont de vénus en ébullition. Lentement je descend ma main sur son sexe que je sens palpiter à travers le coton, je ne bouge pas comme attendant son assentiment. Il gémit fermant les yeux, son souffle s'accélère.

Je prends ça pour un accord, alors m'aidant de mon autre main, je sors la belle queue de son abri. Je la saisis et me baissant, je la prend dans ma bouche.
- "hhhhhhoooooooouuchh" chuchote t-il!

Je la ressors pour mieux la sucer, la lécher du bout de ma langue, ce gland est magnifique, gros comme je les aime, ma langue se fait légère puis insistante, agaçant le méat de la pointe! Mes lèvres forment un anneau de velours qui vient enserrer la base du gland alors que ma langue lèche le frein, tu me tiens la tête et imprime le mouvement qui te convient.

Tu me lâches pour enlever ce caleçon qui nous gène, j'en profite pour masser tes belles boules, les faisant rouler entre mes doigts sans cesser de te pomper. Mes ongles te chatouillent le périnée, caresse subtile, que tu sembles apprécier.

Tes doigts partent à la recherche de mon minou, tu me caresses la fente, de haut en bas puis, entre ton majeur et ton index, en moi, je suis si mouillée....Le plaisir que tu me donnes me fait arrêter la pipe que je te fais, égoïstement, je savoure la caresse,:
-"ohhh, ouuii", je gémis, en ondulant du bassin, je te regarde, tu es encore plus beau ; le désir illumine tes yeux . Tu approches la bouche et tu viens m'aspirer le clito.
Je tends mon cou à la recherche de ta petite rosette et te la lèche avec application.Hum que je l'aime ton petit trou ; je le lèche de haut en bas, puis j'insinue ma langue que je durcis ; je lèche mon doigt et viens rejoindre ma langue ; j'appuie un peu, guettant ta réaction, tu es concentrée sur ma petite chatte que tu lèches et doigte divinement.

De m'occuper ainsi de ton petit trou m'excite terriblement, je ne suis pas loin de l'orgasme! je tente d'enfoncer mon index, tout doucement, j'entre en toi, tu arrêtes tes caresses, surpris! Je dépose un peu de salive , ressort et entre plus facilement, plus profondément encore. J'entame un long mouvement de vas et viens ; tes gémissements s'accentuent, cela m'encourage à continuer, de plus belle, remuant mon doigt en toi.

Mon dieu, que tu m'excites...A ton tour, tu pénètres mon anus, ton doigt mouillé de ma cyprine glisse avec délice. Les deux caresses conjuguées ont raison de mon plaisir. Je pars dans un orgasme foudroyant, enfonçant mon doigt en toi, te faisant partir aussi, dans une jouissance tonitruante ; tu te vides sur mes seins en de longs jets chauds.

Je me redresse tremblante, descend de la table et je vais me rincer au lavabo.Tu es assis et tu t'essuie avec du Sopalin . De me voir revenir en sous-vêtements et échevelée te donne encore envie de moi. Tu me tends la main et je viens vers toi, nos bouches se cherchent, nos langues se mêlent en un profond baiser. Ton sexe reprend de la vigueur, tu me défais le soutien-gorge, mes seins s'épanouissent à l'air libre.

Mes pointes sont dressées ; tu en prends une en bouche, triturant l'autre, réveillant mon excitation. Tu me retournes contre la table et me pénètres d'un coup jusqu'à la garde. Tes couilles frappent contre mon clito. Tu me pilonnes, à vive allure, me faisant gémir à chaque coup de boutoir.


Ma main part à la recherche de mon clito et le branle, frénétiquement. J'aime me sentir possédée comme ça, tes gémissements rauques m'électrisent. Tes mains sur mes hanches, tu entres et sors, de plus en plus fort, de plus en plus loin. Soudain, tu arrêtes, me demandes de te sucer encore, en me caressant ; j'obtempère avec joie, j'aime tant cela!

Je veux qu'on jouisse, comme ça! aussi, je te branle de ma bouche, t'aspirant aussi vite que je peux, me caressant sur le même rythme, tu me préviens que tu vas jouir mais je te garde dans ma bouche. De recevoir ton sperme sur ma langue et mon palais provoque ma jouissance, nos cris se rejoignent, nos corps sont agités de spasmes, je m'écroule vaincue par trop de plaisir, tu te penches sur moi et m'embrasses, tendrement......

Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a eut encore plusieurs séances où je me suis bien occupée de son membre !............"

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés