AU FEMININ

par DEEMON



Je suis là, silencieux, dans ce canapé, je vous observe discuter. Je détaille ton appartement, les objets posés, les coloris…J’avais si longtemps imaginé cette pièce, je la découvre là, maintenant.

Je te regarde, tu es superbe, si sensuelle et si douce. Tes formes, ton visage, tes longs cheveux noirs. Tu allumes ta mini chaîne, une douce mélodie vient planer dans la pièce.

Tu parles à ton amie, tu plaisantes, tu rigoles. Elle a énormément de charme aussi, la blondeur de ses cheveux, son teint de peau, la clarté de ses yeux. Vous êtes totalement différentes physiquement mais comme tu te plais à me le répéter, par écrit, vous vous adorez.

Ca va mieux…Enfin un peu mieux. Disons que comme un premier rendez-vous, je ne m’attendais pas à ce que vous soyez deux. Plus je te regarde, plus j’ai envie de te caresser, te toucher, te découvrir.

Ton amie me propose à boire un verre…Volontiers, ma gorge est sèche. Dire que je croyais t’inviter à dîner en tête-à-tête…C’est râpé !

Elle nous sert un verre puis vient s’asseoir sur le canapé, à mes cotés. Tournée vers moi, le verre à la main, elle m’explique que vous vous connaissez depuis des années, depuis le lycée et que depuis, vous avez toujours tout partagé. Qu’elle a lu mes mails que je t’avais envoyés, et que comme toi, elle voulait me rencontrer.

Mon corps prend forme dans le canapé ; tous mes mots, tous mes écrits défilent devant mes yeux…Pour qui vais-je passer ? J’avale une gorgée de cet apéritif alcoolisé, puis te regarde d’un air troublé. Ces mots qui sortent de ma bouche :

- Tu as vraiment tout lu ?
- Oui, et j’ai adoré ! Ce sera sa seule réponse.

J’aurai voulu disparaître ou mélanger mon corps à celui de l’alcantara recouvrant ce canapé. Tu sais que je suis timide et troublé à la fois ; Tu me regardes puis me souris…Tu me demandes si je me rappelle ton mail, un soir, où l’expérience féminine, tu connaissais. Tu m’expliques qu’avec ton amie, ta relation est plus qu’amicale et que tu voulais partager cette rencontre, avec moi, avec elle aussi…

Je suis complètement désorienté. J’avais tout imaginé en venant chez toi, sauf ça !

T vins t’asseoir entre nous. Vos visages se rapprochent l’un de l’autre ; vos lèvres se soudent. Quel étrange et doux baiser. Son corps plaqué contre le tien. A travers vos vêtements, on peut sentir les courbes de l’une et l’autre. C’est différent, sensuel. Vos bouches, vos langues, votre sensualité s’exprime. Puis la vague vous submerge. Vos mains, tantôt maladroites, se font se font soudain gourmandes. Autant que vos bouches. Vous vous couvrez de baisers, de caresses voluptueuses puis vous vous déshabillez…

Vous êtes entièrement nues, sur ce canapé en alcantara. Je vous observe. Je sais que plus d’un m’aurait envié, aurait profité de cette situation si excitante, si trouble à la fois mais quand on y assiste, il est plus difficile d’agir que de fantasmer.

Tu es assise ; Ton amie caresse tes seins, puis les goutte avec sa langue. Tu l’attires vers ta douceur intime. Elle est moite, humide. Elle initie un léger baiser sur ses replis. Elle te goûte, te lèche devant moi…La douce mélodie est accompagné de vos respirations plus rapides, de tes gémissements de plaisir, au contact de sa langue si experte, de ses doigts aussi.

Encouragée par tes soupirs à peine retenus, elle te goûte à nouveau ; sa langue se fait exploratrice. Puis, un peu taquine, se pose là, sur ton clitoris. Les minutes sont des heures pour moi. Je suis excité, oui, mais ma présence masculine semble si peu appropriée face à votre sensualité ; je n’ose bouger.

De ses mains, elle multiplie les caresses sur tes cuisses, ton ventre. Sa langue n’a pourtant pas quitté son nouveau nid. Elle te boit, recueillant ce nectar. Combien de temps durera ce doux intermède ?

Tes gémissements se font de plus en plus forts, ton visage se tourne vers le mien. Ton amie nous regarde. Sa langue fait rouler ton bouton de plaisir, frénétiquement. Sa main caresse ton intimité puis elle te pénètre d’un doigt, entamant un léger va et vient profond, puis met deux doigts. Tu gémis plus fort, des mots sortent de ta bouche. Je ne te sens plus maître de ton corps. Sa langue, ses doigts en toi te font vaciller.

Tu me demandes de t’embrasser. Ton corps vibre, nos langues se découvrent pour la première fois. Tu gémis de plaisir. Tes mains caressent mes cheveux…Tu jouis en m’embrassant.

C’est troublant, sensuel, excitant à la fois ; Un baiser accompagné d’un plaisir au féminin….

3/4/2001


OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Découvrez Les Jolies Ballades en France  de Marie51



Visitez Le Journal Secret d'EROTICA51



Les plus beaux Poèmes de Reve51 et de ses Amis




Retour vers Histoires érotiques d'Amis


http://www.erotica51.com © 14.03.2003 - 14.03.2018 - Tous Droits Réservés