CADEAU D'ANNIVERSAIRE

par THEO


En cette belle matinée de samedi , Carole se prélasse dans son bain . Son Pascal est parti faire des courses de bonne heure et elle en profite pour prendre son temps.

Elle adore paresser ainsi , entourée de toute cette mousse , laissant vagabonder son esprit. Et il vagabonde sérieusement ......Ce matin , elle n'a pas eu droit à son petit calin , elle pense à tous ces moments de bonheur et de plaisir partagés avec son chéri. Quel amant merveilleux !!! Jamais elle n'avait connu une telle plénitude dans la jouissance .

Mais , malgré elle , d'autres images lui viennent à l'esprit : Patrick , ce copain de Pascal , qui vient les voir de plus en plus souvent.Ce garçon a un charme fou , beaucoup d'humour , et , apparemment , elle ne le laisse pas indifférent . Fidèle en amitié , il n'a cependant jamais eu aucune attitude déplacée.

Ils en ont vaguement parlé , Pascal et elle . Depuis quelque temps , elle fantasme sur le triolisme : se retrouver avec deux hommes , rien que pour elle . Hummmmmm ; En riant , son amour lui a dit qu'il ne l'admettrait qu'avec Patrick ; mais était-ce vraiment en riant ?

A cette pensée , elle sent une douce chaleur l'envahir. Sa main a empaumé son sein , son doigt agace le téton , qui s'érige fortement. Elle descend sur le ventre , vient se poser sur son sexe, qu'elle sent palpiter . Ses lèvres sont déjà entrouvertes , elle y glisse son doigt , s'en caresse les parois du vagin. Hummmm, elle s'étire , que c'est bon. Le doigt remonte , trouve le bouton , hypersensible , tourne autour , remonte , redescend. Elle se cambre , acccélère le rythme de sa caresse . Des images lui traversent l'esprit : le sexe de Pascal , tendu , raide ; un autre sexe , qu'elle enfourne en bouche , qu'elle suce avidement.

Elle se masturbe maintenant avec frénésie , deux doigts vont et viennent dans sa chatte ; Elle sent le plaisir qui monte ; son ventre se soulève , ouiiiiiiii, voilà , oh que c'est bon. Elle laisse échapper un long feulement , et retombe , apaisée , heureuse.

Vêtue d'une culotte et de sa robe de chambre légère , elle se prépare un solide petit déjeuner. Tiens , on sonne . Rabattant prestement le pan de sa robe de chambre , elle va ouvrir.

Ah , ça , alors. C'est Patrick , qui passait voir son copain. Elle rit intérieurement. Dire que voilà quelques minutes , elle pensait à lui . Et quelles pensées......


- Entre , Patrick;. Tu veux partager mon p'tit déj?


- Je veux bien un café.

Ils s'installent dans la cuisine , face à face , sans trop rien dire que qelques banalités. Elle sent , presque physiquement , le désir , qui s'installe entre eux. Son sexe , inassouvi par les caresses manuelles, devient lourd. Son vêtement s'est entrouvert , laissant plus que deviner sa lourde poitrine , bien ferme .

Elle se lève , passe dans un rayon de soleil , et le garçon peut deviner nettement sa quasi nudité , son corps superbe , le galbe de ses fesses . Impossible de résister ; il vient derrière elle , lui enlace les épaules . Elle se défend mollement.


- Patrick , voyons , qu'est ce que tu fais? Arrête .

Mais son petit rire de gorge indique combien la situation ne la laisse pas indifférente. Collé contre elle , il pose un baiser dans son cou , derrière l'oreille. Elle peut sentir contre ses fesse la virilité déjà bien dressée ; elle fait une légère ondulation , pour bien se l'approprier.

Elle se retourne , ils sont maintenant face à face ; leurs lèvres se joignent ; leurs langues se mélangent ; ils se boivent avidement. Il sent ses seins qui s'écrasent contre son torse ; il a posé ses mains sur son fessier , la serre très fort , bouge contre son ventre , qu'elle sente bien l'intensité de son désir.


- Viens , lui dit-elle , en l'entraînant vers le salon.

Ils entrent dans la pièce étroitement enlacés , poursuivant leur enivrant baiser . Approchant du canapé , Carole se dégage un peu .........et , là , reçoit le choc de sa vie : Pascal est assis , tranquille , jean et boxer sur les chevilles , se caressant doucement le sexe , à demi érigé . Avant qu'elle ait pu trouver un mot à prononcer , elle sent que Patrick la débarrasse de son léger vêtement ; puis il la laisse et vient s'asseoir à côté de son copain.


- Joyeux anniversaire , Carole , lui crient alors les deux lascars , complètement hilares .

Totalement déboussolée par cette situation inconcevable , elle rougit , balbutie , pour finalement venir se jeter dans les bras de Pascal , qui l'enlace tendrement , l'embrasse dans les cheveux , lui caresse les épaules , murmure quelques mots à son oreille.

Il la sent se raidir contre lui , manifestement prise de court par la proposition qu'il vient de lui faire , hésitant à l'accepter. Mais ce qui vient de se passer dans la cuisine lui a échauffé les sens . Elle se détend , glisse au pied du canapé , le visage à hauteur de la ceinture des deux mâles. Doucement , elle débarrasse Patrick de son jean et de son slip.

Et elle a, face à elle, deux sexes, maintenant, bien érigés , un qu'elle connait par coeur , l'autre qu'elle découvre avec ravissement , plus fin peut-être , plus long , mais tout ausi excitant , avec son gland à demi décalotté , et ces belles bourses qui ballottent. C'est celui-là qu'elle décide d'honorer en premier : elle le prend entre ses doigts , le décalotte , fait glisser la peau , la remonte . De l'autre main , elle a saisi les bourses , les soupèse , les fait rouler entre ses doigts .

Mais il lui faut davantage : elle approche sa bouche , sort sa langue mutine , vient en titiller le bout du gland , absorbe la petite goutte , qui perle du méat . Sa langue descend , suit la grosse veine , lèche les couilles . Le garçon gémit doucement , se pousse en avant , à la rencontre de cette bouche . Elle a compris , arrondit les lèvres et , lentement , fait glisser entre elles la queue toute dure . Elle tourne sa langue autour du gland , descend ses lèvres le long de la tige , remonte.

En même temps , elle a posé sa main gauche sur le sexe de Pascal , et commence à le branler avec vigueur . Hummmm, que c'es bon , ces deux sexes pour elle , rien que pour elle. Elle sent sa chatte toute humide , ses seins qui gonflent , les bouts tout durs. Pascal s'en est rendu compte , y porte la main , et la pelote avec ardeur.

Elle décide alors d'alterner les mouvements de fellation sur chaque sexe ; pas de jaloux. Quelques mouvements sur l'un , et , hop , elle enfourne l'autre . Les deux garçons sont collés au canapé , tendant leur ventre à la rencontre de cette bouche , qui se dérobe , revient , repart , les rend fous. A un moment , elle essaye de rapprocher les deux sexes l'un contre l'autre et de les absorber ensemble entre ses lèvres ; mais l'exercice est difficile , lui distend la bouche et elle revient à ses alternances précédentes .

Pascal et Patrick n'en peuvent plus , elle les sent qui gonflent encore , se raidissent . Elle les sort de sa bouche et entreprend sur eux des mouvements rapides de masturbation; très vite , presque en même temps , ils envoient de longs jets de sperme qui viennent s'écraser sur son visage , entre se seins. Epuisée , elle retombe sur la moquette.

Quelques instants de repos , et tout ce joli monde se retrouve , entièrement nu , sur le lit.Carole est allongée entre les deux garçons . Pascal se penche tendrement sur elle et vient l'embrasser sur la bouche , puis au creux du cou ; il descend sur la poitrine , sa langue vient s'enrouler alternativement autour de chaque mamelon , les fait se dresser .D'un doigt léger , il suit le contour des aréoles grumeleuses , titille le bout du sein , tout raidi.

Patrick , lui , s'est confortablement installé entre les cuisses de la belle , en embrasse l'intérieur tendrement , s'enhardit , souffle sur la toison brune , approche ses lèvres de ces autres lèvres toutes mouillées de tendre rosée . Sa langue parcourt l'étroit sillon , qui s'entrouvre sous ce contact . Elle pénètre à l'intérieur du sexe , vient lécher les parois humides , y recueille le précieux nectar , comme une abeille butineuse. Carole tend son ventre à la rencontre de cette bouche , de cette langue. Sa main est venue s'emparer de ce qui était à sa portée , le sexe érigé de Pascal.

Hummm, oui , oh que c'est bon . La langue de Patrick est enfin venue s'emparer de son tendre bouton , le suçotte , le titille avec amour. Elle le sent durcir , son sexe gonfle. Elle ne va pas pouvoir résister à ces caresses qui embrasent tout son corps , ses seins , sa chatte , son bouton d'amour . Elle est totalement arquée sur le lit , respire de plus en plus fort ; Là , ouiiiiiiiiii, ça monte , elle la sent , la jouissance , qui arrive de partout. Ouiiiiiiiiiiiii, encore , continuez , oh que j'aime . Ouiiiiiiiiiii, ça y est , je jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiissssssss.

Les deux hommes la laissent reprendre ses esprits , sachant qu'elle reviendra bientôt à la charge. Ils se flattent le sexe doucement , histoire d'entretenir l'érection à un niveau convenable. Et de fait , Carole ne tarde pas à sortir de sa torpeur.Ces deux hommes nus allongés près d'elle l'excitent au plus haut point ; elle a envie de faire l'amour , de se sentir envahie.

D'abord , les faire revenir dans un état opérationnel! Une main sur chaque sexe , il ne faut pas longtemps pour qu'ils retrouvent une consistance de bon aloi.Elle choisit alors de chevaucher Pascal; il sait qu'elle est une fervente d'Andromaque , et ils s'entendront sans problème.

Elle s'installe au-dessus de lui , ses genoux entourant son bassin . Il s'empare des seins qui pendent au-dessus de lui , les caresse, les fait ballotter . D'une main , elle a saisi le sexe , bandé à l'extrême . Doucement , elle descend , approche le menbre chaud de son intimité , le passe sur ses lèvres , l'approche de son clito , s'en sert pour le frotter , doucement , à son rythme. Le garçon soulève le bassin , essaye de se jeter à la rencontre de cette chatte béante , mais elle reste la maîtresse du jeu , elle veut encore faire monter la pression . A côté d'eux , Patrick s'est allongé sur le côté; appuyé sur un coude , il vient lui aussi caresser les seins somptueux.

La tension est trop forte ; elle place la queue à l'entrée de son vagin , ses lèvres s'écartent , elle se laisse descendre doucement , très doucement , savourant centimètre par centimètre la progression du membre en elle . Hummmmmm, oui , que c'est bon. Voilà , il est tout au fond , elle fait tourner son bassin , bien le sentir , partout , profiter à fond de ce sexe , de ce si merveilleux outil de plaisir. Lentement , elle remonte , redescend , fixant le tempo.

Dans son dos , elle sent la présence de Patrick , ses mains sur ses épaules , ces mains qui descendent en une longue caresse , qui la fait frissonner . Puis qui l'obligent à se pencher en avant , faisant saillir sa croupe magnifique. Les mains se posent sur ses fesses , en apprécient la fermeté , l'élasticité , leur donnent une petite claque.

Maintenant , c'est une bouche qu'elle sent sur ses globes , de petits baisers , qui la font frissonner . Son sexe serre avec force le sexe de Pascal , de plus en plus gros . Elle voudrait s'en empêcher , mais elle sent son petit oeillet qui palpite. La bouche se pose dessus , elle a un petit frisson ; hummmmmmmm, la langue s'agite , s'y introduit , que c'est bon.

Elle a ralenti le rythme de ses mouvements sur Pascal , dans l'attente de quelque chose qu'elle attend et craint à la fois. Oh oui , voilà , elle sent sur ses fesses un contact chaud , doux et dur . Le sexe de Patrick la caresse , se présente à l'orée de son antre secrète , qu'il a bien lubrifiée de sa salive. Elle se contracte , mais il appuie fermement ; son oeillet se dilate , absorbe le gland ; lentement , le garçon poursuit son avantage et l'envahit au plus profond d'elle-même.

Pascal a senti , au travers de la mince paroi , le sexe de son ami qui pénétrait au plus profond de sa maîtresse , sa Carole , qu'il avait sentie tellement désireuse de tenter cette expérience. Elle a repris ses mouvements , il sent à nouveau sa queue coulisser dans la chatte brûlante. Patrick a adopté le même rythme , et s'enfonce en elle à chaque fois qu'elle se soulève . Carole commence à délirer ; ces deux queues , dures , raides , bandées à l'extrême , qui la pénètrent ensemble , qui viennent se frotter l'une à l'autre au travers de son intimité.

Ses seins lui font mal à force de durcir . Elle n'est plus qu'un réceptacle à queue . Sandwich , c'est le mot qu'elle a souvent entendu. Oui , elle est prise en sandwich par ces deux mâles qu'elle a rendus fous de désir. Une chaleur intense envahit tout son être ; elle n'est que sensations au niveau de son bas ventre , devant , derrière . Oh ouiiiiiii, c'est fabuleux , le mouvement s'est accéléré. Patrick la pilonne violemment . Elle n'en peut plus . Elle sent leurs queues durcir encore , se tendre en elle . Ouiiiiiiiiii, Pascal le premier se libère au fond de sa chatte . Comme stimulé , Patrick envoie de longs jets brûlants au plus profond de ses reins .

Alors , elle se laisse aller , se laisse envahir par une jouissance fabuleuse et hurle longuement le plaisir ,qui vient la faucher.

Les trois amis retombent sur le lit , enchevêtrés , et se laissent gagner par une douce torpeur , épuisés et heureux.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret  d'EROTICA51




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2017 - Tous Droits Réservés